Publié le 27 Février 2018

Retour sous un beau soleil à Limetz pour la seconde journée de notre tournoi NPoW.

Pour la troisième partie, je vais affronter Christian qui est un joueur redoutable. Il joue une armée des plus originale : l'armée des forces royalistes du Prince de Condé, l'une des toutes premières du livre d'armées. C'est une vrai nouveauté pour moi et je ne sais absolument pas ce que je vais affronter.

Pour ma part, ce seront mes Français à Eylau.

Notre Empereur nous donne nos ordres pour la bataille. Je dois prendre un village au centre du champ de bataille, je vais y envoyer la Garde du maréchal Bessières et une colline à l'extrême droite, rôle que je donne à la division de cavalerie légère du général Durosnel. Je dois également tenir une colline sur la partie gauche du terrain, ce rôle de défenseur est attribué au général Desjardins et sa très forte division.

La division Bessières avance et prend le village sans coup férir et d'autant plus facilement que ce n'est pas un objectif pour Christian dont l'axe d'attaque principal est la colline que je dois défendre. J'ai bien fait d'y mettre ma division la plus nombreuse car il arrive en force.

Les combats seront acharnés, je suis arc bouté en défense, soutenu par la Garde qui de son village tire et attaque tout ce qui passe à sa portée.

Sur l'autre aile, nos deux cavaleries se font face...... et comme sa batterie d'artillerie ne s'est pas encore déployée, je décide de charger toute la ligne, après un feu de ma propre artillerie qui ébranle les cavaliers lourds de Condé et tue le général de la division.... grand bien m'en fait car sur cette charge, la batterie est ébranlée et la cavalerie légère royaliste part en retraite....

.... poursuivie et rattrapée par mes chasseurs à cheval qui les déciment, ils se rendent maître au passage de la colline qui est de mes objectifs.

Je résiste au mieux à tous les assauts furieux sur la colline que je dois défendre, prend le village et la colline est conquise par mes chasseurs comme on l'a vu. C'est une belle victoire sur un adversaire des plus coriaces mais toujours aussi agréable à affronter.

 

Avec mes 18pts, je ne suis pas loin du peloton de tête car les premiers sont à 22pts. Si je gagne ma dernière bataille, je devrais être assez bien placé au final.

Cette ultime partie s'annonce et cela ne sera pas facile car je dois affronter Damien avec mes Russes. Notre ami Damien joue une forte coalition Franco-italo-bavaroise, rien que ça.... le Marché Commun de la guerre....

Sur cette partie, jouer Russe est un léger avantage car je dois tenir deux objectifs (un village à gauche et une colline à droite), n'ayant qu'un seul à conquérir : une colline en plein milieu du champ de bataille.

Je décide d'investir le village avec mes grenadiers et de m'y cramponner au mieux...

C'est chose faite rapidement et ce le sera pendant toute la bataille car Damien n'a pas ce village comme objectif, et je n'aurai jamais les points nécessaires pour redonner un nouvel ordre à cette division et la remettre ainsi en jeu.

 

Sur l'autre aille, c'est tout aussi facilement que je prends la colline avec mes batteries lourdes et mes dragons....

Je suis confiant, trop confiant quand je vois les Italiens monter au feu.... cela va me perdre car je ne vois pas le danger....

Ce que je pense être un leurre près de la division italienne qui avance, va s'avérer être un piège pour ma division qui va se retrouver attaquée de flanc par une unité de cavalerie légère qui va tout emporter...

Une batterie à été détruite, une autre est très éprouvée et les dragons sont dispersés.... le général Raievski est obligé de s'enfuir ...

Les dragons, réorganisés par Raievski qui est revenu à temps, tentent de reprendre la colline mais sans trop d'espoir car elle est trop fortement défendue maintenant...

Au centre, la division du général Paskevitch est opposée à la division bavaroise qui résistera toute la bataille ....

Je ne pourrai jamais mettre les pieds sur la colline malgré les multiples tentatives par les feux d'infanterie, la mitraille et les charges furieuses des mousquetaires russes.

En toute fin de partie, les cavaliers légers français et leur artillerie viennent apporter leur soutien aux Bavarois menacés d'être débordés...

J'ai eu assez peu de pertes, en tout cas un peu moins que Damien qui a souffert pour tenir cette colline centrale coûte que coûte.... si mes batteries lourdes ont beaucoup souffert, les dragons sont toujours là, la division de grenadiers Meklembourg bien calée dans le village n'a pas donnée et n'a donc subi aucune perte quant à la division Paskevitch, au centre, elle a subi moins de pertes que les Bavarois qui étaient sur le point de craquer.

Mes erreurs du début de partie m'ont forcées à me battre comme un fou pour ne pas être écrasé trop rapidement et ce qui me fait plaisir c'est que j'ai le sentiment de m'en être pas trop mal tiré....

Si j'ai gardé le village, j'ai perdu ma colline et je n'ai pu prendre la colline centrale. La perte de ces objectifs va être la part déterminante de ma défaite. Avec un peu plus de discernement, j'aurai pu mieux défendre ma colline en ne commettant pas les lourdes erreurs que j'ai faites, j'aurai dû mieux appréhender le déploiement et les manoeuvres de Damien.... mais on ne refera pas une bataille qui a été des plus amusantes avec un Damien au meilleur de sa forme.

 

C'est d'ailleurs lui qui gagne le tournoi, devant Thibaut et Boris.... quant à moi, je finis à une honorable 6ème place.

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0

Publié le 26 Février 2018

Après le tournoi NPoW de Villefontaine, c'est avec grand plaisir que nous retrouvons pour une seconde étape, à Limetz, cette fois-ci.

Comme toujours, nous devons préparer deux listes d'armées (une française ou allié et une coalisée) afin de varier les plaisirs.

Pour ce tournoi, qui rassemblait 14 joueurs, j'avais prévu une liste "Français à la bataille d'Eylau (corps d'armée d'Augereau)" et une liste "Russes à Borodino (corps de Raievski et Borozdine).

 

Comme en octobre à Villefontaine, chaque table, à chaque tour, était organisée de la même façon, mais aucune des batailles ne fut la même car d'autres facteurs rentrent en ligne de compte et pas des moindres : la ligne de ravitaillement de sa propre armée est placée sur un jet de dé très aléatoire ce qui peut bien compliquer une défense (car cette ligne doit être défendue au mieux) et cela se trouve parfois en contradiction avec les ordres reçus, car grosse particularité très amusante de ce tournoi, ce n'est pas nous qui fixions nos objectifs à chaque bataille, mais notre arbitre "Empereur" qui les déterminait par une lettre d'ordre très explicite.

De plus, même si nous suivions notre plan et nos ordres, nous pouvions parfois être trahis par un terrain (dont l'état était tiré aléatoirement également au moment où nous allions le franchir) ce qui amenait à nous retrouver bloqué par un terrain "impassable" par de la cavalerie ou de façon très lente et régiment par régiment par de l'infanterie. C'est toute cette incertitude qui rend aussi le jeu amusant.

 

Je joue ma première partie en tant que Borozdine à la tête de l'armée Russe, opposé aux Français de Thibaut.

Ce fut une très belle bataille, très disputée, avec un jeune joueur Rouennais des plus plaisants à affronter. Encore une fois, le faible commandement de l'armée Russe fut un des facteurs déterminants dans l'échec de l'attaque et le fait que je ne puisse prendre les objectifs qui m'étaient assignés tant les points m'ont manqués aux moments cruciaux.

Les mousquetaires russes du régiment Nijegorod et les grenadiers de la division Meklembourg tentent de monter sur la colline fortement défendue par les Français.

Le reste de la division Paskevitch tente un mouvement tournant.

Les régiments de mousquetaires Orel, Nijegorod, Poltava et Ladoga prennent pied sur la colline où les fantassins français se sont déployés. Ceux-ci les accueillent par un feu nourri.

Sur l'autre aille, une petite division française est sous le feu de deux batteries d'artillerie lourde russe sous les ordres directs de Borozdine. Les Français réussiront leurs tests de moral et contre-attaqueront pour bousculer les canons du Tzar.

La différence sur cette partie se fera uniquement sur la prise ou non des objectifs. Thibaut remportant les siens et moi, non, sa victoire est alors écrasante.

 

La seconde partie du samedi sera avec mon ami Lionel qui joue également une armée Russe à Borodino. Je joue, pour ma part, sur cette bataille, le corps d'Augereau.

Lionel a deux objectifs à prendre puis à tenir : un village près de son bord de table, et comme ce ne sera pas l'un de mes objectifs, je vais carrément l'ignorer et lui laisser. L'autre, sera d'un tout autre enjeu car c'est une colline que je dois défendre et qu'il doit prendre, mais entre ses troupes et cette colline, il y a non seulement une de mes divisions, et pas des moindres puisqu'il s'agit de la Garde, mais aussi un champ clos qui va s'avérer être un vrai bourbier où les mousquetaires russes vont s'enliser.

Il a également un objectif à protéger, une colline placée au milieu du champ de bataille qui est mon objectif principal ainsi que sa ligne de ravitaillement qui par chance tombe juste derrière la colline en question. Autant dire que je vais mettre les moyens pour atteindre les objectifs fixés.

Les mousquetaires et grenadiers russes empêtrés dans le terrain sont opposés aux chasseurs de la Garde....

Les grenadiers de la Garde soutenus par une batterie d'artillerie fusillent les régiments russes.

Les faibles défenses de la colline sont bousculées par la division Desjardins alors que la cavalerie de Durosnel attaque les ligne de ravitaillement russe avant de la prendre...

Les dragons russes tentent de réagir mais c'est trop tard...; la ligne de ravitaillement est prise par les chasseurs à cheval français et la colline est conquise par les régiments de l'Empereur..

C'est une très nette victoire de l'armée française....

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0

Publié le 24 Février 2018

Louis-Adolphe-Pierre, prince de Sayn-Wittgenstein est un generalfeldmarschall de l'armée impériale russe qui prit part aux guerres napoléoniennes. Il naquit le 17 janvier 1769 à Pereslavl-Zalesski

Il commence sa carrière au régiment Sémionovski. En 1799, il est nommé au grade de major-général et commande le régiment de hussards de Marioupol.

En 1805, il participe à la bataille d'Austerlitz puis Firedland (1807). Pendant la campagne de Russie (1812), il joue un rôle décisif en couvrant St Petersbourg.

En 1813, après la mort de Koutouzov, il est nommé général en chef de l'armée russe qu'il dirige à Lutzen et Bautzen. Il participe activement à la campagne de France (1814) sous Schwartzenberg. Il est grièvement blessé à la bataille de Bar-sur-Aube. Cette blessure l'oblige à quitter le service. Il retourne en Russie et devient conseiller d'état en 1818.

Il meurt en1843 à Lemberg.

 

Voici la version 15mm du général et de son aide de camp (figurines AB)

 

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0

Publié le 22 Février 2018

Le prince Fabian Gottlieb von Osten-Sacken naquit le 20 octobre 1752 à Tallinn.

Il commence sa carrière militaire pendant la guerre russo-turque de 1768 - 1774. Il est nommé général de division en 1797. Pendant la période napoléonienne, suite aux batailles de Pultusk (décembre 1806) et d'Eylau (février 1807), le baron von Osten-Sacken est promu dans l'Ordre de Saint Vladimir. Peu après, son opposition et l'hostilité du comte von Bennigsen le contraignent à démissionner.

Quand Napoléon envahit la Russie, Osten-Sacken reprend du service à la tête du corps de réserve basé en Volhynie. Il est chargé de défendre les frontières méridionales contre une possible invasion par les armées de la Saxe et de l'Autriche.

En 1813, joignant ses forces à celles du comte Miloradovitch, il prend Varsovie et affronte avec succès le prince Poniatowski.

Il participe aux campagnes de l'armée de Silésie sous le commandement de Blücher, il est promu général d'infanterie après la bataille de Katzbach (août 1813). Il participe à la bataille de Leipzig.

Il commande l'armée russe à Brienne (janvier 1814). Dans les engagements suivants, il commande l'armée de Silésie en remplacement de Blücher.

Il meurt en 1837 à Kiev.

 

.... et ma version du général Osten-Sacken (figurines Warmodelling)

 

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0

Publié le 21 Février 2018

J'ai trouvé sur le net le travail réalisé par Jon Bleasdale sur la bataille de Waterloo.

Il a fait une oeuvre titanesque avec des figurines 6mm et des décors de même échelle de chez Total Battle miniatures..... c'est à voir absolument.

Voici ce que cela donne :

Les deux armées face à face .... au premier plan, la Papelotte et le village de la Haie.

L'aile gauche du dispositif Allié : la Papelotte, le village de la Haie et le château de Fichermont

La Haie Sainte et les premières lignes anglaises....

Le château d'Hougoumont et ses défenseurs...

Le village de Plancenoit...

 

Une fois le décor planté, place aux troupes et à l'action....

Le 1er corps de Drouet d'Erlon et la réserve de cavalerie en seconde ligne... ce corps d'armée est placé à gauche de la Belle Alliance...

La brigade Byjland et la division Picton....

Le 2ème corps de Reille est positionné devant Hougoumont...

Les positions défensives anglaises en arrière d'Hougoumont....

L'attaque du 1er corps .... celui ci sera repoussé par les charges de cavalerie anglaise commandée par les généraux Ponsonby et Somerset (Inniskillings, Scots Greys, Life et Horse Guards entre autre...)

L'offensive française débute sur Hougoumont....

Les bois aux abords du château sont investis par les premiers éléments du 2ème corps.

En arrière, la Garde Impériale attend, l'arme au pied...

L'Empereur et sa Garde

 

Voici quelques photos de ce fantastique travail que l'on peut retrouver sur son blog... ainsi que d'autres choses toutes aussi intéressantes...

Lire la suite

Rédigé par thierry

Repost0

Publié le 20 Février 2018

Nikolaï Nikolaïevitch Raïevski naquit le 25 septembre 1771 à St Petersbourg. Il fut général de cavalerie. On le retrouve lors des grands affrontements, où il acquiert une grande renommée pour ses faits d'armes, entre l'armée Russe et l'armée Française (Friedland, Smolensk, Bautzen, Bar sur Aube, Paris....).

Il meurt le 18 septembre 1829 en Ukraine...

 

Voici la version du général Raïevski et un officier d'état major, en l'occurrence le général de Saint Priest, émigré Français au service du Tzar.

 

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0

Publié le 18 Février 2018

le maréchal Davout commandant en chef de l'armée française dirigée par Boris

 

Cela fait un bon moment que Boris n'a pas joué à NPoW, aussi avant le tournoi prévu la semaine prochaine, on a fait un petit entrainement afin de lui remettre le pied à l'étrier.

Pour cette bataille de remise en condition, Boris joue une armée française et je lui oppose des Russes 1812.

La division Toutchkov est chargée de défendre les abords du village placé de mon côté tout en couvrant le flanc gauche de l'armée. La chose va s'avérer bien délicate car elle va se retrouvée face à deux divisons dont une de cavalerie qui va largement déborder pour la menacer de flanc.

Les hussards Français et leur artillerie à cheval ont entrepris un vaste mouvement tournant qui sera un des éléments déterminant de la partie.

Devant faire face à deux attaques simultanées, les fantassins et l'artillerie de Toutchkov sont bien à la peine.

 

Au centre de mon dispositif, la division de grenadiers de von Meklembourg doit bousculer les régiments qui s'opposent à son avancée vers le village tenue par les Français. Ce dernier est l'objectif principal de cette division d'élite.

Les grenadiers soutenus par leur artillerie viennent fusiller les troupes françaises....

.... non sans subir des pertes importantes.

 

Sur l'aile droite, la division du général Paskévitch fait face à une mince ligne française .... leur objectif est de prendre la colline située juste derrière avant de se rabattre sur le village et apporter ainsi leur soutien à l'attaque des grenadiers.

Les troupes françaises souffrent terriblement d'autant plus que le général Raievski s'est mis à la tête d'un régiment de dragons qui attaque résolument un régiment léger français qui défend la colline. Ce dernier sera bien vite en difficulté car deux régiments de mousquetaires apportent leur soutien aux dragons russes.

Le général Raievski, commandant en chef de l'armée russe que je dirigeais

 

Au bout de près de 2 heures et demi de jeu, rien n'est vraiment définitif, ni dans les pertes subies ou infligées ni dans les prises d'objectifs, mais le principal n'était pas là. On s'est remis un peu les idées en place avant le tournoi avec cette session de révision et surtout, on a passé un bon moment.

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0

Publié le 16 Février 2018

Zakhar Dmitrievitch Olsoufiev naquit en 1777.

Lors de la campagne de Russie, il participa aux batailles de Smolensk, Winkowo, Malojaroslavets. A Borodino, il défendit le flanc gauche Russe à Outitza. Il fut décoré de l'Ordre de St Georges suite à son action courageuse.

Il participa activement à la campagne de France (1814) où on le retrouve à La Rothière, Champaubert et Brienne.

Il décéda en 1835.

 

Le général Olsufiev en version figurine 15mm (figurine AB)

 

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0

Publié le 14 Février 2018

Mikhaïl Andreïevitch Miloradovitch naquit le 12 octobre 1771 dans une famille noble d'origine Serbe, faisant partie de la famille royale russe.

Pendant les guerres napoléoniennes, on le retrouve à Austerlitz (1805) où sa colonne tient et défend les hauteurs du plateau de Pratzen. Lors de la campagne de Russie (1812), à la bataille de Borodino, il dirige la réserve puis, un peu plus tard, on le retrouve commandant de l'arrière-garde russe dont l'objectif est de retarder au maximum l'occupation de Moscou par les troupes françaises.

Après que Napoléon ait commencé sa retraite, Miloradovitch défait les Français à la bataille de Viazma. Son corps d'armée est ensuite l'un des plus actifs dans la poursuite de la Grande Armée en retraite.

En 1813, il mène l'arrière-garde des forces alliées à Bautzen. En 1814, Miloradovitch commande le contingent allié aux Pays-Bas.

A partir de 1818, il est nommé gouverneur militaire de St Petersbourg. Il meurt assassiné le 26 décembre 1825.

 

Voici la version figurine du général Miloradovitch (Boki Miniatures)

 

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0

Publié le 12 Février 2018

Retour à des choses plus classiques ces derniers temps avec des Russes 1812 ....

Même s'ils ne sont pas indispensables dans le jeu (en effet, des marqueurs - proposés par Damien - occupant un espace équivalent peuvent être utilisés), les trains d'artillerie "habillent" au mieux les batteries d'artillerie.

De plus, Campaign Games propose deux choses très intéressantes et importantes : des trains pour l'artillerie à pied ....

....et pour l'artillerie à cheval aux dimensions adaptées à la règle NPoW (ils tiennent sur un socle de 3cm x 5cm) avec l'ajout de la partie canon / servants, on retombe sur ce que préconise la règle pour un train complet, à savoir 3cm x 9cm.

 

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0