Premiers tests pour Tercios.

Publié le 28 Janvier 2022

Ce jeudi, nous avons fait nos premiers tests sur le jeu "Tercios"avec Philippe. Alors qu'il a fait quelques parties d'initiation au club de Rouen, je suis pour ma part un grand débutant. Hormis le fait d'avoir regardé nombre de vidéo proposées sur le site Tercios.fr par Jérémy, Ostap et Stéphane, je n'avais jamais réellement joué à cette règle.

Le premier abord me semblait simple et c'est effectivement ce que j'ai pu ressentir à l'issue de cette partie. Tout le sel est dans l'organisation de son armée, comme dans beaucoup de jeux avec figurines, mais aussi dans les choix tactiques faits sur les options que l'on peut donner à ses généraux, options qui seront, dans le cours du jeu, transmises aux unités sous les ordres desdits généraux.

Autres choix intéressants et prédominants dans la règle, sont les ordres et attitudes attribués aux unités à chaque tour et l'ordre dans lequel on activera ces unités ainsi que leurs ordres dédiés. Bref, pas mal de réflexion, de choix et d'options de jeu qui rendent cette règle très intéressante tout en restant simple et ludique.

Nous avons pris l'option d'un affrontement historique entre deux armées de la Guerre Civile Anglaise : des  Parlementaires que je commandais et une armée Ecossaise de Montrose pour Philippe.

Le choix s'est porté sur un budget de 1000 pts afin de ne pas trop nous noyer dans une trop grande multitude d'unités et ainsi ne pas nous disperser étant encore en phase de découverte.

Les Parlementaires avaient une compositions en 2 brigades d'infanterie vétérans, 1 brigade de cavalerie, 1 contingent de dragons et une batterie d'artillerie lourde soit 8 unités le tout sous les ordres de généraux de rang 2 soit un commandement de qualité relativement correcte.

De leur côté, les Ecossais avaient des troupes plus disparates mais un peu plus nombreuses.

Le terrain avait été préparé avec un ensemble de routes, un petit village où était accolé un champ et un bois.

Lors du déploiement, j'ai eu tendance à me disperser un peu sur la table alors que Philippe avait, lui, plutôt regroupé ses unités sur un seul côté.

Sur mon aile droite, deux régiments de "pike and shot" se sont déployés et soutenus par l'artillerie font face aux Ecossais plus nombreux.

Au centre, le régiment du comte d'Essex s'est avancé près du village alors que le comte de Manchester va mettre en action son corps de mousquetaires. Cette brigade est soutenue dans ses manoeuvres par les dragons du général Okley.

 

La brigade de sir Skippon s'est mise en place et lance les premières salves sur les Ecossais du Duc de Montrose qui s'avancent soutenus par des arquebusiers montés et une compagnie de "tireurs" qui s'est emparée du champ près du village.

Les premiers échanges de feu sont meurtriers pour les deux camps. Le régiment de Skippon a essuyé les feux de salves des Ecossais Royalistes alors que le régiment de Lord Saye and Sele a entamé la compagnie de tireurs écossais.

 

Vue d'ensemble après les deux premiers tours. Alors que Skippon a placé sa brigade sur la droite du dispositif, Ireton a lancé la sienne vers les abords du village. La cavalerie de Cromwell a entrepris un large mouvement tournant afin de menacer les flancs écossais. Ceux-ci se sont réorganisés face à la menace potentielle.

La brigade Ireton ainsi que les dragons de Okley, qui ont démontés, ont lancé des attaques coordonnées sur les troupes placées aux abords du village.

Sur l'aile droite, la mission de Skippon est de retarder l'avance des Ecossais plus nombreux sur ce côté, ce qu'ils feront pendant un bon moment.

Ireton, Okley et Cromwell ont lancé leurs attaques sur l'aile repliée de l'armée de Montrose. Ceux-ci feront mieux que résister puisque les Parlementaires ne pourront franchir les lignes écossaises.

Après 3 heures de jeu et 5 ou 6 tours, nous décidons d'un commun accord d'arrêter la partie où Montrose a un petit avantage sur Fairfax.

En conclusion, le jeu est rapide, enlevé, plein de petits choix tactiques tout au long du jeu. C'est un vrai plaisir à renouveler au plus vite.

A tête reposée et avec un peu de recul, on a constaté que nous avions fait une ou deux petites erreurs dans le jeu mais rien de bien grave qui puisse réellement dénaturer la partie.

 

Rédigé par thierry

Publié dans #ECW

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :