Publié le 30 Mars 2018

Cela fait un petit moment que je n'avais pas posté, mais je ne suis pas resté pour autant inactif. Un nouveau projet est lancé, à MeG (Mortem et Gloriam) cette fois-ci, pour pouvoir jouer en médiéval avec mes comparses du club. Médiéval car il s'agit d'une armée "Anglais Guerre de Cent Ans". Ce sera le projet "Azincourt".

J'ai bien une petite base avec des chevaliers montés .... (figurines Black Hat - Gladiator Games).....

....mais il me manque l'essentiel à savoir l'infanterie.

J'ai mis à profit ces derniers jours pour entreprendre le premier groupe d'archers...

Les figurines sont des Corvus Belli (1er rang), le second rang est formé de figurines Essex et Peter Pig pour le commandement.

Le même petit groupe avec ses pieux (fabrication "maison")

... et comme qui peut le plus peut le moins, cette armée sera aussi utilisable pour AdG.

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #MeG

Repost0

Publié le 22 Mars 2018

Après une bonne nuit réparatrice, retour aux activités ludiques en ce dimanche matin.

Ce sont les moines guerriers du Nord, Laurent et Philippe, que nous devons affronter. Nos amis commandent une belle armée des "Communes italiennes".

Cette armée est constituée de deux groupes de chevaliers moyens impact élite, de lanciers lourds et moyens et d'unités mixtes lanciers lourds / arbalétriers. Une armée donc très polyvalente et bien difficile à manoeuvrer. De plus, les deux compères sont aguerris au jeu d'Histoire ..... la partie s'annonce délicate.

Philippe déploie les Espagnols sur notre aile droite, les almogavares devant investir le champ soutenus par les chevaliers du corps.

Au centre, la fine fleur de la chevalerie française, commandée par Philippe Auguste fait face aux lourds fantassins italiens.

A côté des chevaliers, j'ai séparé en deux groupes et placé en position défensive mes lanciers lourds et arbalétriers élite, afin, à la fois de soutenir l'attaque des chevaliers et bloquer l'avancée du corps de chevaliers italiens.

L'objectif est de garder ces chevaliers à distance le plus longtemps possible et d'empêcher par tous les moyens que les montés ne s'infiltrent dans nos lignes. Pour ce faire, le petit corps "bizarre" va soutenir et appuyer l'aile de lanciers lourds. Pour la première fois du week-end, il va s'avérer très utile dans cette tâche car son "appui feu" sera une aide précieuse pour calmer les ardeurs des chevaliers italiens.

 

Au centre, la bataille fait rage, Philippe a lancé avec un certain succès, l'assaut. Les almogavares, grâce à leur impact, bousculent les fantassins moyens italiens. Les chevaliers Français ont contacté les lanciers lourds et chevaliers ennemis et réussi à faire un trou dans la ligne de défense des Communaux.

Le premier groupe de mes lanciers, appuyés par les arbalétriers élite, tiennent à distance les cavaliers légers tout en apportant leur soutien à l'attaque des chevaliers.

Sur l'aile gauche de notre dispositif, las de rester sous le feu, Laurent a lancé une attaque sur les lanciers lourds mais ceux-ci feront mieux que résister.... seul le général italien du corps est encore en vie ..... tous les autres chevaliers ont été détruits. La menace n'existe plus sur cette aile.

Au centre, Philippe réussit brillamment à passer sur les lanciers et unités mixtes italiennes soutenu par les almogavares qui ont poursuivi leur attaque.

C'est une troisième victoire mais payée plus chèrement avec 16 pertes subies.

Le dernier tour nous voit affronter la redoutable paire Bisontine, Eudes et Olivier qui dirigent une armée "Byzantins tardifs". Nos deux équipes sont en tête du classement, le gagnant, si vainqueur il y a, gagnera le tournoi.

Leur armée est composée de 3 corps de montés (un corps de chevaliers, un corps de cavaliers moyens arc et un corps mixte chevaliers/cavaliers) et un énorme et atypique corps de 12 archers médiocres, placé au centre.

Philippe Auguste occupe avec ses chevaliers élite, l'aile droite, les Espagnols sont au centre, almogavares et chevaliers, face aux archers Byzantins, mes lanciers lourds et arbalétriers élite insérés dans la ligne font face aux chevaliers impact, enfin sur la gauche, cachés dans un champ et derrière une colline, le petit corps est en attente et vu le placement adverse sera opposé aux cavaliers moyens arc ennemis. La difficulté pour ces derniers sera de traverser le champ et il me faudra tenir car l'objectif de Eudes, qui est face à moi, est de forcer le verrou pour ensuite contourner nos lignes de défense et se rabattre dans notre dos.

Le petit corps s'est dévoilé au bon moment, il tire puis se positionne afin de "fermer la porte" aux cavaliers byzantins.

Les cavaliers sont rentrés dans le terrain pour forcer le passage, mais comme ils n'ont pas de zone de contrôle dans un terrain accidenté qui les désavantage au combat, je vais pouvoir repositionner mes fantassins afin d'interdire le passage.

L'archer médiocre du groupe est laissé en soutien sur la colline. Son placement interdit également le passage de ce côté là.

Ses tirs étant inefficaces et voyant qu'il ne pourra passé, Eudes va rompre et se replier. Il ne peut charger les fantassins dans ce terrain car les malus qu'il aurait seraient trop handicapant pour ses montés.

 

Les archers médiocres vont être engagés par les chevaliers espagnols, les almogavares et une partie des chevaliers Français.... les tireurs ne pourront résister au choc.

Mes lanciers lourds et arbalétriers tiennent et empêchent les chevaliers byzantins d'intervenir efficacement.

La partie se terminent sur une quatrième et belle victoire. Nous avons eu malgré tout, 18 points de pertes.

Cette victoire nous offre la première place et c'est avec beaucoup de plaisir que nous gardons notre titre acquis l'an dernier.

 

Les résultats :

  1. P Duthil et T Moliere - français féodaux
  2. F, Chambon et Stéphane B. - Croisés
  3. L Rousseau et P Bonne - Communes Italiennes
  4. E Lefevre et O Fischer - Byzantins Tardifs
  5. B Dejoux et C Gouret - Hongrois Féodaux
  6. C & A Roudil - Byzantins Comnènes
  7. M Ronchetti et JM Lallande - Espagnols Féodaux
  8. T Moitie et T Renier - Chevaliers Teutoniques
  9. F Mainetti et J Fusella - Egyptiens Fatimides
  10. C & M Bricault - Communes Italiennes
  11. JL Heraut et D Gibert - Anglo -normands
  12. S & C Renier - Syriens
  13. F & J Defour - Français Féodaux
  14. S Fabries et S Pellicia - Ecossais Féodaux
  15. D Rohas et JC Pollet - Croisés Tardifs
  16. L Morvan et S Loiron - Espagnols Féodaux
  17. JL Denoyer et S Mace - Anglais Féodaux
  18. R Hartz et H André - Chevaliers Teutoniques

Lire la suite

Rédigé par thierry

Repost0

Publié le 20 Mars 2018

Cela fait maintenant 4 ans que je participe au seul tournoi, sur la règle antique médiévale "L'Art de la Guerre", en double et en 300pts. Si les deux premières années, les résultats n'avaient pas été à la hauteur de mes espérances, l'an dernier, associé à mon ami et complice Philippe, nous avions gagné de haute lutte le tournoi à la tête d'une armée "Principauté d'Arménie".

C'est donc en tant que "tenants du titre" que nous nous sommes déplacés à nouveau cette année, reformant l'association qui avait si bien marché l'an dernier.

Le thème ayant changé (pour 2018, l'accent avait été mis sur les armées de "chevaliers moyens"), il nous fallait donc nous replonger dans les listes afin de trouver ce qui allait nous permettre, espérions nous, de garder notre "titre"

Dans un premier temps, à mon insistance, nous nous sommes tournés vers l'armée des "Communes italiennes", armée que j'avais joué lors du tournoi de Fronton avec une certaine réussite, mais les premiers essais nous laissaient un peu, surtout Philippe, sur notre faim.

Notre choix s'est donc arrêté sur les "Français féodaux" qui nous paraissait beaucoup plus "fun" à jouer. Cette liste nous offrait beaucoup des options que nous recherchions : un stratège, des tireurs efficaces, des troupes de choc, des troupes statiques solides et des troupes de "terrain" agressives....

Avec cette armée, nous avions notre stratège : Philippe Auguste, nos tireurs efficaces - des arbalétriers pavois élite, des troupes de choc sous la forme de chevaliers impétueux élite, des lanciers lourds et des troupes moyennes agressives avec les almogavares (fantassins moyens impact élite) de nos alliés espagnols.

Il ne nous restait plus qu'à composer une liste....

Corps 1 : Gl stratège, 6 chevaliers moyens impétueux élite et 1 cavalerie lourde impact.

Corps 2 : Gl ordinaire, 5 lanciers lourds, 2 arbalétriers pavois élite et 2 LI javelot élite.

Corps 3 : Gl ordinaire, 2 fantassins moyens, 1 archers médiocre, 1 arbalétriers pavois élite et 1 LI javelot élite.

Corps 4 (alliés Espagnols) : Gl compétent, 3 chevaliers moyens impétueux élite, 2 LC javelot élite, 3 fantassins moyens impact élite, 1 arbalétriers et 2 lanciers lourds médiocres.

soit 32 unités.

Le corps 3 nous semblait bien faiblard quand nous avions, 2 semaines avant le tournoi, repris la liste pour faire une partie d'entrainement avec Manu et Olivier et nous nous demandions bien ce qui nous était passé par la tête où moment de la constitution de la liste pour qu'il soit ainsi. Ne sachant trop comment rectifier le tir, nous avons tout laissé comme cela.

 

De plus, l'un de nos petit délire pour ce tournoi si sympathique et atypique, était de nous costumer et de jouer ainsi..... ce qui fut fait (du moins pour la première journée).

Notre surprise et notre amusement fut d'autant plus grand que nous n'étions pas les seuls à avoir eu cette idée. Nos amis Nordistes nous avaient rejoints dans notre délire....

Des moines, des chevaliers "Teutoniques" et notre ami Sergix, le Grand Convertisseur ...

 

La première partie du samedi ne fut pas une surprise pour nous car, l'autre particularité du double de Villefontaine réside dans les défis que les équipes peuvent se lancer. Et comme l'an dernier, les Toulousains Stéphane et Jean Louis nous avaient "jeté le gant."

Ils dirigeaient une armée d "Anglais féodaux"....une rencontre quasi historique nous attendait.

Ces Anglais avaient une bonne base de chevaliers, de lanciers lourds et surtout de redoutables archers arc long.

Nous avions décidé, Philippe et moi, de jouer l'un en défense et attente avec le corps des lanciers lourds, arbalétriers et le petit corps "bizarre", l'autre en attaque avec les Espagnols et les chevaliers Français ..... et tout le week-end, c'est à cette tactique que nous nous sommes pliés.

En face des chevaliers Anglais, je place mon corps de lanciers et arbalétriers et je positionne le petit corps bien au chaud et protégé dans un village qui va interdire le passage aux archers Anglais.

Sur l'autre côté et en vagues successives, Philippe finira par bousculer l'autre corps de chevaliers Anglais et le reste des archers. Rien ne résistera à l'impact des chevaliers et leur capacité "élite" leur fera prendre à plusieurs reprises le dessus.

C'est une victoire où nous n'avons subi que 14 pertes. Le résultat est donc de 5 pts à 1.

 

La partie de l'après midi nous voit affronter des joueurs que nous espérions croiser : Stéphane et l'ami Brigoule de Marseille. La partie va être des plus amusantes car nos deux compères sont de joyeux compagnons. Ce qui est moins drôle, c'est leur armée : des Ecossais féodaux.

La composition de leur armée est à la fois surprenante et terrifiante : un gros corps de 12 lanciers lourds, deux alliés, l'un Gaélique qui leur apporte des fantassins impétueux, redoutables pour notre infanterie, l'autre highlanders, des fantassins arc et des "armes à deux mains", redoutables pour nos montés et enfin un corps de chevaliers et cavaliers.....le tout placé de gauche à droite sur le champ de bataille...

La masse des lanciers écossais soutenus par les Gaels... je pense que l'erreur est de les avoir laissé en un bloc compact et de ne pas les avoir lancés en vague comme nos chevaliers lors de la première bataille.

Gaels et Highlanders forment une ligne redoutable et meurtrière.... Stéphane et Brigoule les ont trop disloqués par la suite ce qui nous a permis d'isoler certains groupes afin de les attaquer plus facilement...

Mes lanciers ne sont pas très fiers en voyant arriver cette masse écossaise le long de la zone côtière ....

Le corps "bizarre" et les fantassins espagnols s'apprêtent à recevoir le choc, mais avant, ils permuteront pour créer le doute dans l'esprit de nos adversaires.... manoeuvre qui réussira à merveille.

Les fantassins ont temporisé, laissant le temps aux chevaliers d'intervenir sur les Gaels.... les lanciers Ecossais sous le feu des arbalétriers français, tentent de les soutenir du mieux qu'ils peuvent, c'est le début de la désorganisation de la ligne écossaise...

Une partie de la ligne écossaise est enfoncée, les chevaliers se protègent mutuellement ...

Au centre les Highlanders, pris à parti par les Espagnols, sont dispersés en petits groupes sous la menace des arbalétriers  et archers.....

Les almogavares se jettent à l'assaut, les chevaliers espagnols, en seconde ligne, porteront l'estocade aux fantassins écossais....

C'est une seconde victoire où nous n'avons pris que 8 pertes. Ce qui donnera un résultat comptabilisé de 6 pts à 0

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #L'art de la Guerre

Repost0

Publié le 15 Mars 2018

Pour faire bonne mesure et au cas où cela viendrait à manquer, deux généraux Russes en complément : les généraux de divisions Paskevitch et von Meklembourg (figurines Boki)

 

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0

Publié le 12 Mars 2018

Nikolaï Alexeïevitch Toutchkov est un général Russe qui naquit en 1765.

On le retrouve à Pultusk et Eylau.

En 1812, lors de la Campagne de Russie, il commande le troisième corps de la Première armée sous le commandement de Barclay de Tolly. A Borodino, il tient le flanc gauche. Le 7 septembre à la tête des grenadiers de Pavlov, il est blessé à la poitrine. Il meurt de ses blessures trois semaines plut tard. Son frère Alexandre est tué lors de la même bataille.

 

Voici ma version du général Toutchkov (figurines Boki)

 

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0

Publié le 9 Mars 2018

Parallèlement à la peinture de mon armée Russe, je me suis attelé à la peinture d'une division Bavaroise.

Plusieurs raisons m'ont amené à la préparer : j'avais les figurines depuis un bon moment, j'ai toujours trouvé les uniformes de cette armée superbes, je suis dans ma période de peinture "Napo" et enfin, cette division peut s'associer, dans le jeu, aussi bien aux Autrichiens (Arcis sur Aube) qu'aux Français (au moins 5 listes possibles)....

Voici donc ce que cela donne.... tout d'abord le général de cette division (figurine Campaign Games miniatures)

ensuite une batterie d'artillerie moyenne (figurines AB pour les servants et Essex pour la pièce)

puis de la cavalerie avec ces dragons (figurines Old Glory)

enfin de l'infanterie avec en premier l'infanterie légère - régiment Berclau (figurines Old Glory et Battle Honours)

et la ligne (figurines Old Glory) : régiment Herzog Wilhelm aux distinctives ponceau...

... le régiment Sachsen-Hildburghausen aux distinctives jaunes...

.... et pour finir, le régiment Preysing aux distinctives roses.

 

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0

Publié le 7 Mars 2018

Karl Fiodorovitch Baggovout, général Russe, naquit le 27 septembre 1761 en Estonie. Il fut tué le 18 octobre 1812 lors de la bataille de Winkowo.

Il participa activement aux différents conflits qui opposèrent la Russie à la France. On le retrouve dans la plupart des grandes batailles où il s'illustre par son courage. Il fut, d'ailleurs, grièvement blessé à Eylau et à Friedland.

Au cours de la campagne de Russie, il commandait le 2ème corps de l'armée de l'Ouest sous Barclay de Tolly. Il s'illustra à nouveau à Borodino où il prit le commandement du flanc gauche de l'armée Russe après la blessure mortelle qu général Toutchkov. Pour sa vaillance au cours des combats, il fut inscrit à l'ordre de St Alexandre Nevski, mais il fut tué avant d'avoir reçu la distinction.

 

Voici ma version du général Baggovout (figurine Boki)

 

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0

Publié le 6 Mars 2018

Retour salle de l'Amitié pour la seconde journée du tournoi de Strasbourg dit "l'offensive d'hiver", la bien nommée.

Comme prévu, j'affronte Etienne et ses Allemands médiévaux.

Etienne est l'un des joueurs les plus agréables que je connaisse et on s'est affronté à de multiples reprises, j'ai gagné parfois et plus souvent perdu mais à chaque fois, c'est acharné et toujours intéressant.

Etienne dispose d'un petit corps de chevaliers lourds impact élite soutenu par un cavalier lourd et de la cavalerie légère.

Il a pris également un allié Suisse qui lui apporte un petit contingent de piquiers élite...

Son dernier corps est formé d'un fort groupe de chevaliers lourds impact soutenu par des cavaliers arbalète.

En face de ses deux corps, j'ai placé mon corps d'infanterie, les lanciers médiocres, prudemment en retrait.

L'arbalétrier des almogavares appuyé par les cavaliers légers chassent les cavaliers arbalètes Allemands alors que les deux lignes de chevaliers se font face. L'extrémité de la ligne de chevaliers allemands sera "entamée" par les tirs des cavaliers légers espagnols, ce qui me donnera un léger avantage à l'impact.

Au centre, comme je pouvait le craindre, les chevaliers ont impactés les arbalétriers alors que les Suisses ont contactés les lanciers médiocres.... ceux-ci résisteront du mieux qu'ils peuvent.

L'intervention des almogavares qui apportent tout leur soutien aux chevaliers se déterminante car mes "boites de conserve" prennent l'avantage sur la ligne allemande.

Près du bord de mer, une fois les arbalétriers éliminés, les chevaliers Allemands se rabattent sur les piquiers qui malgré tout tiendront..... seule, la prise du camp par les Suisses terminera la partie... mais ce ne fut pas sans combattre car j'ai infligé, à Etienne, 19pts de pertes sur 23.

Quant à Patrick, il bouscule les Mycéniens de Gilles et remporte une belle victoire.

Grâce à cette victoire et ma bonne résistance, nous nous plaçons maintenant à la 4ème place par équipe.

 

Pour le tout dernier tour, je dois affronter les Bourguignons de Pascal alors que Patrick et ses Egyptiens sera opposé aux Bédouins de Roland.

On voit trop rarement Pascal sur les tournois et c'est fort dommage car c'est un joueur plaisant à rencontrer et un garçon des plus agréables.

Son armée bourguignonne est constituée principalement de tireurs (archers arc long dont certains élite et d'arbalétriers), de chevaliers à pied et d'un petit noyau de chevaliers montés.

Pascal se positionne prudemment, son allié Anglais sur son aile droite.

Au centre ses archers et à gauche ses montés.

Face à ceux-ci, je place mes almogavares et leur arbalétrier dans le terrain accidenté. Leur objectif : harceler et occuper les chevaliers adverses par un mouvement de flux et reflux, le tout saupoudré de tirs d'arbalète...

Au centre, mes fantassins lourds doivent subir les tirs des archers et arbalétriers bourguignons car j'ai choisi volontairement de "casser le verrou" sur l'aile droite c'est à dire de faire attaquer l'allié Anglais par les chevaliers lourds protégés par leur écran de cavaliers légers..... et cela marche à merveille, car mes chevaliers vont arriver au contact sans la moindre blessure. Mieux, le général Anglais, inclus, a subi une touche due à un tir heureux de jinetes.

Le choc est terrible et meurtrier, car en deux tours, les Anglais disparaissent. Sur leur aile, les almogavares ont rempli leur mission, les chevaliers bourguignons ne sont pas passés. Au centre, après une phase d'attente, mes fantassins lourds sont entrés en jeu et soutenus par mes chevaliers, portent le coup fatal à l'armée bourguignonne.

La bataille fut très intéressante car Pascal m'a donné du fil à retordre. J'ai du choisir un plan de bataille, tout en m'appuyant sur les terrains existant, et le garder sans s'affoler même quand les pertes aux tirs se sont accumulées. Je pense avoir été dans le bon "tempo" de jeu : savoir quand et où attaquer, où ralentir et où tenir "jusque à ce qu'on vous relève"... d'autant plus amusante car si au tour précédent, ce sont les lanciers lourds qui en s'effondrant laissent l'accès aux bagages, ce sont ces mêmes lanciers lourds qui portent l'estocade, ce tour, en prenant de flanc le général Bourguignon qui périra dans le combat.

C'est une troisième victoire en ayant subi 12pts de pertes.

Patrick n'arrive malheureusement pas à se défaire des Bédouins de Roland et obtient un match nul légèrement favorable.

A l'issue de ce dernier tour avec une victoire et un match nul, nous prenons la troisième place du classement par équipe.

A titre personnel, je suis troisième de la poule "médiévale"...... ce qui me fait bien plaisir.

 

Le classement (partiel) de la poule médiévale :

1 - Etienne MISSON (Allemands médiévaux) 4V et 1 double démo.

2 - Yvan GERUN (Anglo-irlandais) 4V et 1 double démo

3 - Thierry MOLIERE (Espagnols médiévaux - Aragon) 3V 2D

4 - Hugo TATE (Suisses) 3V 2D

......

 

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #L'art de la Guerre

Repost0

Publié le 5 Mars 2018

Nouvelle étape dans ma saison "Art de la Guerre", à Strasbourg, cette fois-ci..... et toute première fois pour moi dans la capitale alsacienne.

Le thème proposé par les "Grognards d'Alsace" et Jean Michel nos hôtes était très original : des équipes de 2 joueurs étaient constituées avec un joueur "antique" et un joueur "médiéval". 12 listes étaient proposées en biblique et 12 listes proposées en médiéval tardif. Chaque joueur dans sa poule classait les listes dans l'ordre de ses préférences et l'arbitre, par rapport au niveau ELO, en commençant par le plus petit niveau, attribuait les armées.

Pour Patrick, mon équipier sur ce tournoi, ce fut "Egypte Nouveau Royaume" (qui était son 3ème choix) et pour moi, ce fut "Espagnols médiévaux - option Aragon" qui était mon second choix.

Un peu à la façon d'un Risk, Jean Michel avait préparé des cartes sur lesquelles apparaissaient nos territoires que nous avions à défendre ainsi que les territoires "ennemis" que nous avions à conquérir.

Une fois la liste attribuée par l'arbitre, libre à nous d'organiser l'armée comme nous le souhaitions.

J'ai donc préparé mon armée comme suit :

- corps 1 : général compétent inclus dans un chevaliers lourd impact élite, 4 chevaliers lourds, 2 LC arbalète et 1 LC javelot élite, les jinetes.

- corps 2 : général ordinaire, 1 chevaliers à pied élite, 2 phalanges, 1 LI javelot, 2 arbalétriers et 3 lanciers lourds médiocres.

- corps 3 : général ordinaire, 3 almogavares, 1 arbalétriers et 1 LI arme à feu élite.

soit 22 unités.

Les joueurs médiévaux sont partagés en deux poules, je suis dans la première avec les Flamands, les Irlandais et les Yorkistes.

 

La première partie me voit affronter Lionel qui devient un adversaire récurent au fil des tournois. Il commande l'armée Flamande des Pays Bas. Il possède 2 corps constitués de piquiers certes médiocres mais nombreux (12 unités) soutenus par un peu de tireurs et quelques rares chevaliers.

Lionel voudrait un terrain dégagé pour placer ses piquiers mais aussi une zone côtière pour assurer un flanc. Il rate son tirage pour la côte et je réussis à placer quelques terrains accidentés.

Mes chevaliers se positionnent pour attaquer les chevaliers Flamands alors que mes cavaliers légers tentent un débordement.

Les lourds piquiers font face à mes lanciers lourds .... l'aile droite semble bien dégagée, les almogavares vont profiter de l'occasion pour infiltrer et déborder les lignes Flamandes.

 

Les chevaliers Flamands ont été presque tous détruits malgré le soutien de quelques piquiers arrivés à la rescousse.

Au centre, les infanteries s'affrontent mais les Flamands seront débordés par les almogavares qui se rabattent sur leur flanc ce qui provoquera la déroute de l'armée des Pays Bas.

C'est une victoire où j'ai perdu 14pts de cohésion.

 

Pour le second tour, ce sera Yvan qui commande une armée Anglo-irlandaise forte d'une grande majorité de tireurs dont bon nombre d'archers "arc long".

Je n'ai jamais eu le plaisir d'affronter Yvan. C'est un joueur d'un très bon niveau, méthodique et qui ne perd pas son sang froid dans les moments plus difficiles. Ce fut une partie très plaisante et Yvan aura su neutraliser ma lourde ligne de chevaliers....

...alors qu'il arrose de flèches mes fantassins.

Les almogavares tentent bien de contrer les Irlandais et malgré les pertes que je lui inflige (17pts de cohésion), je suis obligé de m'incliner.

Les lanciers lourds médiocres viennent soutenir les almogavares.

 

L'ultime partie de ce samedi sera contre Thomas qui dirige l'armée Yorkiste Guerre des Roses.

La dernière fois que nous nous sommes rencontrés (à Bruxelles), j'avais gagné la bataille mais ce fut rude et difficile. Je compte contre Thomas plus de défaites que de victoires aussi je ne suis pas trop confiant.

Son armée Yorkiste est composée de très nombreux tireurs appuyés par des phalanges et d'autres fantassins lourds.... bref, délicat à affronter.

Par chance, mes tirs passent alors que les siens, non. Ce qui va affaiblir sa ligne avant le contact final. Dans un effort désespéré, il lancera se phalanges à l'attaque des chevaliers lourds Espagnols qui les bousculeront.

Sur l'autre aile, l'arbalétrier associé aux almogavares va contrer la menace des cavaliers Yorkistes qui finiront, très affaiblis, par charger la ligne des almogavares avant de disparaitre, submergés par les Espagnols.

C'est une seconde victoire avec 12pts de pertes encaissés.

 

Au soir du samedi, avec mes deux victoires, je suis second de la poule 1 et devrais, dans un défi croisé, affronter le premier de la poule 2 : Etienne qui commande des Allemands médiévaux.

Comme il s'agit également d'un trophée par équipe, mon partenaire "antique", Patrick, a eu moins de réussite, avec deux défaites et une victoire, il se situe au milieu du classement. Notre équipe, en points combinés, se trouve à la 5ème place.

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #L'art de la Guerre

Repost0

Publié le 4 Mars 2018

Le prince Dimitri Vladimirovitch Galitzine (naquit le , et mourut le à Paris) est un aristocrate russe qui fut général de cavalerie, gouverneur militaire de Moscou, écrivain et théoricien militaire.

On le retrouve sur les grands champs de bataille de 1805 à 1814 où il commande la cavalerie russe. Il reçoit de nombreuses distinctions dues à son ardeur au combat et son courage sans égal.

 

Le Prince et son aide de camp en figurines 15mm (figurines AB)

 

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0