Historique - le 2ème bataillon de paras US (5 - 6 juin 1944)

Publié le 24 Juin 2007

Ordre de bataille le 5 juin 1944 à 23 h 00 « jour-J –1 »
2/505th PIR            Lt Col. Benjamin H. Vandervoort
HQ coy                  Lt James Gray
D coy                    Captain Taylor G. Smith
E coy                    Captain Clyde Russell
F coy                    Captain Hubert Bass
      (remplacé dès le 7 juin par le Lt J. Holcomb)

LtCVandervoort.jpg                                  Lt colonel Benjamin H. Vandervoort

La 82ème div. est renforcée par la
325ème GIR (régt d’infanterie transporté par planeur : « glider »), des 319ème et 320ème Bataillons d'Artillerie transportée par planeur (GFAB), des 376ème et 456ème Bataillons d'Artillerie Aéroportée (PFAB), du 80ème Bataillon Anti-aérien Aéroporté (AAAB), du 370ème Bataillon Aéroporté du Génie (AEB) et de divers éléments de soutien.
carte.jpg                                  Plan des parachutages US du jour J

Les 82ème et 101ème divisions aéroportées américaines sont désignées pour être parachutées dans les heures précédant l'offensive amphibie du Jour J, à l'Ouest du secteur d'invasion Allié, précisemment à l'Ouest et au Sud-Ouest de Utah Beach, dans le Cotentin.
Plusieurs villages, comme Sainte-Mère-Eglise, et des points stratégiques (noeuds de communication, hauteurs, etc) sont les objectifs des parachutistes américains.
Les paras de la 82ème US Airborne doivent se poser sur trois zones de "droppage" : le 505ème Régiment Parachutiste doit atterrir au Nord-Ouest de Sainte-Mère-Eglise, le 507ème Régiment Parachutiste au Nord d'Amfreville, tandis que le 508ème devra se poser au Sud du même village.
L'Etat-Major américain émet des réserves sur les chances de réussite de cette opération aéroportée : les points de chute des parachutistes sont encerclés par de nombreux marécages : la moindre erreur de largage entraînera sans aucun doute des pertes très lourdes.
 
505PIR.png                                                         Insigne du 505ème PIR

L’OPERATION « NEPTUNE »      
Dotés de leur parachute de type T.S. et avec près de 40 kilos d'équipement répartis sur le corps, 13 000 parachutistes américains des 82ème et 101ème US Airborne Divisions embarquent, peu avant minuit le 5 juin 1944, à bord d’ avions Douglas C-47.
Pendant la durée du survol du Cotentin, les Douglas C-47 sont accueillis par des tirs nourris de la FLAK allemande (défense anti-aérienne) qui sème le désordre parmi les escadrilles d'avions parachuteurs. Des dizaines d'appareils sont touchés et explosent en vol. D'autres s'écrasent au sol, le plus souvent avant que les parachutistes n'aient eu le temps de sortir. Des pilotes rompent les formations et décident de mettre le voyant vert en marche avant même que les "Drop Zones" ne soient atteintes. Ainsi, de nombreux parachutistes se retrouvent à plusieurs dizaines de kilomètres de leurs objectifs.
D'autres soldats, moins chanceux encore, tombent dans les marécages et s'y noient. Une fois au sol, les paras américains de la 82ème se mettent immédiatement en route vers leurs objectifs.
Plus de 75 % des parachutistes n'ont pas été parachutés à l'endroit initialement prévu et cette terrible réalité entraîne une désorganisation totale des forces aéroportées américaines qui n'interviennent plus qu'au moyen de poignées d'hommes qui tentent héroïquement d'accomplir leur mission. Des petits groupes de parachutistes s'organisent et se dirigent vers leurs cibles, ramassant en chemin les soldats isolés qui ont perdu tout contact avec leur propre section. 
Les parachutistes américains ont été éparpillés dans tout le Sud-Est du Cotentin, et très rares sont les sections qui sont parvenues exactement à l'endroit où elles devaient atterrir. La "Drop Zone" des paras appartenant au 505ème Régiment de la 82ème US Airborne est encerclée au Nord, au Sud et à l'Ouest par un marécage, et à l'Est par Sainte-Mère-Eglise.


           SAINTE-MERE-EGLISE
De nombreux paras atterrissent dans le village et se transforment en cibles mouvantes pour les soldats allemands qui, alertés par un incendie provoqué par l'explosion d'une bombe incendiaire, scrutent le ciel. 
                                              para-82nd.jpg 
                                         Parachutiste devant le panneau du village de Sainte-Mère-Eglise

          Le parachutiste John Steel, s'accrochera malgré lui au clocher de l'église, et il y restera durant plus de deux heures, jusqu'à ce que le village soit en grande partie sous contrôle américain : après de courts mais violents combats, la bannière étoilée est installée à la Mairie aux alentours de 4 heures du matin par des hommes appartenant au 505ème PIR ; la localité de Sainte-Mère-Eglise est enfin libérée, mais les combats n'y sont pas entièrement terminés.
De rudes accrochages vont se poursuivre pendant toute la durée de la nuit et au petit matin du Jour J, les parachutistes américains entendent les détonations des bombardements effectués par les bâtiments de guerre de l'Armada Alliée : le Débarquement va bientôt commencer.
sainte-mere-eglise-la-patrouille.jpg                les paras de la 82ème patrouillent dans Sainte-Mère-Eglise (6 juin 1944)
 


Filmographie : Les paras US du D-Day
- Le jour le plus long  (où l'on voit le largage des paras sur Sainte-Mère-Eglise)
- Il faut sauver le soldat Ryan  (Le soldat Ryan appartient à une unité de parachutistes)
- La série "Band of Brothers" sur la "Easy" Company du 506th PIR - 101st Airborne Div.

Rédigé par thierry

Publié dans #Historique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Guy de la Horde d'Or 92600 ASNIERES 23/07/2007 20:15

Sur le forum de la FFJH - partie FOW -J'ai mis un lien vers des cartes US-GB d'époque sur le débarquement, un autre moment d'émotion !