Bataille Empire : Chaniers - le samedi (1).

Publié le 6 Février 2020

Le tournoi de Chaniers m'offre la possibilité de participer à mon second tournoi "Bataille Empire". Depuis quelques semaines maintenant, je me suis exclusivement focalisé sur cette règle que j'essaie de décortiquer du mieux possible et ce avec plaisir et enthousiasme.

Comme il est habituel maintenant sur cette règle pour les "tournois", ce seront deux blocs qui s'affronteront (Alliés contre Coalisés) où chacun des participants essaiera d'apporter sa contribution à la victoire de son camp et non une compétition purement individuelle.

18 joueurs, venus de divers horizons, ont répondu à l'appel de Denis et des membres du club local, soit 9 joueurs dans chaque camp ce qui offre déjà un beau panel d'armées et de compétiteurs.

Seconde belle surprise, hormis mes deux complices habituels, seuls Fred est pour moi un adversaire connu l'ayant rencontré très régulièrement à AdG et Guillaume qui est une connaissance de longue date.

Si je connais bien la plupart des Poitevins présents, je n'ai jamais eu le plaisir de croiser le fer officiellement avec eux sauf pour des rencontres très amicales lors de mes visites dans leur belle région. Quant au reste des joueurs, il n'y a que de nouveaux partenaires.

 

Pour ce tournoi, je jouerai dans le camp "Français et Alliés" à la tête d'une armée Polonaise en 1812, composée de la façon suivante :

- général en chef compétent (Poniatowski) qui a sous ses ordres directs une batterie à pied de 12£

- 16ème division d'infanterie : Gl Zayoncheck (ordinaire) , 1 unité de voltigeurs, 3 unités d'infanterie de ligne dont 1 de "petite taille" et une unité de chasseurs à cheval, détachés de la division Kamienski.

- 17ème division d'infanterie : Gl Dombrowski (ordinaire), 1 batterie à pied de 6£, 1 voltigeurs, 3 unités de ligne dont 1 unité vétéran et à nouveau, une unité de chasseurs à cheval, détachés de la division Kamienski.

- Brigade de cavalerie légère du corps : Gl Kamienski (ordinaire) 1 batterie à cheval de 6£, 1 régt de ulhans et 1 régt de hussards.

soit 15 unités.

 

Pour la première rencontre, je retrouve Alex, un ami Poitevin, ce qui me réjouis au plus haut point.

Il commande une armée Russe en 1813. La doctrine Polonaise me propose une caractéristique intéressante : la "haine des Russes" qui me permet de gagner la capacité Tenace quand l'armée combat des Russes.

Enorme surprise qui bouleverse mon appréhension habituelle du jeu, Alex joue avec 2 uniques divisions très puissantes. A l'époque, avec Philippe, on s'était penché sur cette possibilité mais rapidement, on avait conclu que c'était bien risqué de jouer ainsi car on pensait trop subir la pression de divisions plus nombreuses. Alex m'a prouvé lors de cette rencontre qu'une telle composition était viable mais ne pouvait l'être, malgré tout, sans un minimum de pratique.

L'initiative est tirée et nous propose une "bataille rangée" très classique où les deux armées sont déployées d'entrée sur le champ de bataille.

Zayoncheck et Dombrowski se sont déployés de part et d'autre du moulin, Poniatowski et sa batterie de 12£ faisant la liaison entre les deux divisions d'infanterie. Ma petite division de cavalerie sous les ordres de Kamienski se plaçant dans la plaine à la gauche de Dombrowski.

Face à eux, une grosse division d'infanterie (6 régiments) soutenue par un régt de dragons et 2 batteries de 12£ "grande taille" dont l'une appartient à la Garde Russe et n'a pas de ce fait la capacité "mauvais tireur".

Dans la plaine, face à ma maigre cavalerie, 4 régiments de cavalerie dont 3 "grande taille" plus une batterie à cheval "grande taille" également ..... comment faire pour arrêter cette déferlante montée ?

La division d'infanterie Zayoncheck attaque la ferme fortifiée où se sont embusqués les chasseurs Russes.

Comme prévu, la puissance de la cavalerie du Tzar est bien difficile à contenir. Malgré tout le régiment de hussards polonais, bien soutenu par sa batterie, arrive à repousser, avec beaucoup de chance, l'attaque des dragons qui se replient en désordre.

Kamienski est bousculé. Poniatowski ordonne à son général de tenir sur place dans l'attente de renforts détachés de la division Dombrowski : voltigeurs, infanterie et chasseurs à cheval. Malgré tout la puissante division de cavalerie russe finira par emporter la décision.

Malgré des combats héroïques et acharnés, l'armée polonaise est forcée de dérouter. C'est une "victoire écrasante" pour les Russes mais les Polonais ont quand même réussi à faire de lourdes pertes à l'armée victorieuse. Ce fut une belle bataille avec un partenaire des plus agréables.

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :