DBM : Rapport de bataille (3)

Publié le 12 Octobre 2007

Ce nouveau rapport de bataille, nous entraîne vers les plaines de l'Europe de l'Est. Nous avons décidé avec Laurent Legoas, mon partenaire du soir, de faire une partie DBM "historique" car suite à l'article sur la bataille de Liegnitz, nous allons opposer mon armée Mongole à son armée Teutonique.
mongols-copie-1.jpg
Laurent, est un peu anxieux, car ses dernières parties, déjà anciennes, avec cette armée ne se sont pas toujours soldées par des victoires. De plus, cela fait plusieurs mois qu'il n'a pas fait de partie DBM s'étant concentré tout ce temps sur le développement de la règle LoToW au club et à l'extérieur, règle dont il est un des animateurs très actif.. Il craint tout particulièrement les manoeuvres de la cavalerie légère mongole et redoute de "taper dans le vide" quand ses chevaliers chargeront. Il n'a pas tort, les Mongols ne sont pas suicidaires et ne resteront pas sagement en face des "blindés" teutoniques.
chevaliers-teutoniques.JPG 
Il joue donc "Teutonic Orders" (Ordre Teutonique) livre 4 liste 30. Il aligne trois corps redoutables :
Son organisation est simple, un très "gros" corps sous les ordres du général en chef, le Grand Maître de l'Ordre en personne et deux petits corps de soutien. Chaque corps d'armée possède 5 chevaliers dont le général. Laurent a donc décidé de répartir ses forces sur les trois afin "d'amortir" les éventuelles pertes.

     - corps 1 : le C-in-C, 4 chevaliers, 4 cavaliers légers, 2 Knechte (arbalètriers montés) classés Cv inférieure et toute l'infanterie (6 arbalètriers, 4 lanciers, quelques éléments d'auxiliaires et de troupes légères et un ensemble disparate de paysans armés classé "hordes". L'ensemble fait un corps solide qui démoralise à plus de 10 éléments.
     - corps 2 : un général chevalier, 4 chevaliers, 4 cavaliers légers et un fantassin léger soit 9,5 équivalents éléments, démoralisation à 3,5.
     - corps 3 : Ce corps est composé de la même façon que le crops 2.
L'armée Teutonique compte une cinquantaine d'éléments et démoralise à 25.
ligne-de-chevaliers.JPG
Je dois me méfier et préparer minutieusement mon attaque. La tactique est simple : manoeuvrer sur les ailes, attaquer quand je suis en surnombre et frapper au moment décisif avec ma cavalerie lourde. Tout cela est très théorique, mais de la théorie à la pratique, il y a souvent un monde.....et connaissant Laurent et sa façon de jouer, la partie sera rude de toute façon.

Pour ma part, je joue "Mongol Conquest" livre 4 liste 35. J'ai choisi une armée en quatre corps. Ceux-ci sont petits donc fragiles mais très manoeuvrant, ces quatre corps réguliers vont me permettre de réaliser, j'espère, tous les mouvements que je souhaite.
La composition est la suivante :
     - corps 1 : général en chef, 8 cavaliers lourds Cv (S), 7 cavaliers légers Lh (S) et un cavalier des steppes
     - corps 2 : général subordonné et 9 cavaliers légers Lh (S)
     - corps 3 : général sub. et 6 cavaliers des steppes Lh (F)
    - corps 4 : corps mercenaire Khitan : général, 3 cavaliers lourds, 4 cavaliers moyens et 2 cavaliers légers.
L'armée ne compte que 44 éléments et démoralise à 22.

Le jeu va-t-il rejoindre la réalité historique ?

d--ploiement-initial.JPGLaurent est l'attaquant et va déployer ses corps de façon à ce que les chevaliers forment un bloc compact pour une charge qui se voudrait unique et décisive. Les flancs étant protégés d'un côté par les cavaliers légers des petits corps et de l'autre par l'infanterie.

De mon côté, je déploie de gauche à droite, et très en profondeur, le corps du général en chef, la mission des cavaliers légers étant de ralentir l'infanterie, puis le corps subordonné Khitan donc les rares "light horses" devront freiner l'assaut des chevaliers et sur l'aile droite, les deux corps de cavalerie légère qui à 17 contre 8 vont très largement avoir l'avantage du nombre. L'objectif est simple pour ces 2 corps, anéantir la cavalerie légère adverse et se rabattre sur les flancs de la chevalerie teutonique pour l'entamer avant l'attaque finale des cavaliers lourds et de la garde du Khan.

Le dispositif du début de bataille correspond exactement à ce que j'avais souhaité.

Laurent imperturbable avance. Il essaie bien quelques manoeuvres de retardement sur l'aile occupée par lachevaliers-contre-Lh.JPG cavalerie légère, mais comme prévu, les premiers combats tournent vite à mon avantage, d'autant plus que mon adversaire connait une incroyable malchance aux dés, malchance qui va durer toute la partie.

Les cavaliers Khitan se mettent petit à petit en place, le Khan dirige sa garde vers le lieu où le choc va avoir lieu, alors que les chevaliers teutoniques avancent toujours malgré les pertes qui s'accumulent sur l'aile droite. En effet après avoir détruit les quelques éléments de cavalerie légère, les Toumans mongols se rabattent sur la ligne découverte des chevaliers et les combats à trois contre un amplifient la déroute.


chevaliers-en-danger.JPGSur l'autre aile, les quelques cavaliers mongols engagés reçoivent une volée de flêches des arbalètriers et sont obligés de se replier. Ils vont rester toute la partie à proximité de l'infanterie, l'empêchant ainsi d'apporter l'appui nécessaire au centre du dispositif teutonique.

Les derniers mouvements se font et les restes des chevaliers (ils arriveront à 3 seulement au contact de la cavalerie lourde mongole sur les 12 chevaliers lancés au départ) subissent les assauts combinés de la garde, des Khitan et de la cavalerie légère qui s'est reformée.

La fiction a rejoint la réalité historique, la fière armée de chevaliers teutoniques est entièrement détruite. Les Mongols, quant à eux n'auront perdu qu'un seul élément de cavaliers lourds Khitan.


l-assaut-final.JPG


Rédigé par thierry

Publié dans #DBM

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Laurent Le Goas 13/10/2007 14:12

La défaite a été complète mais pas de regrets. Il était hors de question que ma chevalerie se mette à courrir dérrière les rapides cavaliers mongols dans une immense partie de cache-cache qui aurait inévitablement tourné à mon désavantage. Hors de question, aussi, de m'arc-bouter autour de mes bagages avec avec toute mon armée. L'idée même d'employer mes Kn(S) en tant que gardien de camp me répugne. La tactique prévu était d'une simplicité biblique (Ach !... Toute la finesse teutonique !!) : Viser les bagages adverses et rouler sur tout ce qui se mettrait sur le chemin du rouleau compresseur. Les LH devaient servir de retardateurs sur les flancs, sachant qu'ils ne tiendraient pas longtemps, mais juste assez, enfin je l'espérais, pour permettre une charge meurtrière. En face, Thierry a joué comme je l'attendais. Malheureusement, mes légers, n'ont pas tenus du tout et mes Kn, pris de flancs, ne faisaient que de petits dés.... Bref, je le répète, pas de regrets. J'ai appliqué le plan comme prévu, Thierry a manoeuvré parfaitement. Dommage que je n'ai pas eu un peu plus de chance dans les combats (une bonne ribambelle de 1 et 2.....) qui auraient pu rendre la partie plus tendue.Je les aurais un jour !.... Je les aurais !! :-D