Historique : La bataille de Las Navas de Tolosa (1212)

Publié le 16 Décembre 2007

La "Reconquista" ou "la Reconquête de l'Espagne par les Chrétiens"

Lorsque les Musulmans s'emparèrent du royaume wisigoth en 711, les chrétiens de l'actuelle Espagne trouvèrent refuge dans les régions montagneuses du nord du pays. De là, ils menèrent des opérations de harcèlement contre les conquérants.

Au XIème siècle, la politique défensive des chrétiens fit place à uneEl-Cid.jpg volonté offensive facilitée par la scission de l'émirat de Cordoue en de multiples royaumes rivaux.

Ce fut l'époque de la "Reconquista" à laquelle participèrent des chrétiens d'autres régions d'Europe.  Comme lors des lointaines croisades, les combattants de la "Reconquista" se virent octroyer de nombreuses indulgences par l'Eglise, leurs péchés furent absous en contrepartie de la lutte contre les Maures.

En 1147 toutefois, les Almohades unifièrent le Maghreb et le sud de l'Espagne.

Face à cette union musulmane, la reconquête chrétienne marqua le pas.  L'union des souverains ibériques se révéla nécessaire.  Au XIIème siècle, les principautés ibériques étaient au nombre de quatre :

     - le Portugal

     - la Castille

     - la Navarre (qui enclavée entre les royaumes chrétiens ne tira pas d'avantages territoriaux de la reconquête)
     - l'Aragon.

L'élément moteur de l'union ibérique fut l'archevêque de Tolède Rodrigo Jimenez de Rada qui, entre 1206 et 1209, parvint à unir Alphonse VIII de Castille, Pierre II d'Aragon et  Sanche VIII de Navarre.  Ayant obtenu le soutien du pape Innocent III, l'archevêque leva des croisés dans l'Europe entière.

Calatrava
  

En juin 1212, l'armée chrétienne se réunit à Tolède, ancienne capitale des Wisigoths. Elle marcha ensuite sur la place forte de Calatrava, porte de l'Andalousie, qui fut rapidement conquise.

La perte de Calatrava fut un revers majeur pour les musulmans.  Son défenseur, Yusuf ben Kadis, fut exécuté sur ordre du calife Al-Nasir.

Toutefois, la victoire provoqua la défection de la quasi totalité des croisés non-ibériques qui s'estimèrent dès lors libérés de leurs engagements. Ce fut donc une armée espagnole qui poursuivit sa marche vers le sud.

La marche vers Las Navas de Tolosa  

L'armée ibérique poursuivit sa marche en empruntant des sentiers détournés afin d'échapper à la vigilance des éclaireurs musulmans.

almoravid.gifParvenus à quelques kilomètres au nord du village de Las Navas de Tolosa, les chrétiens se heurtèrent aux forces almohades.

Inquiet des progrès chrétiens, le prince almohade Yaqub ben Yusuf avait en effet quitté le Maroc à la tête d'une puissante armée qui s'était, au passage, emparée de la forteresse chrétienne de Salvatierra.

Parvenu le premier à Las Navas, le chef musulman s'employa à consolider ses positions.

Forte de 200.000 hommes, son armée s'organisa en un centre d'infanterie almohade soutenu par deux ailes de cavalerie, Berbères et Andalous d'un côté, Almohades de l'autre.


L'infanterie musulmane occupa une hauteur et se vit adjoindre des "abids", soldats d'élite armés de longs javelots, et des archers.

 En face, les chrétiens, en nombre quasiment égal, s'organisèrent de façon très similaire avec, toutefois, le désavantage d'une position inférieure.

La bataille  

L'assaut chrétien, lancé aux premières lueurs du jour, le 16 juillet 1212, fut arrêté par les flèches desibn-tashfin-copie-1.jpg archers musulmans.

La cavalerie berbère enveloppa les ailes des Ibériques dont quelques contingents commençèrent à prendre la fuite.

Avec sa cavalerie d'élite, le roi de Castille chargea le centre musulman qui se disloqua. Parvenant jusqu'au retranchement où se tenaient les archers ennemis, les cavaliers les taillèrent en pièces.

Décontenancés par la rupture de leurs lignes, les Musulmans désertèrent en masse.

Protégé par sa garde, le prince almohade quitta le champ de bataille.  Sa fuite eut raison du moral des derniers combattants musulmans. La plupart des fuyards furent tués lors de leur fuite.

Yaqub ben Yusuf se réfugia à Baeza qu'il dut rapidement abandonner pour trouver refuge au Maroc.

 

Le tournant de la "Reconquista"

La bataille de Las Navas de Tolosa n'eût guère de conséquences immédiates, hormis celle de donner le contrôle de la vallée du Guadalquivir aux chrétiens.

 
A long terme toutefois, elle mit fin au mythe de l'invincibilité musulmane et marqua le début d'une conquête inéluctable du sud de l'Espagne.  Au 13ème siècle, les Maures furent repoussés vers le seul royaume de Grenade où ils se maintinrent jusqu'en 1492.

Rédigé par thierry

Publié dans #Historique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article