Publié le 29 Novembre 2019

Dernière partie annoncée et ce sera avec mon ami Palois Jean Yves qui joue une armée Navarraise. La partie sera, à n'en pas douter, plaisante et acharnée car Jean Yves est un garçon des plus agréables et surtout un fin tacticien. Pour le jeu, je suis ravi de l'affronter mais pour classement final, cela risque d'être encore plus compliqué car, je n'ai jamais réussi à le battre.

Une fois le paravent levée, j'ai la surprise de voir toute son armée concentrée dans le même espace réduit.

Pour ma part, au vue de son déploiement, mes deux petits corps de chevaliers, trop excentré sur ma droite, vont devoir se rabattre rapidement, si je ne veux pas subir ses assauts avec mon seul corps principal.

Les deux petits corps de chevaliers entreprennent leurs grandes manoeuvres pour venir renforcer le centre.

Mes chevaliers tentent une charge avant que la colonne de chevaliers Navarrais ne puisse se déployer, malheureusement, malgré mon +2 dû aux débords, je n'arrive pas à concrétiser l'attaque.

Les arbalétriers et lanciers Allemands sont venus à la rescousse des chevaliers et subissent une contre-attaque meurtrière.

Les pertes s'accumulent dangereusement.

Au centre et sur l'aile droite, chevaliers et piétons lourds Allemands bousculent les Navarrais qui cependant résisteront jusqu'au bout.

C'est une nouvelle défaite de justesse mais une fois encore ce fut une bataille des plus disputée, passionnante et pleine de rebondissements. Grands mercis à Jean Yves.

Avec 1 victoire, 1 nulle et 3 défaites, je vais me retrouver dans les tréfonds du classement.

 

Classement final (les 5 premiers) :

1 - Javier Diaz (Espagne)- Indiens Hindous - 439pts

2 - Guillaume Ballaud (Blois) - Allemands féodaux - 380pts

3 - Jean Marc Saubade (St Jean de Luz) - Byzantins thématiques - 368pts

4 - Hubert Bretagne (Lyon) - Chinois Sui et Tang - 365pts

5 - Frédéric Turpin (Toulouse) - Ordonnance Bourguignonne - 345pts

... quant à moi, avec 218pts, je finis à une peu flatteuse 22ème place.

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #L'art de la Guerre

Repost0

Publié le 28 Novembre 2019

Dimanche matin et quatrième partie de ce tournoi "Art de la Guerre".

Mon adversaire sera Jean Michel de Strasbourg qui commande une armée de "Hongrois médiévaux". Ce fut une bataille intense, acharnée .... Jean Michel ne lâche jamais rien et c'est tant mieux pour le jeu qui reste actif toute la durée des combats.

J'ai concentré mes deux petits corps sur mon aile gauche mais face à eux, il y a une forte partie. Mon centre est formé de mon infanterie lourde et à droite, j'ai placé les chevaliers du corps principal soutenu par les arbalétriers et lanciers moyens.

Les arbalétriers Allemands chassent devant eux les cavaliers légers Hongrois.

Les chocs sont particulièrement violents entre les lignes de chevaliers.

Les fantassins lourds Allemands tentent de déborder la ligne Hongroise.

Contre-attaque des chevaliers sur les lanciers et phalanges.

 

Des deux côtés, les pertes sont importantes. Le dernier tour va se jouer en blitz, nous sommes tous les deux proche du point de rupture. Lors des premiers tirs et combats, Jean Michel fait dérouter mon armée, mon seul espoir, une double démo que je peux obtenir sur un tout dernier lancer de dé.

J'ai attaqué de dos avec un de mes chevaliers, un chevalier lourd Hongrois qui a déjà deux pertes. Les facteurs sont plus que positifs : Le Hongrois part à 0 de base et même -1 de pertes soit un total de -1. De mon côté, 1 de base, 1 d'impact, 1 d'attaque arrière soit +3. Pour plus de sécurité, et comme c'est le dernier combat, je lance mon général dans la mêlée donc 1 pt supplémentaire soit +4.

J'ai un différentiel de +5 en ma faveur. Je lance le dé et fais .....1 donc avec mon différentiel cela remonte à 6.

Il ne faut pas que Jean Michel fasse moins de 5 au dé. Avec 5, il se sauve grâce à son armure plus lourde, en dessous, il perd le combat et l'armée  hongroise déroute. Jean Michel lance son dé et fait ....5 ! Damned !

Je perds mais de justesse. Ce fut une belle partie. Dommage d'être passé aussi prêt.

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #L'art de la Guerre

Repost0

Publié le 27 Novembre 2019

Pour la seconde partie de ce "Ballainvilliers 2019", je vais affronter Karim, un tout nouveau joueur, qui joue ses premières parties et qui aligne une armée Parthe.

Son petit corps d'aile est formé de 4 cavaliers légers, qui sont là pour retarder la montée de mes fantassins mais qui subiront le tir de mes arbalétriers soutenus par mes lanciers, et aussi de deux unités de chameaux cataphractés qui, sous les ordres directs du général du corps se déplaceront pour fournir un soutien aux corps menacés.

Sur l'autre aile, Karim a placé un corps de cataphractes et de cavaliers légers. Face à eux, j'ai regroupé mes deux petits corps ce qui me donne sur cette aile un avantage de puissance.

Au centre, il a mis un second corps de cataphractes, soutenu également par de la cavalerie légère arc et des archers montés. Je place face à eux mon dernier groupe de chevaliers et mes fantassins lourds.

Mes chevaliers ont chassé les cavaliers légers Parthes et se sont lancés à leur poursuite, menaçant les flancs des cataphractes. Karim a déployé ses chameaux pour aider son corps d'aile en danger.

Mon armée plus lourde et ma plus grande expérience du jeu fera la différence. C'est une victoire où je ne subis que 7 pertes.

 

 

La troisième et dernière partie de ce samedi me voit apposé à Gilles, notre ami Belge, avec qui je vais jouer pour la première fois.

Gilles déploie une armée Birmane, forte de 4 éléphants élite et d'un allié Yuan qu'on ne peut ignorer.

De plus l'armée de Gilles est un plaisir des yeux tant les figurines Magister Militum sont peintes avec goût.

L'aile droite Birmane : éléphants, archers, lanciers et cavaliers.

Le second corps Birman avec de nouveaux éléphants forme le centre du dispositif. Les alliés Yuan étant placés sur l'aile gauche.

L'allié chinois a déployé ses deux unités de fantassins obligatoires dans la plantation ce qui a été pour moi, une bien mauvaise surprise car même médiocres, les arbalétriers ne peuvent être ignorés par mes chevaliers.

Face aux Chinois, j'ai placé mes fantassins et arbalétriers pour tenir à distance les cavaliers arc. Au centre le corps Birman lance son offensive que je tente de ralentir avec mes fantassins légers. Mes troupes lourdes se sont placées en sortie de champ.

Sur ma gauche, deux groupes de chevaliers ont démonté devant la menace des éléphants élite et font front.

La bataille s'engage sur tout le front ....

Le général Birman se précipite sur un lancier lourd trop menaçant à son goût, alors que mes phalanges prennent le risque d'attaquer dans le champ un lancier moyen isolé qui a été préalablement affaibli au tir par mes LI.

Les chocs sont violents, mais la partie se terminera par un match nul. Aucune des deux armées ne prenant l'avantage sur l'autre. Ce fut cependant une bien belle bataille, intense, indécise et amusante avec un Gilles des plus agréable à affronter.

A la fin de cette première journée, avec 1 victoire, 1 nulle et 1 défaite, je suis logiquement dans le milieu du tableau.

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #L'art de la Guerre

Repost0

Publié le 26 Novembre 2019

Comme de coutume, le tournoi de Ballainvilliers clôt la saison AdG et les membres de l'ACLEB, le club local, n'ont pas failli à la tradition.

Cependant, plus qu'un simple tournoi sur "l'Art de la Guerre", c'est une vraie manifestation avec pas moins de 70 joueurs répartis sur les 4 tournois du week-end : l'Art de la Guerre qui fournissait le plus gros contingent, "Bataille Empire" la règle napoléonienne qui monte petit à petit, "Mortem et Gloriam", autre règle antique-médiévale et enfin HoTT.

 

Pour cette édition 2019, le thème imposé était d'avoir, dans son armée, au moins un chevalier et/ou un cavalier arc impact. Après une longue hésitation, j'ai choisi de jouer des "Allemands féodaux" répartis de la façon suivante :

- Corps 1 : Gl brillant, 2 lanciers lourds, 2 phalanges médiocres, 2 LI arc, 2 levées, 2 lanciers moyens, 2 arbalétriers et enfin 4 chevaliers moyens impact.

- Les corps 2 et 3 étaient identiques : Gl ordinaire inclus dans un chevalier moyen impact élite, 2 chevaliers moyens impact et 1 LC arc.

soit 24 unités pour 200pts.

La doctrine que je voulais mettre en place avec cette armée, était de mettre chaque petit corps aux ailes et le corps principal au centre en positionnant selon le déploiement "probable" de l'adversaire les chevaliers de ce dernier corps en appui de l'une ou l'autre des ailes.

Autre particularité qui devient récurrente pour ce tournoi, c'est le déploiement caché. Une fois le terrain mis en place, un paravent est positionné au centre du terrain de jeu et les deux adversaires déploient leurs armées ...puis ....surprise.

 

Pour le 1er tour, l'appariement se fait par rapprochement des dates indiquées pour chacune des armées. Pour ma part, je jouais donc des Allemands féodaux en 1260.

Aussi, même si le partenaire (Guillaume) que je devais rencontrer pour ce premier tour, est une vieille connaissance que j'apprécie tout particulièrement, ce fut malgré tout une déception car il jouait également "Allemands féodaux". Pire on avait quasiment la même composition de liste : 2 petits corps identiques en tous points et un gros corps central avec de très modestes différences.

Pire du pire, on avait pensé à la même doctrine de jeu et le placement du terrain nous a offert un même déploiement d'armée .... bref, pas très rigolo, car cela allait se jouer au dé. Et à ce jeu, Guillaume a eu plus de chance à l'impact .... même pas besoin de calculer les facteurs des combats puisque tout était identique, il suffisait de lancer le dé et celui qui faisait le plus gros score sur ce dé avait gagné. Aux tours suivants, handicapé par les touches du premier tour, je n'ai fait que subir sans avoir la moindre possibilité de rétablir la situation. Juste frustrant.

Heureusement que Guillaume est des plus sympathique car de jeu, il n'y eut pas vraiment. Je perds la partie en lui faisant 17 pertes.

Les deux petits corps de chevaliers se font face .... devant mes 2 arbalétriers, Guillaume a placé ..... 2 archers.

Ayant l'initiative, il avance et fait feu .... je ne touche rien et lui fait deux tirs et .....2 pertes. Aïe, ça commence mal.

Les deux lignes de chevaliers au combat. Je vais perdre environ 3 combats sur 4 .... re-aïe !

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #L'art de la Guerre

Repost0

Publié le 20 Novembre 2019

Ce sont trois régiments de ligne qui sont présentés ici. Les figurines sont un mélange de Campaign Games Miniatures et Warmodelling.

Le 7ème de ligne ...

Le 6ème de ligne...

et enfin le 2ème de ligne aux distinctives bleues.

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0

Publié le 12 Novembre 2019

Après le tournoi "Bataille Empire" d'Aulnay, je me suis remis avec délectation à la peinture de mes Polonais. Voici donc la suite de ce sympathique projet.

Tout d'abord, une unité d'artillerie à cheval (figurines CGM)

puis deux unités de voltigeurs en tirailleurs placés sur des bases doubles (soit 6cm de front). Ces figurines sont également des CGM.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ensuite viennent deux régiments de ulhans (figurines Warmodelling).

Pour finir, voici le petit ensemble de murets (Gauthey miniatures) qui m'a été offert lors du tournoi d'Aulnay. Je l'ai mis en peinture, soclage et flocage et en situation de jeu.

 

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0

Publié le 7 Novembre 2019

Dernière partie de ce tournoi d'Aulnay et ce sera avec Lionel, l'Empereur du camp "Français et Alliés" avec qui je vais jouer cet ultime tour. De plus ce sera une vraie bataille historique car Lionel joue une armée "Français 1815" et moi des "Anglais en Belgique, 1815" .... cela sent la revanche de Waterloo ou une triste confirmation de l'Histoire.

L'initiative nous indique que nous devons jouer une bataille rangée.

Nos objectifs sont posés. Pour Lionel, ce sera le bâtiment sur son bord de table et il a placé de mon côté, ses deux autres marqueurs : l'un dans le village et l'autre sur la colline. Pour ma part, je place un marqueur également sur la colline, comme elle est apparemment très convoitée, elle vaudra 10pts à qui la contrôlera en fin de partie. Puis, un marqueur sur le croisement de route et enfin un marqueur sur le bâtiment placé près du bois. Je sais parfaitement que je n'ai aucune chance de pouvoir contester le bâtiment en fond de table et peu de chance de prendre le bâtiment près du bois mais pour le reste, tout est possible.

Dans ce cas, pour les points d'objectifs, Lionel aurait 10 pts pour les 2 bâtiments et si je contrôle le croisement, la colline et l'empêche de prendre le village, je peux compter sur 20 pts. Cela me donnera donc un avantage non négligeable au cas où il n'y aurait pas de décision au bout des 7 tours et 3 heures de jeu.

Mon plan est simple. La division de cavalerie va ignorer le bâtiment et appuyer l'attaque de la division Cole qui aura un double rôle : tenir le village avec la milice Hanovrienne et attaquer et tenter de prendre le croisement de routes. La grosse division Picton doit sécuriser la colline si importante en plaçant l'artillerie divisionnaire et 3 ou 4 régiments en carré pour contrer la cavalerie française. Le reste de la division soutiendra Cole qui, sur cette bataille, aura un rôle primordial.

Tout va se passer comme je le souhaitais. Plus même, car la chance va être de mon côté, les dés que je peux faire aux moments importants vont rouler dans le bon sens.

Cette différence sera accentuée, car, si j'ai un plan précis en tête, Lionel va se montrer plus incertain dans ses tentatives et manoeuvres, si bien qu'à certains moments, il va même bloquer ses actions ne sachant plus trop sur quel axe attaquer.

Le déploiement de la division de cavalerie de Lord Uxbridge.

La division du général Cole investit le village, soutenue par la "Royal Horse Artillery" sous les ordres directs de Wellington.

Comme prévu, les unités Hanovriennes se barricadent dans le village alors que les régiments Anglais débordent et foncent vers le croisement défendu par les Français.

Le plan se déroule à merveille. J'ignore le bâtiment près duquel les fantassins Français forment le carré. Uxbridge laisse en menace le 6ème dragoons Inniskillings et lance le reste de sa division soutenir Cole.

Fusillés et mitraillés à bout portant, menacés par les cavaliers lourds Anglais, la division Française s'écroule petit à petit. Le croisement est pris par les fantassins du général Cole.

Sur la colline, la puissante division Picton s'est positionnée. Les carrés Anglais et l'artillerie les empêcheront même de s'approcher des hauteurs trop bien défendues.

Au 5ème tour, l'armée Française doit dérouter ayant atteint son seuil de 22 pertes. C'est une "victoire écrasante" où les pertes Anglaises ont été minimes (4 pertes).

 

A la fin de cette partie, les forces Coalisées remportent une large victoire car tous points cumulés, c'est un score de 1077 pts à 636.

A côté de notre petit tournoi, on a pu admirer, entre autre, une magnifique table 28mm. Tout était superbe, figurines et décors. Cette table représentait un affrontement entre troupes Françaises et Espagnoles lors de la Guerre de la Péninsule.

 

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0

Publié le 6 Novembre 2019

La troisième partie en ce dimanche matin, me voit opposé à mon ami Yannick qui commande une armée Polonaise 1813. Je connais cette armée pour en avoir pas mal discuté avec lui bien en amont du tournoi et pour la préparer en ce moment.

L'initiative tirée nous propose une bataille rangée, bataille où les deux armées sont dès le début de l'affrontement, déployées, face à face, sur le champ de bataille. Outre vouloir contenir l'armée polonaise, mon objectif est de prendre les points fixés et de l'empêcher de prendre les siens.

Sur cette bataille, le rôle dévolu à la petite division Cole sera d'investir et de tenir un groupe de bâtiments placé près de mon bord de table. La grosse division d'infanterie du général Picton aura un double objectif : contrer l'avancée de la division Kamieniecki et prendre en force la colline centrale qui est un objectif commun.

Sur l'aile droite, la division de cavalerie de Lord Uxbridge a pour mission de retenir la division mixte infanterie / cavalerie de Dombrowski ainsi que la petite brigade de cavalerie du général Uminski.

Vue du côté Polonais. (photo Yannick)

Les deux armées sont déployées. Picton effectue les premiers mouvements de l'armée anglaise.

La division Dombrowski s'est positionnée près d'un bâtiment, ses ulhans protégeant son aile. En arrière plan, la brigade Uminski vient se placer en soutien des lanciers.

La cavalerie de Lord Uxbridge s'ébranle en direction des lanciers Polonais.

 Au centre, Picton ordonne à ses brigades de prendre la colline .... ce qu'elles font sans coup férir.

Les combats pour la possession des hauteurs (photo Yannick)

 

(photo Yannick)

La division Picton a mis le pied sur la colline centrale. Uxbridge a lancé des premières attaques victorieuses sur la brigade de cavalerie de la division du général Dombrowski. Les ulhans ont été obligés de fuir le champ de bataille. La cavalerie anglaise se fera durement reconduire par les cuirassiers et krakus d'Uminski.

Sur la droite Kamieniecki fait avancer ses régiments pour tenter de contrer l'avance des fantassins Anglais.                                                         

Après 3 heures de jeu, aucune des deux armées n'a été ébranlée. Après décompte des pertes et des points d'objectifs, les Anglais obtiennent une victoire marginale.

Seconde victoire du tournoi ....cool.

Yannick a été, une fois encore, un partenaire de jeu des plus charmants. Il s'est cependant battu avec opiniatreté mais dans un esprit toujours fair-play et bien agréable. On a passé un bon moment de jeu et de rigolade.

Une fois encore, l'écart se creuse entre le camp "Coalisé" et le camp "Français" car mes petits camarades ont gagné la plupart des rencontres.

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0

Publié le 5 Novembre 2019

Seconde partie du samedi. En ce début d'après midi, mon Empereur, Joachim 1er de Naples, me désigne d'un doigt impérieux (bé oui, c'est un Empereur) une table sur laquelle coule transversalement une rivière.

On me désigne mon partenaire de jeu en la personne de Xavier, un tout nouveau joueur fort sympathique, qui aligne une armée de la Confédération du Rhin, un subtil mélange de Badois, Hessois et autre Rhénans ...

Je suis placé à l'opposé de la rivière où Xavier va positionner défensivement ses troupes car, ce tour ci, il va subir un assaut. Je dois déterminer mes 3 objectifs dans sa partie de table. Je choisis 2 des trois ponts disponibles ainsi qu'un carrefour en avant du 3ème pont.

La division de Lord Uxbridge est placée sur la gauche du dispositif Anglais et puis "bridge" pour prendre un pont c'est tout indiqué. Face à ma cavalerie, Xavier a placé une division de cavalerie légère dont l'un des régiments s'est positionné au delà du pont afin de ralentir mon avancée.

Le mouvement résolu de la cavalerie lourde anglaise, à laquelle Wellington a rattaché la Royal Horse Artillery, oblige le Rhénan à se replier au plus vite. Il se repositionne derrière le pont.

Les Anglais ont simultanément franchi le pont et la rivière, bousculé la cavalerie Rhénane non sans subir de lourdes pertes car Xavier a pu récupérer sa division d'infanterie mise en réserve. Celle-ci viendra appuyer sa cavalerie en difficulté.

Au centre, la mission dévolue à la division Cole est de tenir le village et prendre le carrefour situé entre ce village et le pont central.

Mission qu'elle remplie à merveille, gardant sous le feu les troupes Rhénannes les empêchant de toute velléité d'attaque.

Sur la droite, la puissante division Picton doit se charger de prendre le pont. Les Hessois se sont barricadés dans les habitations situées près de la rivière et vont tenter désespérément de tenir tête à la marée rouge.

La batterie s'est positionnée et l'une des brigades de la division va tenter de passer la rivière pour mettre une pression supplémentaire et fractionner la défense Rhénanne.

 

Sous la protection des "riflemen" et de l'artillerie, le 92ème highlanders va prendre le pont.

 

C'est une première victoire, marginale, certes, mais une première victoire quand même.

A la fin de ce premier jour, le camp "Coalisé" accroit son avance sur le camp "Français et Alliés".

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0

Publié le 4 Novembre 2019

Le grand jour est arrivé, c'est mon premier tournoi sur la règle "Bataille Empire".

Dans le cadre du Trophée Alexandre, Hervé Caille nous avait organisé un tournoi ou plutôt des rencontres sur cette règle dont il est l'auteur et rien de mieux pour une première que de se faire diriger par le créateur himself.

Ici, le classement individuel passe au second plan, voire est inexistant, le but étant de faire gagner son camp : Français et alliés contre les armées Coalisées. Chaque camp désigne au début du tournoi un Empereur, qui choisiront dans leur camp respectif les généraux qui vont s'affronter et sur quel table cet affrontement devra se faire. Deux règles cependant sont mises en place : on ne peut jouer deux fois le même adversaire et deux fois sur la même table, tables qui, entre parenthèses, ont été préparées à l'avance par Hervé afin de gagner un temps précieux et respecter un certain équilibre de jeu.

Pour cette première, j'ai choisi de jouer une armée "Anglais en Belgique, 1815" - corps de réserve à Waterloo, qui compte 3 divisions (2 d'infanterie et 1 de cavalerie) en 15 unités. Mon général en chef est brillant et l'un de mes divisionnaire est compétent, les deux autres étant "ordinaires". Avec ce général en chef brillant j'ai une initiative de 3 qui ne peut être modifiée par mon facteur de reconnaissance, car j'ai 0 n'ayant aucune cavalerie légère, pire au jet d'initiative, je donnerai même 2pts supplémentaires à mon adversaire à cause de ce manque de reconnaissance.

Ce jet d'initiative (1 dé 6 modifié par l'initiative générale et la reconnaissance) permet non seulement de déterminer l'attaquant mais aussi le type de bataille qui va avoir lieu.

Avec un différentiel de 0 ou 1, ce sera une bataille rangée, les deux armées sont déployées et se font face.

Avec un différentiel de 2 ou 3, c'est une bataille de "rencontre" où au 1er tour seule une division est sur la table ainsi que le général en chef et son artillerie attachée s'il en a une, les autres divisions arrivant l'une après l'autre sur les tours suivants, il faudra donc attendre le tour 3 pour avoir tout son petit monde sur la table .... autant dire qu'il faudra bien choisir l'ordre dans lequel les divisions vont arriver.

Avec un différentiel de 4 et +, c'est un assaut, l'attaquant a toute son armée et le défenseur n'en a que les 2/3, le dernier tiers ne pouvant rentrer qu'au tour 4.

Pour ma première partie, les deux "Empereurs" décident de nos sorts et je me vois opposé à Stéphane, de Rouen, qui joue une armée Franco-bavaroise en 1805. Comme malheureusement je pouvais m'y attendre, je dois subir un assaut...... je laisse donc hors table ma plus grosse division d'infanterie....damned !

Je place mes pions d'objectifs et je déploie mes 2/3 d'armée et malheureusement pour moi, ma cavalerie lourde, comme une buse. Avec un peu plus de réflexion, j'aurai du m'apercevoir que la déployer sur mon aile gauche était non seulement inutile mais stupide. J'avais prévu dans mon plan initial de faire rentrer au tour 4 ma dernière division dans le secteur droit aussi ai-je placé cette cavalerie à gauche.... j'aurai du faire le contraire, ma cavalerie était assez puissante pour tenir le côté droit en attendant l'arrivée de mon infanterie mise en réserve .... grosse erreur de débutant qui me coûtera cher puisqu'au final ce sera une défaite pour mes Anglais et une victoire marginale pour les Français de Stéphane.

L'impétueuse cavalerie lourde de Lord Uxbridge se précipite sur l'infanterie Bavaroise .... stupidement avez-vous dit ? ...... bé oui.

Au centre, devant le village, la division d'infanterie du général Cole s'est déployée. Au fond, on aperçoit une division de cavalerie légère française prête à manoeuvrer.

Cole organise son infanterie pour faire face au déplacement de la cavalerie française. Près de cette division d'infanterie, Wellington, lui même, déploie la Royal Horse Artillery pour soutenir l'attaque suicidaire d'Uxbridge.....

Comme prévu, la cavalerie légère se fait plus pressante et plus menaçante, aussi les Anglais et Hanovriens de Cole se mettent en carré.

A gauche, Life Guards et Inniskillings se font lourdement reconduire par les Bavarois bien soutenus par une forte artillerie.

4ème tour, la grosse division du général Picton entre enfin, ce qui freine un peu les ardeurs de la cavalerie française qui ne s'attendait pas à si forte partie.

Les restes de la division Uxbridge ont entrepris une retraite forcée poursuivis à distance par des chevau-légers Bavarois.

La division Picton s'est déployée et manoeuvre pour bloquer l'avancée des cavaliers légers Français.....

...qui se sont infiltrés au milieu des carrés Anglo-hanovriens alors qu'une division d'infanterie française a pris le village qui était son objectif principal.

 

Ce fut une belle bataille, intense et amusante, pleine de rebondissements et de frissons avec cet assaut. Comme aucune armée n'a dérouté, au bout de 3h de jeu, on compte nos pertes et on fait le point sur les objectifs pris ou non. Ayant un peu plus de pertes que lui et contrôlant moins d'objectifs que les Français, Stéphane remporte la victoire. J'ai vraiment passé un bon moment de jeu avec un partenaire des plus plaisants.

J'ai certes perdu mais cette "petite" défaite permet à notre camp "Coalisés" d'avoir un petit avantage après ce premier tour, sur le camp "Français" car mes camarades ont obtenu pour la plupart des victoires et même une victoire décisive car une des armées "alliés" a été forcée de dérouter.

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0