la bataille de Liegnitz : 9 avril 1241

Publié le 6 Octobre 2007

Cette bataille est plus importante par ses conséquences sur l'Europe de l'Est que sur le nombre de combattants engagés. 
Elle vit s'affronter l'armée Mongole aux chevaliers Teutoniques et Polonais.

teutonique-copie-1.jpg

Les Mongols à l'assaut de l'Europe

Au début de l'année 1241,, le Khan Ogödei lança les armées Mongoles à l'assaut de l'Europe orientale, et plus spécialement de la Hongrie. 

mongols.jpg
Le général en chef de l’armée, Sübötai, divisa ses troupes en trois corps.  A l'extrêmité Nord du dispositif mongol, on trouvait une armée relativement réduite, composée de 20.000 soldats dirigés par Baïdar et Qad'an, censée protéger les Carpathes contre une attaque des Polonais susceptibles de venir en aide aux Hongrois. 

 
Peu désireux de jouer les seconds rôles, les chefs mongols décidèrent de prendre l'offensive.  Tandis que Qad'an ravageait la région de Mazovie, Baïdar marcha vers la capitale polonaise, Cracovie.  Arrivé sous les murs de la ville, Baïdar eut recours à la ruse et ordonna la retraite.  Les Polonais, persuadés que les Mongols prenaient réellement la fuite, tombèrent dans le piège.  La sortie qu'ils effectuèrent se termina dans un bain de sang, à Chmielnick, le 18 mars 1241.  Privée de défenseurs, Cracovie fut conquise sans difficulté et incendiée le 24 mars.

 

La bataille de Liegnitz

  

Horrifié par le sort de Cracovie, inquiet du siège de Wroclaw entamé par les Mongols, Henri de Silésie entreprit de former une armée de secours dans la région de Liegnitz avec l'aide des seigneurs du nord decavalier-mongol.jpg la Pologne.

Les armées mongoles, mises au courant de la situation, entreprirent de marcher sur Liegnitz avant que la constitution de l'armée polonaise ne soit effective.

Toutefois, le 9 avril, Henri de Silésie, disposant de 25.000 hommes, s'estima capable de livrer bataille et prit position dans la plaine de Walstadt.  Entraînée à la hâte, l'armée d'Henri était divisée en trois corps comprenant :

  • l'armée féodale de Grande Pologne, similaire aux armées féodales occidentales,
  • l'armée d'Oppeln, dirigée par le Duc Mieczyslav d'Oppeln, constituée d'un fort contigent de chevaliers teutoniques
  • un corps composé de troupes moraves et silésiennes, appuyées de chevaliers Templiers et Hospitaliers.  Malgré son aspect hétéroclite, cette formation, dirigée par Henri de Silésie en personne, constituait une armée redoutable.

 

De leur côté, les deux Corps mongols de Qu'dan et Baïdar parvinrent sur les lieux du combat après avoir effectué leur jonction.
mongol-02-copie-1.jpg
Comme souvent dans les batailles moyenageuses, le combat débuta par une charge de la cavalerie silésienne contre l'avant-garde mongole, essentiellement composée d'archers.  Sous les tirs fournis des archers, les Silésiens durent rapidement battre en retraite.

Désireux de soutenir les Silésiens, Henri engagea la cavalerie de la Grande Pologne ainsi que les chevaliers Teutoniques.

Sous les assauts massifs de la cavalerie, les Mongols parvinrent à garder leur cohésion mais, par endroits, un certain flottement se fit sentir.  Persuadé d'être sur le point de mettre en fuite ses ennemis, Henri de Silésie engagea dès lors l'ensemble de sa cavalerie, y compris les chevaliers Hospitaliers et les Templiers, négligeant de conserver la moindre réserve.

A ce moment, la cavalerie légère mongole, déployée aux ailes, lança une attaque en tenailles contre la cavalerie polonaise.  Assaillie sur les flancs et sur ses arrières, la chevalerie polonaise perdit rapidement toute sa cohésion et se transforma en une masse inutile et incontrôlable.

Le dernier acte consista en une attaque de la cavalerie lourde mongole, cuirassée et armée de lance, qui anéantit les restes de la chevalerie polonaise.  Il ne restait que les fantassins, de faible valeur et démoralisés, que la cavalerie mongole n'eut aucun mal à disperser...

 

Les terribles nomades Mongols avaient mis à genoux l'aristocratie d'Europe du Nord.  La Hongrie, désormais privée du soutien polonais, pouvait craindre l'avenir....

 

Rédigé par thierry

Publié dans #Historique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

vaness 10/10/2007 21:05

Moi personnellement je pense que je trouve que personne ne met beaucoup de commentaires sur ce joli blog !!!!!!! je sais que cette formulation ne se fait pas en français ( moi personnellement je .... ) mais c'était juste fait un peu exprès car je devais insister sur cette impression !!!!!!!!!! Sinon très joli blog, je comprends pas tout mais c'est intéressant ( en même temps j'ai des mèches blonde alors ça se comprend ) !!!!!!!! allez au revoir monsieur mon papa !!!!!!!!