Publié le 2 Octobre 2009

Retour à la salle de bon matin dimanche pour ce troisième tour.
Je suis opposé à Michel Acloque que je connais bien pour l'avoir croisé régulièrement lors de diverses manifestations.
La partie s'annonce difficile car il joue une redoutable armée Sassanide. Ses 3 corps sont redoutables.
Le premier contient 3 éléphants encadrés par des troupes légères.
Le second - son corps principal - est formé des cataphractes et d'un peu de cavaliers légers.
Le dernier est exactement la copie conforme de ce que je lui oppose sur cette aile : 4 cavaliers lourds arc et 2 cavaliers légers arc.
Je gagne encore une fois les initiatives (terrain et combat) et si je reste prudent sur l'aile où se trouvent les éléphants, j'avance résolument mon corps de cavalerie lourde.
Les premiers feux sont à mon avantage et ses deux cavaliers légers, dont l'un est affaibli au tir, sont attaqués par les deux miens soutenus par un élément de cavalerie lourde. Les trois autres unités tenant en respect le reste du corps sassanide.
Le combat des légers doit (devrait) tourner à mon avantage, chacun des deux cavaliers de Michel part avec un malus de 1. Mais les combats vont s'avèrer catastrophiques. Ce qui devait être une victoire se transforme en déroute.


Dans le même tour de combat mes deux cavaliers légers disparaissent, ils ne sont pas simplement désorganisés, non, ils disparaissent....deux fois 6 - 1, cela ne pardonne pas.
Michel a le chemin degagé, il se retrouve à 6 unités contre 4 et va pousser sa pression au maximum. Sur le centre, les deux corps vont s'engager. Les chars lourds soutenus par les archers ont beaucoup de mal à contenir les cataphractes. Sur l'autre aile, les éléphants repoussent petit à petit les cavaliers moyens.

L'échéance est inéluctable. Je livre des combats d'arrière-garde. La partie se termine. Michel en sort vainqueur.
J'enregistre une nouvelle défaite : 17 - 93. Mais la partie a, cependant, été très plaisante.
Michel a bien su tirer parti des avantages qu'il a pu avoir au cours de la rencontre. Ses corps étaient bien organisés et il a très bien joué.


4ème et dernière partie. Je tombe sur ..... mon frère, Christophe.
J'ai toujours eu beaucoup de mal à jouer contre lui. Il s'organise bien, se déploie tout aussi bien et voit très rapidement les points faibles de l'adversaire et sait profiter de toutes les situations.
Il joue Arméniens, a un faible commandement (+1) ce qui me donne encore une fois les initiatives. Son faible commandement ne va pas l'empêcher, cependant, de bien manoeuvrer.

Il occupe le terrain central avec son infanterie et place de part et d'autre ses deux groupes de cataphractes.
Il cache derrière une colline tout son corps allié Huns qui compte 5 cavaliers arc élite tout en me laissant croire qu'ils sont en marche de flanc.
J'avance mes cavaliers moyens vers la colline de l'embuscade et découvre ....les Huns.
Ceux-ci ripostent rapidement et aux tirs succèdent d'autres tirs. La qualité élite de ses troupes lui permettent de m'infliger un peu plus de pertes.
Les Huns chargent, les cavaliers babyloniens esquivent.















Les cataphractes chargent les cavaliers, toujours soutenus par les Huns qui assurent bien leur rôle d'alliés.
Ce sont de redoutables adversaires, ils sont "chevaliers", ont une cohésion de 4, l'impact, +1 contre les montés et bénéficient de l'armure. Bref, il ne sera pas facile de même les entamer.
Une fois encore, les combats ne tournent pas à mon avantage et rapidement les troupes babyloniennes sont submergées.
Christophe remporte une belle victoire : 16 - 94.
Il prend grâce à cette partie la 6ème place. Pour ma part, je m'enfonce un peu plus dans les profondeurs du classement et fini 11ème sur 12 participants.
J'ai passé un excellent week-end de jeu. J'ai rencontré des adversaires plus qu'agréables. L'ambiance était très détendue et Bruno a mené son affaire de main de maître. J'ai appris plein de petites choses et les premières impressions que nous avions eu se confirment en tournoi : le jeu est fluide, rapide, toujours intéressant et nous n'avons fait appel à l'arbitre qu'en de rares occasions, plus pour confirmation que pour départager deux personnes sur un point de règle obscur.
Jouer 4 parties sur deux jours nous a laissé pas mal de temps pour autre chose : certains ont refait au moins une partie par jour, d'autres en ont profité pour faire des achats auprès des nombreux revendeurs, d'autres enfin sont passés voir quelques copains présents sur d'autres règles ou sur des démos, voire faire un peu de prosélytisme auprès des visiteurs qui semblaient très intéressés par nos parties et le format du jeu.

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #L'art de la Guerre

Repost0

Publié le 1 Octobre 2009

Vendredi chargé : boulot, puis je rejoins les copains du club pour installer la salle et en toute fin de soirée, je récupère mon frère qui arrive de Poitiers pour le tournoi AdG.

Après une bonne nuit de repos, nous voici en route pour le lieu des festivités. Bruno, notre arbitre annonce la première ronde. Christophe va rencontrer Olivier Flament (le futur vainqueur) qui lui oppose une armée Néo-Babylonienne, la même que celle que je joue et lors de la partie d'entraînement que nous avons faite deux semaines avant le tournoi, Christophe avait gagné mais avait subi de lourdes pertes. Il n'est pas très confiant.

Pour ma part, je vais jouer contre Alain Buffet et ses Ostrogoths. Je présente donc des Babyloniens, très bien commandés (+5) et organisés de la façon suivante :
     - 1 général stratège, 3 unités de chars lourds, 4 unités d'archers médiocres, 2 unités de LI fronde, 1 unité de levée et une unité de chameaux légers.
     - 1 général brillant, 4 unités de cavalerie lourde arc et 2 unités de cavalerie légère arc
     - 1 général compétent et 4 unités de cavaliers moyens arc.
L'armée déroute à 21 points de pertes.



Alain me présente une grosse armée qui compte 27 unités.
Je gagne l'initiative, je choisis de jouer en "plaine". Les éléments de terrain placés, j'ai un vaste espace pour manoeuvrer ma cavalerie.
Notre déploiement est classique : l'infanterie (et chars) au centre et la cavalerie sur les ailes. Je gagne à nouveau l'initiative du combat et très rapidement avec mes cavaleries lourde et moyenne, je fais pression sur les ailes Ostrogothes. Les premiers tirs me donnent un avantage.

Les premières unités tombent. J'ai pas mal de chance sur les lancers de dés alors qu'Alain aligne quelques mauvais dés qui font toute la différence.
Il avance résolument son infanterie alors que je regroupe ma cavalerie afin de lui infliger quelques pertes avant le choc. Les archers, montés au combat pour soutenir de leurs tirs les chars sont pris à partie par quelques cavaliers.

Les tirs sont efficaces, de nombreuses unités perdent de leur cohésion et ce sont des troupes entamées qui se heurtent aux cavaliers lourds et aux chars.
Le combat tourne rapidement à l'avantage des Babyloniens. Alain ne peut que constater les dégats.

Son armée part en déroute mais m'a infligé quand même des pertes importantes.

C'est ma première victoire à AdG en tournoi. Résultat : 93 à 17.

















L'après midi, seconde partie. Je rencontre Etienne Masson qui commande une armée "Egypte Nouvel Empire".
Son commandement est aussi bon que le mien, il joue 10 chars légers arc, une infanterie de tireurs mais aussi de fantassins moyens impact...bref, pas facile. Cette armée déroute à 21 points de pertes.
Je gagne à nouveau l'initiative et les quelques éléments de terrain placés apportent un point d'appui intéressant à son infanterie. Il place 2 corps de chars légers sur son aile gauche. C'est là qu'il a décidé d'attaquer en force.

Pour ma part, je mets le corps de cavaliers moyens en marche de flanc.....malheureusement pour moi, du mauvais côté, du côté le plus dégagé comprenant les bagages et l'infanterie mais ces derniers prêts à cette éventualité vont repousser facilement les cavaliers trop isolés..
Si je l'avais placé la marche de flanc de l'autre côté, je serai rentré dans le dos de ses corps de chars et ceux-ci se seraient retrouvés pris entre deux feux.
Dommage, ce manque de jugement me coûte certainement la partie.

Etienne joue bien. Il tire parti au mieux des possibilités de ses chars et disperse mes troupes qui combattent d'une façon très inefficace et trop désorganisée.
Mes lancers de dés ne sont pas extraordinaires, mais c'est plus la façon de jouer d'Etienne qui lui fait gagner la partie que mes lancers qui me la font perdre.
Il a très bien joué et je n'ai rien pu faire.

Résultat : défaite logique 13 - 97 qui sera, pour moi, la plus lourde du tournoi.


Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #L'art de la Guerre

Repost0