AdG : L' "International Warlords Challenge" à Bruxelles - le samedi.

Publié le 30 Janvier 2017

La nouvelle étape de ma saison AdG m'amène à Bruxelles pour l'IWC.

Outre l'Art de la Guerre, 3 autres jeux étaient proposés : Mortem et Gloriam, Blitzkrieg et Field of Glory.

Pour ce tournoi, un nombre d'armée réduit est présenté aux joueurs et Serge, l'organisateur, propose une obligation très originale : tous les généraux doivent être inclus, ce qui change de façon significative la façon de jouer.

Pour cette édition, j'ai choisi l'armée Araméenne (liste 74 du livret), organisée de la façon suivante :

Corps 1 : général brillant inclus dans une cavalerie lourde élite, 3 chameaux cataphractés, 2 chameaux moyens arc, 1 cavalerie légère arc, 2 archers et 1 javelinier.

Corps 2 : général ordinaire inclus dans une cavalerie lourde élite, 1 cavalerie légère arc, 1 LI javelot, 2 archers et 2 fantassins moyens impact.

Corps 3 : général allié Parthe inclus dans un cataphracte, 2 cataphractes, 1 cavalerie moyenne arc et 3 cavalerie légère arc.

soit 24 unités.

 

La première partie va m'opposer à Thomas Maistriaux, très bon joueur Belge, classé "grand maître". Autant dire que la partie s'annonce plus que délicate. J'ai rencontré Thomas à plusieurs reprises et même si j'ai résisté du mieux que je pouvais, je n'ai jamais réussi à gagner.

Thomas joue une armée Romaine moyen Empire, c'est à dire une multitude de fantassins lourds, une petite cavalerie et des fantassins moyens puissants.

 

Surprise de taille, Thomas a pris 2 unités d'artillerie qui risquent d'être meurtrières pour mes cataphractes car leurs armures ne peuvent résister.

Le terrain placé n'est pas trop à mon avantage et je vais devoir manoeuvrer avec délicatesse.

La partie est très engagée et pendant un bon moment, les deux armées se neutralisent.

 

Je lui mets une grosse pression sur mon aile droite et sa cavalerie doit refluer au plus vite.

Les fantassins romains se déploient pour contrer l'offensive.

 

Mes cavaliers légers se "sacrifient" pour les cataphractes en se plaçant devant l'artillerie romaine, mais, avec beaucoup de chance, vont mieux résister que prévu. Mieux, un peu plus tard dans la bataille, une cavalerie légère attaque une artillerie de flanc et la détruit.

 

Le tournant de l'affrontement se fait quand un cataphracte Parthe qui vient de détruire une unité ennemie s'infiltre dans les lignes romaine pour bloquer l'esquive d'un général, blessé, qui sera engagé par mes chameaux cataphractés et sera détruit ce qui mettra fin à la bataille.

 

C'est la première fois que je réussi à battre Thomas ce qui est de bonne augure en ce début de tournoi car je n'ai eu que 8 pertes.

 

Second tour avec Michel Sauvage, encore un joueur Belge qui joue lui aussi une armée romaine, mais différente de celle de Thomas car ce sont des Romains du Triumvirat. Petite particularité dans la constitution d'armée de Michel, il a pris un allié "Premiers Arabes" ce qui va lui apporter un groupe de chameaux arc et de fantassins moyens, idéaux pour les terrains accidentés. De plus Michel a choisi un éléphant médiocre qui reste quand même une unité à ne pas négliger.

Le sort de la bataille va se jouer à l'expérience, je réussis à garder à distance grâce à mes archers, ses chameaux et son éléphant qui se replie et arrive à prendre position sur les flanc de ses fantassins avec mes chameaux lourds.

 

La partie sera plus rapide qu'avec Thomas car une fois ses légions menacées puis engagées, l'armée romaine sa s'écrouler rapidement..... seconde victoire avec 10 pertes cette fois-ci.

 

 

La troisième partie s'annonce difficile car je vais rencontrer un joueur qui a lui aussi 2 victoires et ce sera ...... Jean Louis Maistriaux, père du premier.

Jean Louis dirige l'armée "Huns d'Attila" avec des fantassins lourds impétueux élite et a pris un allié Ostrogoths ce qui lui apporte l'impact d'une cavalerie lourde impétueuse.

Je perds l'initiative pour la troisième fois, on va donc jouer en "plaine" et je ne réussis pas à avoir la zone côtière qui m'aurait garantie une aile. On choisit donc des champs, une plantation et une colline que je recouvre de végétation pour handicaper ses cavaliers aux mouvements et combats.

Curieusement, les terrains tombent tous de son côté mais proches du centre de la table, formant une belle ligne et après quelques ajustements de placement, je m'arrange pour ne laisser entre les terrains que les espaces nécessaires au passage de mes montés, les terrains, eux, pouvant être occupés par mes archers et piétons moyens..... je ne m'en sors pas trop mal.

 

Jean Louis qui attaque fait monter ses cavaliers élites entre les deux champs, l'un d'eux est pris par les fantassins lourds.

 

Mes archers et fantassins sont placés devant ce champ et vont "arrosés" de flèches les fantassins ennemis toute la partie, ceux-ci n'oseront pas sortir de peur d'être pris de flanc par les chameaux en embuscade. Sur l'autre aille, son petit corps de cavaliers s'infiltre dans l'espace réduit face aux Parthes qui sont non fiables. Jean Louis n 'avancera pas plus de peur de les rendre actifs.

 

Sur mon aile gauche mes fantassins moyens et archers couvrent le champ et la colline derrière laquelle les Ostrogoths sont déployés. Ces derniers vont malgré tout tenter de passer pour forcer la décision. Mes fantassins malgré les pertes réussiront à contenir les Ostrogoths.

 

Tirs, charges, reflux, les Huns ne peuvent pas passer malgré quelques tentatives.... je ne peux m'engager plus loin sans l'appui des Parthes qui ne sont toujours pas décidés à participer.

 

Les Huns refluent et je ne veux pas attaquer le champ pour un combat trop aléatoire contre les fantassins lourds qui même handicapés au combat par la nature du terrain restent de redoutables adversaires.

La bataille se termine par un match nul, je n'ai pu faire la décision sans les Parthes qui n'auront pas joués du tout.

J'ai perdu 12 pts de cohésion alors que Jean Louis est à 18 pertes sur 21 .....dommage, le petit coup de pouce Parthe m'aurait été bien utile pour la décision finale.

 

En cette fin de première journée, avec 2 victoires et un nul favorable, je suis second juste derrière Etienne Misson que je rencontrerai le dimanche matin.

Rédigé par thierry

Publié dans #L'art de la Guerre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article