Campagne d'Espagne "Bataille Empire" (2ème épisode).

Publié le 16 Avril 2022

Après une dure bataille perdue contre les forces combinées des Français de Grouchy et Suchet, mes troupes trouvent refuge dans Almeida afin de se regrouper pour mieux repartir en campagne.

Je (Lord Rowland Hill) repars de cette ville, bien décidé à en découdre, ne laissant qu'une simple garnison afin d'assurer mes arrières. Bien m'en a pris car mon corps d'armée avait à peine parcouru quelques lieues que des bruits de bataille nous parvenait.

 

L'attaque d'Almeida

A peine le corps principal de l'armée anglaise était parti que la petite garnison d'Almeida repère des mouvements de troupes : l'avant garde de Grouchy, forte de sa victoire précédente avait poussée plus avant afin de poursuivre son avantage acquis .... et ça passait en premier lieu par la prise de la ville d'Almeida.

L'un des principes de notre campagne est la possibilité de fortifier des villes et d'y laisser une garnison afin de la défendre. Cette garnison doit être composée de 250 pts de troupes, ce qui induit un petit déséquilibre par rapport aux armées attaquantes qui sont, elles à 300 pts.

Je déploie rapidement mes troupes dans la plaine devant Almeida. Je compte 3 divisions alors que Grouchy en déploiera 5.

Ma divisions anglaise (Gl Fergusson) occupe le flanc gauche du dispositif alors que la division Portugaise du général Oliveira sera au centre. Face à eux, 3 divisions française se déploient, dont l'une occupe un hameau formant les faubourgs d'Almeida.

La cavalerie de Fane se place à la droite de l'armée de garnison, face à elle, deux divisions françaises de cavalerie : dragons, lanciers et chasseurs se sont déployées ainsi que deux batteries à cheval.

Oliveira lance sa division vers la colline centrale alors que les colonnes françaises s'ébranlent.

La cavalerie française, sûre de sa force se prépare à l'attaque.

Fergusson fait occuper le monastère à l'extrème gauche puis lance ses régiments au devant des divisions françaises.

Au centre, les combats font rage. Les tirailleurs français harcèlent les troupes portugaises alors que les régiments de ligne ont pris pied sur la colline. L'attaque portugaise est ralentie ...

Sur l'aile droite, les cavaliers anglais ont été bousculés, les Portugais, maintenant menacés sur leur flanc, doivent stopper leur attaque et sont obligés, par précaution, de placer plusieurs régiments en carré. L'artillerie française ne se prive pas de cibler les carrés portugais afin de les ébranler avant l'attaque des cavaliers français.

Les combats pour la colline sont de plus en plus violents, mais le surnombre Français finit par faire son effet et les régiments portugais engagés doivent se replier en désordre.

Fergusson a mal coordonné son attaque. Les Français réussissent à le ralentir puis le stopper.

Après 3 heures de jeu, la cavalerie de Fane est en déroute ainsi que la division Oliveira. Seul Fergusson résiste encore. Prudemment, celui-ci ordonne à ses régiments épuisés de faire retraite. Almeida tombe. Les restes de la garnison de la ville refluent au plus vite pour éviter d'être capturés.

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :