Publié le 30 Avril 2022

Fin de ma première "brigade" d'infanterie avec cette nouvelle unité : des Sekbans.

Leur organisation et équipement s'apparentent aux corps de mousquetaires européens.

Les figurines sont des Khurasan Miniatures.

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Tercios

Repost0

Publié le 27 Avril 2022

Alors que la bataille pour Almeida faisait rage, le corps de Suchet allait être confronté à forte partie car les deux corps Anglais de Wellesley et Hill, après concertation, avaient marché de conserve afin de se retrouver à l'endroit où nous pensions rencontrer le Français.

Bien nous en a pris car effectivement, Suchet avait bien pris le chemin que nous pensions et c'est deux corps d'armées que ce dernier allait affronter en ce beau début d'après midi.

A 600pts contre 300, nous étions sûrs de notre victoire, peut être un peu trop d'ailleurs, car Suchet n'était pas venu en victime expiatoire et il était bien décidé à nous créer le maximum de problèmes possibles.

Arrivant de la droite sur la carte, je me plaçais tout naturellement sur la ... droite de la table alors que Wellesley positionnait ses divisions sur la gauche. Ayant deux belles divisions de cavalerie, je place les deux sur l'extrême droite du champ de bataille, en deux vagues, avec des ordres différents afin de lancer des attaques successives.

Au centre, je place ma division anglaise, les Portugais s'étant déployés à la gauche de celle-ci.

Le terrain va permettre à Suchet d'appuyer sa défense mais le plus surprenant, c'est qu'il ne déploie que deux de ses divisions : la division d'infanterie italienne et sa division de cavalerie, l'ensemble appuyé par une forte artillerie.

Le doute s'installe, perdu pour perdu, a-t-il fait une marche de flanc afin de nous taquiner au mieux ou a-t-il réservé ses autres divisions pour plus tard ?

Quoiqu'il en soit les Anglais et Portugais s'ébranlent.

Je décide de lancer mes deux vagues de cavalerie, l'une avec un ordre d'attaque et l'autre, plus en retrait,  avec un ordre d'engager. De plus, petit artifice de la campagne, ayant perdu la précédente bataille contre Grouchy dans les plaines devant Ciudad Rodrigo, un de mes généraux a subi un caractère "négatif" et c'est mon général de la seconde division de cavalerie qui en fera les frais. Il est devenu "alcoolique" suite à cette bataille.

Mon infanterie progresse prudemment, Anglais en tête ....

Deux des divisions de Wellesley avancent dans la plaine, face aux tirailleurs italiens alors que sa cavalerie va tenter un débordement pour contourner le bois ce qui va s'avérer très (trop) long.

Un chasseur à cheval Napolitain est lancé par Suchet afin de ralentir l'avancée de la division anglaise. Le Français ne va pas prendre le risque d'une attaque suicidaire, il s'est placé en défense, près à contrer dès qu'il le pourra. Etant en infériorité numérique, il n'a pas trop le choix.

Les batteries de 8 des Français entrent en action faisant les premières victimes dans les rangs anglais et les  hussards de la KGL vont lancer leur attaque, les hussards Français vont fuir, les premiers lancer de dés tournent mal car impossible d'arrêter ma charge. Mes hussards vont se trouver en mauvaise posture.

Charges, contre-charges, combats, je perds à peu près tout, mes hussards sont lourdement reconduits et ma batterie reste inefficace.

Au centre, la division d'infanterie avance résolument vers les fermes où se sont retranchés les Italiens.

Alors que je devais lancer ma seconde vague de cavalerie afin de contrer les Français, mon général de division décide qu'il en avait déjà trop fait et tombe de cheval ivre mort. Avec un 1 au dé et sans commandant, la division reste impuissante et assiste à la débâcle de la KGL.

Le général est remplacé au tour suivant par un subordonné qui prend en charge la division mais ce retard sera lourd de conséquence car mon avantage numérique s'amenuise petit à petit. L'infanterie anglaise, en approche, devient de plus en plus pressante.

Tour 4. Les divisions Françaises de réserve entrent enfin en action. Suchet a regroupé ses forces et ses troupes surchargent un espace réduit. La seconde division rentrante attaque sans attendre les débris de la KGL qui déroute.  L'infanterie anglo-portugaise est aux abords des fermes et peuvent enfin faire les premiers feux.

La pression exercée par les divisions anglaise et portugaise se fait de plus en plus forte.

Le corps de Wellesley met beaucoup trop de temps à arriver, la cavalerie s'est empêtrée dans des courses inutiles et les deux divisions d'infanterie ont été trop facilement ralenties par quelques tirailleurs italiens courageux.

 

Après 6 tours de jeu, les Anglo-Portugais occupent la plupart des objectifs mais n'ont pas réussi à anéantir le corps de Suchet qui a très bien mené son affaire. La nuit arrivant, il peut se replier en bon ordre nous laissant une petite victoire marginale.

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0

Publié le 23 Avril 2022

Seconde unité de janissaires identique à la première, équipée d'arquebuses, hallebardes et piques.

Figurines Essex et commandement Khurasan.

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Tercios

Repost0

Publié le 19 Avril 2022

C'est parti !

Première étape de la peinture de cette armée ottomane pour "Tercios" avec cet officier d'une "brigade" d'infanterie. Les figurines sont des Khurasan miniatures.

Puis la première unité d'infanterie : des janissaires, unités incontournables et emblématiques de cette armée. J'ai équipé cette unité à "l'européenne" (comme les suivantes d'ailleurs) d'arquebuses, de hallebardes et de piques  Les figurines sont des Essex miniatures et Khurasan pour le commandement.

 

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Tercios

Repost0

Publié le 16 Avril 2022

Après une dure bataille perdue contre les forces combinées des Français de Grouchy et Suchet, mes troupes trouvent refuge dans Almeida afin de se regrouper pour mieux repartir en campagne.

Je (Lord Rowland Hill) repars de cette ville, bien décidé à en découdre, ne laissant qu'une simple garnison afin d'assurer mes arrières. Bien m'en a pris car mon corps d'armée avait à peine parcouru quelques lieues que des bruits de bataille nous parvenait.

 

L'attaque d'Almeida

A peine le corps principal de l'armée anglaise était parti que la petite garnison d'Almeida repère des mouvements de troupes : l'avant garde de Grouchy, forte de sa victoire précédente avait poussée plus avant afin de poursuivre son avantage acquis .... et ça passait en premier lieu par la prise de la ville d'Almeida.

L'un des principes de notre campagne est la possibilité de fortifier des villes et d'y laisser une garnison afin de la défendre. Cette garnison doit être composée de 250 pts de troupes, ce qui induit un petit déséquilibre par rapport aux armées attaquantes qui sont, elles à 300 pts.

Je déploie rapidement mes troupes dans la plaine devant Almeida. Je compte 3 divisions alors que Grouchy en déploiera 5.

Ma divisions anglaise (Gl Fergusson) occupe le flanc gauche du dispositif alors que la division Portugaise du général Oliveira sera au centre. Face à eux, 3 divisions française se déploient, dont l'une occupe un hameau formant les faubourgs d'Almeida.

La cavalerie de Fane se place à la droite de l'armée de garnison, face à elle, deux divisions françaises de cavalerie : dragons, lanciers et chasseurs se sont déployées ainsi que deux batteries à cheval.

Oliveira lance sa division vers la colline centrale alors que les colonnes françaises s'ébranlent.

La cavalerie française, sûre de sa force se prépare à l'attaque.

Fergusson fait occuper le monastère à l'extrème gauche puis lance ses régiments au devant des divisions françaises.

Au centre, les combats font rage. Les tirailleurs français harcèlent les troupes portugaises alors que les régiments de ligne ont pris pied sur la colline. L'attaque portugaise est ralentie ...

Sur l'aile droite, les cavaliers anglais ont été bousculés, les Portugais, maintenant menacés sur leur flanc, doivent stopper leur attaque et sont obligés, par précaution, de placer plusieurs régiments en carré. L'artillerie française ne se prive pas de cibler les carrés portugais afin de les ébranler avant l'attaque des cavaliers français.

Les combats pour la colline sont de plus en plus violents, mais le surnombre Français finit par faire son effet et les régiments portugais engagés doivent se replier en désordre.

Fergusson a mal coordonné son attaque. Les Français réussissent à le ralentir puis le stopper.

Après 3 heures de jeu, la cavalerie de Fane est en déroute ainsi que la division Oliveira. Seul Fergusson résiste encore. Prudemment, celui-ci ordonne à ses régiments épuisés de faire retraite. Almeida tombe. Les restes de la garnison de la ville refluent au plus vite pour éviter d'être capturés.

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0

Publié le 13 Avril 2022

Les rencontres de Toulouse m'ont conforté dans le désir de poursuivre dans cette règle. Cette dernière a également trouvé un large écho au sein du club, je peux donc envisager avec une certaine sérénité de futurs projets.

Deux me tiennent à coeur. Après la peinture de mon armée "Guerre Civile Anglaise" qui m'a mis le peid à l'étrier dans le jeu, je désirerai faire deux autres armées : une armée plus "exotique" - des Ottomans et une armée couvrant la guerre de Trente Ans - des Espagnols.

Pourquoi ces choix ?

Les Ottomans, comme je le disais pour l'originalité de l'armée et des troupes qui la composent, un savant mélange de modernité (mousquets, piques, pistolets) et de tradition avec une nombreuse cavalerie qui reste dans une lignée plus médiévale.

Les Espagnols car leurs fameux tercios ont donné leur nom à cette règle et surtout c'est une des nations qui n'a pas encore été choisie par mes amis du club. On a de déjà prêt ou de prévu des Impériaux, Français, Suédois, Hollandais des Provinces Unis mais pas encore d'Espagnols. Je me suis donc fixé sur celle-ci. J'attends avec impatience la réouverture du site Totentanz (en standby depuis 4 ans !!) et pouvoir acheter leurs magnifiques figurines, sinon, je me rabattrai sur Khurasan et leur belle gamme Testudo.

 

Comme il faut bien commencer par l'une d'elles, je vais démarrer par les Ottomans.

Les figurines 15mm qui viendront la composer seront choisies chez Essex miniatures, Legio Heroica et Khurasan miniatures.

Je devrais même pouvoir compléter cette armée avec quelques figurines Museum qui joueront à merveille le rôle de Tatars.

Je compte réaliser 8 unités d'infanterie - 4 de piquiers et arquebusiers janissaires, 2 d'arquebusiers Sekbhan (équivalent à des corps de mousquetaires européens) et 2 d'armatoles (unités d'infanterie légère mercenaires). Je devrai peindre 2 batteries d'artillerie et 8 unités de cavalerie - 4 sipahis, 2 akinjis et 2 tatars, soit aux alentours de 190 figurines en comptant les commandants.

 

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Tercios

Repost0

Publié le 10 Avril 2022

Après une soirée bien sympa entre potes, retour à la salle les dimanche matin pour affronter Stéphane et ses Samourais.

Ce dernier a opté pour une composition proche de celle de Philippe que j'avais rencontré le samedi matin, c'est à dire une option "full" piétons à 25 unités dont beaucoup de tireurs et une artillerie légère.

Encore, une fois le combat risque d'être indécis car le armées sont très proches.

Sur mon aile gauche, mon petit groupe de soutien prend position sur la colline alors que ma cavalerie s'est placé dans l'espace entre la colline et la broussaille qui a été investie par mon corps de terrain, au centre de mon dispositif de combat. Face à eux, les longues files de tireurs japonais se sont déployées.

A droite, mon corps principal (fantassins lourds et archers) fait face à des fantassins lourds et archers. On ne peut faire mieux comme égalité dans les facteurs.

La partie va se jouer principalement aux dés tellement nos troupes sont identiques et à ce jeu avec sa masse de tireurs, Stéphane prend un petit avantage.

Ma cavalerie a lancé la charge pour bousculer archers et fantassins moyens.

Stéphane organise sa défense et lui comme moi créons des débords et apportons des menaces de flanc.

Partout le champ de bataille s'est embrasé les tirs et les combats se succèdent.

Sur le dernier tour, nous sommes respectivement à 4 et 3 points de la démoralisation mais, avec beaucoup de chance, je réussis à re-grader 3 unités sur 4 tentatives. Dans un dernier effort, j'arrive, dans les ultimes combats, à lui prendre les points nécessaires à une victoire inespérée. J'ai quand même payé un lourd tribut avec 20 pertes sur 24. Bien que nos armées soient très proches, ce fut une belle bataille par son intensité.

 

Avec 3 victoires et 1 partie nulle, je vais affronter en finale Patrick et ses Teutoniques qui n'ont eu que des victoires jusqu'à présent.

Son armée, forte de 22 unités, est lourde, très lourde avec pas moins de 12 chevaliers impact ou impétueux, un vrai rouleau compresseur. Mon seul espoir, mettre suffisamment de terrains pour y placer mon infanterie moyenne trop fragile face aux "tanks" Teutoniques et pouvoir ainsi, à l'abri, le cribler de flèches.

La partie se présente bien pour le placement des champs et autres plantations mais un dernier lancer d'ajustement permet à Patrick, sur un 6, d'enlever un champ placé au centre du champ de bataille, terrain qui m'offrait une relative sécurité. Maintenant avec un espace suffisant pour regrouper sa chevalerie et lancer une attaque massive, je suis beaucoup moins confiant.

Les deux armées sont déployées, comme prévu, Patrick a regroupé l'ensemble de ses chevaliers. J'ai intercalé, dans mon corps principal, archers élite et fantassins lourds. Sur ma droite, les LI et mon petit corps de troupes moyennes ont pour mission d'investir les terrains et tenter de mettre une pression sur les flancs Teutoniques.

Patrick a placé des embuscades afin de retarder la montée de mes troupes. S'il n'y a rien, ce sera un jeu d'enfant que d'investir les terrains mais connaissant Patrick, je peux supposer que les embuscades ne sont pas vides et que quelques troupes m'attendent de pied ferme.

Effectivement, il y avait un peu de monde, 1 Lh par embuscade. Je ne peux les ignorer, je dois donc ou les combattre ou les bloquer.

Une vue plus large du champ de bataille montre l'offensive en force des Teutoniques sur mon aile gauche, alors que mon centre s'est positionné pour attendre les réserves ennemies.

Je n'ai pu éviter la charge des chevaliers et je suis bien mal engagé.

Les tirs et combats sont violents et font de lourdes pertes à l'un comme à l'autre. Mes troupes, ébranlées finissent par céder et l'armée part en déroute, non sans avoir combattu car j'ai quand même infligé 19 pertes sur 22 à l'armée Teutonique. Ce fut encore une fois une partie des plus intéressantes, pleine de rebondissements et très amusante.

Au final, je rate de peu le podium (6 petits points) en finissant à la 4ème place, mais avec 3 victoires, 1 nul et 1 défaite, le tournoi a été très correct.

Le classement :

Les joueurs du club

1: Patrick Lefebvre 429 pts Chevaliers Teutoniques 
2: Yannick Le Gonidec 372 pts Chinois Yuan
3 : Lionel Martinez 337 pts Coréens Goryeo 
4 : Thierry Moliere 331 pts Samouraïs
5 : Stéphane Paris 319 pts Samouraïs 
6: Maxime Pichot 300 pts Chinois Yuan
7: Olivier Hazard 279 pts Empire Mongol
8: Kevin Olier 272 pts Indiens Hindous
9 : Emmanuel Hazard 272 pts Alains
10: Didier Robert 238 pts Arméniens de Cilicie
11: Paul Berlandi 235 pts Nanzhao et D’Ali
12: Franck Cieur 228 pts XI Xia
13: Lionel Morvan 227 pts Alains
14: Philippe Venet 224 pts Samouraïs 
15: Thomas Tétard 222 pts Coréens Goryeo 
16: Frédéric Brutus 190 pts Empire Mongol
17 : Xavier George 134 pts Chevaliers Teutoniques 

18 : l'impair qui remplaçait Hervé, malade.

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #L'art de la Guerre

Repost0

Publié le 7 Avril 2022

Le week-end du 26 et 27 mars, avec 5 joueurs du club et un ancien du CCJH expatrié sur Nancy, nous nous sommes retrouvés à Montivilliers pour participer au tournoi Normand sur la règle AdG.

Cela faisait un bon moment que je n'avais participé à un tournoi voire même joué à AdG, je me sentais un peu rouillé car depuis la mi-septembre et le tournoi d'Auzielle en 28mm, je n'avais pas ressorti mes figurines.

 

Le thème du tournoi était "la fureur Mongole" donc un thème féodal. Pour ce fait, et pour la première fois, je décidais d'aligner une armée Samourai (liste 221) que je n'avais pas testé. La composition s'est faite un peu au feeling.

- Corps 1 : gl compétent, 4 cavalerie lourde arc élite, 1 Lh arc, 2 MI et 1 unité d'archers.

- Corps 2 : gl ordinaire, 4 HI A2M, 2 MI arc élite, 4 LI arc et 2 Hd

- Corps 3 : gl ordinaire, 2 MI arc élite et 2 MI A2M élite

soit 24 unités

Pour la première partie, j'affronte Philippe qui joue une armée .... Samourai !!  .... mais dans une composition bien différente de la mienne, très originale et bien pensée car il n'a choisi aucune cavalerie mais un fort ensemble de tireurs partant du principe qu'il allait rencontrer avec ce thème beaucoup de cavaliers et que ses archers allait être plus à l'aise pour les contrer.

Il aligne pas moins de 11 archers, élite ou ordinaire, plus une artillerie moyenne. Quelques LI, infanterie lourde et infanterie médiocre en seconde ligne.

Le terrain ne va pas réellement m'avantager car un gros élément infranchissable bloque un côté et avec ses multiples tireurs, je ne suis pas à la fête.

Je tente bien de forcer le passage à plusieurs endroits mais même si les compositions sont différentes, les unités qui sont dans nos armées respectives sont aussi puissantes les unes que les autres.

C'est sur un match nul très logique (avec un léger désavantage pour moi) que la partie prend fin.

 

La partie du début d'après midi me voit affronter Hervé, un joueur local des plus agréables, qui dirige une armée Mongole toute en vitesse et débordement.

Son armée est petite, 20 unités dont 14 Lh arc élite et 6 cavaliers arc élite dont 4 avec impact. Hervé a également pris 4 hordes sacrifiables qu'il place en première ligne pour perturber ma ligne de bataille.

Craignant d'être débordé par sa cavalerie légère, je place une zone côtière afin d'assurer ma défense sur le côté gauche. Je place de long de celle-ci mon corps de cavalerie soutenu par sa petite infanterie.

Face à eux, 8 cavaliers légers qui vont rapidement souffrir des tirs de mes Samourais.

Les Mongols vont refluer très rapidement devant les touches et les pertes qui s'accumulent car Hervé à une bien mauvaise passe dans ses lancers.

Au centre et sur l'aile droite, ses cavaliers sont également bloqués et subissent des volées de flèches et pour Hervé, les choses ne s'améliorent pas. Cela doit vraiment être très frustrant de ne pouvoir défendre ses chances, j'en suis désolé pour lui tant le déséquilibre est important.

C'est une victoire où le malheureux Hervé ne m'aura pris qu'un seul point.

Notre ami sera absent le dimanche car malade, décidément un week-end à oublier pour lui.

 

Pour la troisième partie, ce sera Didier, un vieil ami Nantais, ancien joueur de FoG et qui s'est mis à AdG depuis peu. Son manque d'expérience dans la règle cache malgré tout un joueur pugnace. C'est de plus un adversaire toujours plaisant à affronter car plein de gentillesse et d'humour. Il dirige une armée d'Arméniens de Cilicie forte de 26 unités dont 10 chevaliers moyens impétueux ou impact ... à ne pas négliger.

Le terrain se trouve repoussé sur les deux ailes mais fort heureusement une broussaille est située en plein milieu du champ de bataille ce qui va ralentir voire diviser son armée.

Didier fait une petite erreur de déploiement en plaçant un petit groupe de chevaliers derrière la broussaille espérant la traverser au plus vite. Pour le contenir, j'ai envoyé mes LI arc qui pourront soutenir l'assaut des chevaliers Arméniens dans ce terrain accidenté.

Sur l'aile gauche, j'ai placé ma cavalerie lourde et mis en embuscade ma petite infanterie de soutien.

Face à eux, Didier a déployé un autre corps de chevaliers soutenus par un fort contingent de fantassins moyens.

Alors qu'il s'avance pensant être largement plus nombreux, je sors mon embuscade ce qui va déstabiliser Didier et ralentir son offensive. Alors qu'il pensait être à 9 unités plus 2 LI contre 5 cavaliers, il se retrouve face à 8 unités japonaises.

Au centre, mes LI ont contenu les chevaliers qui ne peuvent les déloger de la broussaille, ce qui laisse le temps au reste de l'armée d'anéantir les ardeurs de la chevalerie arménienne qui se retrouve face aux archers et fantassins lourds Samourais.

Ma plus grande expérience de la règle et du jeu va faire la différence. Je réussis à l'emporter mais Didier a livré une furieuse bataille et n'a pas baissé les armes sans combattre. Il m'a fait un nombre de pertes non négligeable : 16 pertes sur 24.

Belle partie enlevée et très amusante à jouer avec un partenaire toujours aussi sympa.

 

A la fin de cette première journée, avec 2 victoires et 1 nul, je ne suis pas trop mal placé.

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #L'art de la Guerre

Repost0

Publié le 5 Avril 2022

Le week-end dernier nous nous sommes retrouvés dans la proche banlieue de Toulouse, à une vingtaine de joueurs en 15 et 28mm autour de la règle Renaissance "Tercios" pour des rencontres très amicales.

Avec Philippe, mon complice habituel, nous avons fait le long déplacement vers le Sud-ouest et y avons retrouvé plusieurs amis Toulousains et Poitevins.

Nous avons joué dans la poule réservée aux 15mm, tout en gardant un oeil plein d'admiration pour les belles figurines 28mm proposée sur les tables.

Dans notre "poule 15mm", on s'est retrouvé à 10 joueurs sur des armées en 1500 pts soit de 11 à 16 unités selon les nations alignées. Philippe était descendu avec ses Ecossais Royalistes alors que j'étais venu avec mes Parlementaires de la Guerre Civile Anglaise.

Outre nos deux armées, on a pu retrouver des Ottomans, des Français, des Hollandais, des Suèdois, des Lorrains et des Espagnols ....

Ici, point de tournoi et encore moins de classement. Comme la règle redémarre, on a pu confronter nos avis  et discuter de façon constructive sur les points de règles. Quatre parties étaient organisées (2 par journée de jeu) sur quatre des douze scénarios proposés par le livret de base ou son supplément "Kingdoms".

Pour le premier scénario, "Les champs de Gloire", je vais affronter les Suédois de Stéphane. C'est un scénario classique d'affrontement et de déploiement face  à face, où l'objectif est d'éliminer le plus de troupes adverses possible.

Les Suédois ont des bataillons de bons tireurs mais ont une fragilité certaine du fait d'un faible niveau de démoralisation.

Ses troupes de terrain sont réduites, par contre sa cavalerie est puissante. Je décide de prendre les terrains avec mon groupe de bataille et d'appuyer ainsi mon offensive d'arquebusiers montés...

Disposant de deux ailes de cavalerie, je vais le déborder sur une aile et menacer les flancs de ses piquiers et mousquetaires, pendant que l'autre aile restera prudemment en retrait.

Les deux centres s'affrontent à grands coups de mousquets et plusieurs fois Stéphane réussit à regrouper ses bataillons ébranlés, à la limite de la rupture.

Après 3 heures de jeu et 6 tours, la partie se termine sans réelle décision. Stéphane a marqué 5 points de pertes alors que je ne lui ai pris que 4 points. Pour qu'une victoire soit proclamée, après 6 tours, il aurait fallu un différentiel de 3 points.

 

La partie de l'après midi me voit affronter un ami de Poitiers, Christophe qui commande une armée Française.

Le nouveau scénario proposé - "Détermination" - est un envahissement de territoire. Toute unité qui aura traversée le centre de la table manquera un certain nombre de points selon son type. Facile à comprendre mais difficile à réaliser quand votre adversaire doit faire de même tout en vous empêchant de progresser.

Son armée, et surtout ses cuirassiers sont solides, il compte aussi sur des bataillons réformés moins puissants au tir que ma "New Model Army" Parlementaire mais quand même à ne pas négliger. La tactique est simple : rester prudent sur les ailes où ma cavalerie est désavantagée et mettre la pression au centre par le feu puissant de mes mousquets.

Les choix tactiques d'ordres attribués à mes commandants de brigade ont été fait dans ce sens, tout est axé dans la puissance et la discipline de feu. Mon général en chef, collé à la large batterie, joue le rôle d'un général d'artillerie et mène le feu des artilleurs.

Ce déluge de fer fait craquer le centre Français, mes bataillons peuvent alors avancer sans résistance. Sur l'aile, mon groupe de bataille a envahi forêts et champs et tient à distance la cavalerie française.

Mes troupes finissent par envahir complètement la partie de terrain adverse et la partie se termine au bout de 7 tours et 3 heures de jeu par un 16 points à 2.

Cette première journée s'achève sur une victoire après une partie plus acharnée que le score ne laisse paraître.

Retour à la salle en ce dimanche matin. Pour la nouvelle partie qui sera jouée sur "Bataille rangée", un autre scénario de destruction où l'on comptabilisera les unités éliminées, ces dernières pour simuler des renforts, reviendront au tour suivant par le long bord de table pour les unités d'infanterie et les côtés pour la cavalerie.

Des points de destruction sont attribués selon les types de troupes éliminées.

Pour cette troisième partie, ce sera Fred, l'ami Toulousain qui commande une belle armée espagnole. Il compte 5 Tercios dont un "Viejo" et une belle cavalerie : des arquebusiers montés mais surtout une forte brigade de cuirassiers, pas moins de 3 unités. Après les Suédois et les Français, les Espagnols m'en alignent, la mode est donc à la cavalerie de choc. Avec mon maigre régiment de "Old Ironside", je fais piètre figure devant les lourds cavaliers.

Fred n'ayant pas de troupes de terrain, une fois encore, je suis maître des forêts, des collines et des champs.

La partie est enlevée, manoeuvrante et très amusante. Une fois encore, les traits et vertus de mes commandants sont primordiaux dans le bon déroulement des opérations. Je découvre au fil des parties les traits choisis par mes adversaires pour leurs propres officiers, et certains sont très intéressants. ... mais comme on ne peut pas tout prendre, il faut faire des choix, parfois cruels.

Une fois encore, la puissance de feu de mes bataillons vont stopper l'avancée des lourds tercios espagnols et les cuirassiers seront tenus à distance respectable.

Après 6 tours, la partie s'achève sur un 6 points à 2 en ma faveur.

 

Pour la dernière partie sur le scénario "Réclamer la terre", où le but sera d'occuper des objectifs territoriaux déterminés d'un commun accord, je vais affronter Alex, un autre ami Poitevin, qui dirige une armée Lorraine.

Là encore, je vais me retrouver face à des cuirassiers et des redoutables bataillons de piquiers et mousquetiers. Petite originalité sur ce scénario, le déploiement se fait en diagonale.

Les deux bois, visibles ici, sont deux des trois objectifs désignés ainsi qu'une colline sur la droite du champ de bataille. Bien entendu, je déploie mon groupe de bataille spécialisé dans les terrains pour les occuper au plus vite, car c'est l'objectif de cette rencontre.

Me concentrant principalement sur les objectifs, ma défense se trouve à certains endroits un peu affaiblie et les cuirassiers Lorrains vont profiter de la situation pour bousculer mes arquebusiers montés et mes cavaliers lourds, mieux, ils réussiront à emporter ma batterie d'artillerie.

Après de durs combats et 5 tours de jeu, la partie s'achève. J'ai réussi à prendre 7 points d'objectifs contre 2 et remporte ainsi la bataille. Si, à ce scénario, s'était couplé un quota d'unités détruites, j'aurai été plus en difficulté tant mon armée à souffert des coups de boutoir infligés par ces redoutables Lorrains. Quoiqu'il en soit ce fut une fois encore une belle partie acharnée.

En conclusion, ce fut un beau week-end autour d'une règle très agréable à pratiquer. La prise en main est rapide et on se sent tout de suite à l'aise. Plusieurs points sont intéressants et offrent au jeu tout son intérêt.

Outre le moment où l'on prépare son armée qui est, comme dans beaucoup de jeux d'histoire, un moment tactique amusant, les choix faits dans les capacités que l'on va attribuer à ses officiers seront déterminants pour le bon déroulement des batailles futures.

Lors de ces batailles, chaque unité, à chaque tour, sera sujette à un ordre déterminant une attitude, là encore, la réflexion est de mise. Enfin, le choix de l'ordre d'activation de ces troupes et des commandants de brigade ainsi que des traits qui leur sont attribués amène encore un peu plus de piquant au jeu.

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Tercios

Repost0

Publié le 3 Avril 2022

Comme le titre l'indique, ça aurait dû mais c'est pas ....

Tout d'abord, les quelques derniers cavaliers au fond de la boite ont commencé à râler  ..... pourquoi les autres sont peints et pas nous ? ....Bref, pour tuer la révolte dans l'oeuf, j'ai cédé.

J'ai donc une nouvelle unité d'arquebusiers montés (figurines Essex) avec tout ce qu'il me restait.

Enfin, après notre partie avec Franck, une de ses unités a attiré mon attention car elle a été particulièrement efficace, aussi me suis-je dit "pourquoi pas ?". J'ai donc, là encore, recyclé les derniers fantassins en compagnie de mélée (figurines Essex).

Voilà, je suis arrivé au bout du bout, je n'ai plus de figurines pour cette armée.

Toutes les unités que j'ai pu peindre vont pouvoir me laisser un large choix quant à la composition d'une armée "Tercios" en 1500pts, et ça, c'est plutôt bien 😃.

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #ECW

Repost0