Historique : La bataille de Ligny (16 juin 1815)

Publié le 25 Février 2008

Pour mener à bien la campagne de Belgique, l'Empereur et son armée passèrent la nuit du 14 au 15 juin à Beaumont, à l'époque territoire français, et les premières troupes franchirent la frontière vers 3h00 du matin.

Le 16 juin au matin, Napoléon divisa ses troupes en deux parties, d'environ 40.000 à 50.000 hommes chacune, confiées à  Ney et à Grouchy.  Il garda le commandement d'une réserve et de la Garde afin d'apporter, le cas échéant, son appui à sa droite ou à sa gauche.  Il donna l'ordre à Ney de s'emparer des Quatre-Bras et, estimant les forces prussiennes à 40.000 hommes, décida de livrer bataille dans la région de Fleurus si les Prussiens faisaient mine de résister.
En fait, les effectifs prussiens se montaient à 70.000 hommes.  Deux corps prussiens, ceux de Ziethen et de Pirch, s'étaient retranchés autour de solides villages, derrière deux cours d'eau, le Grand-Ry et la Ligne.
undefined
Installé au moulin Naveau de Fleurus, Napoléon constata qu'une bataille en règle devait nécessairement s'engager. Il confirma à Ney la nécessité de s'emparer du carrefour des Quatre-Bras, espérant que ce dernier pourrait ensuite emprunter la route de Namur pour tomber sur les arrières prussiennes.
L'armée de Napoléon, forte de 70.000 hommes, était rangée en ordre de bataille. Dans le même temps, Blücher avait reçu le renfort d'un troisième corps, celui de Thielmann, et disposait de 83.000 hommes.  Supérieurs en nombre, les Prussiens ne prirent pas l'initiative, attendant l'arrivée de leur quatrième corps sous Bülow.

La bataille
La bataille s'engagea vers 14h30.  Le dispositif français pouvait être résumé comme suit :

     - Napoléon occupait une position centrale, entouré de la Garde, aux abords du moulin Naveau de Fleurus
     - Le 3ème Corps de Vandamme était positionné à l'Ouest, face au village de Saint Amand
     - Le 4ème Corps de Gérard occupait une position centrale face à Ligny
     - Le gros de la cavalerie était disposé sur la droite, sous Exelmans, Pajol et Grouchy, face aux villages de Balâtre et Tongrinne
     - Quelques éléments de cavalerie, sous Domon, protégeaient le flanc gauche.
 
Les Prussiens occupant un front d'environ neuf kilomètres le long du Grand-Ry et de la Ligne, Napoléon décida de constituer un écran défensif à partir de la cavalerie de Grouchy  face au 3ème Corps prussien, tandis qu'il fixerait le centre prussien à l'aide des Corps de Gérard et de Vandamme.  Napoléon s'attendait à recevoir le renfort de 20.000 à 30.000 hommes de Ney, devant déboucher des Quatre Bras par la chaussée de Namur.
 
Entre 14h30 et 15h00, l'artillerie française bombarda les positions prussiennes et, vers 15h00, l'assaut de l'infanterie commença.
Sur le flanc gauche, au cours d'âpres combats, les troupes françaises parvinrent à s'emparer de Saint -Amand et Le Hameau, menaçant les Prussiens d'être pris à revers.
Un premier assaut contre Ligny fut repoussé mais une seconde attaque, mieux coordonnée, permit aux Français de s'emparer de la partie sud de Ligny.  Blücher, de plus en plus inquiet de la situation sur sa droite, renforça ce flanc en prélevant des réserves à partir de son centre.

undefinedLa cavalerie de Grouchy effectua des attaques de diversion vers Tongrinne et Tongrinelle.
Vers 17h30, Napoléon, estimant le centre prussien assez affaibli, mit en place ses réserves pour l'attaque finale mais on lui signala l'arrivée d'une colonne non identifiée par la chaussée de Namur.  
Craignant d'avoir à affronter un nouvel adversaire, Napoléon stoppa la mise en place de son dispositif, permettant à Blücher de contre-attaquer et de reprendre le Hameau.
Il apparut que la colonne en question était le 1er Corps de Drouet d'Erlon, détaché par Ney, et qui arrivait du champ de bataille des Quatre-Bras.  Les troupes de d'Erlon s'approchèrent à moins de trois kilomètres de Saint-Amand mais, rappelées par Ney qui était en difficulté, elles s'en éloignèrent sans prendre aucunement part à la bataille.  Une intervention de ces troupes eut sans doute provoqué la déroute prussienne...

Napoléon prit la tête des réserves soutenues par la Garde.  Epaulées par l'artillerie et la cavalerie, les troupes françaises enlevèrent définitivement Ligny.
Couverts par leur cavalerie, les Prussiens effectuèrent une retraite générale, non pas en direction de la frontière allemande comme l'avait prévu Napoléon, mais vers Wavre, afin de ménager la possibilité d'une jonction avec les troupes de Wellington.

Les conséquencesundefined
Au cours de la bataille de Ligny, Napoléon perdit environ 9.500 hommes.  Les Prussiens comptèrent 25.000 morts, blessés ou disparus.
Blücher avait commis l'erreur d'étendre ses troupes en fins cordons le long des cours d'eau tandis que les formations impériales avaient été constituées en ordre profond.  Les réserves prussiennes furent engagées par petits contingents assez rapidement.  Se retrouvant rapidement sans réserve, Blücher ne put résister à l'attaque massive d'une importante réserve française maintenue en arrière jusqu'au moment fatidique par l'Empereur.  
De même, Napoléon utilisa son artillerie en masse, à des endroits bien déterminés de la ligne de front, alors que Blücher avait disséminé son artillerie un peu partout.
 
 
Ultime victoire de Napoléon, Ligny fut en fait une victoire de faible importance, surtout du fait du non-engagement des troupes de Drouet d'Erlon.  Si les troupes prussiennes furent malmenées, elles ne furent nullement détruites et purent entamer une retraite dans de bonnes conditions.  Au soir du 16 juin, contrairement à ce que pensait l'Empereur, elles constituaient toujours un adversaire avec qui il allait falloir compter... En effet, deux jours plus tard, le 18 juin 1815, elles faisaient leur jonction avec les troupes anglaises du Duc de Wellington sur le champ de bataille de Waterloo, ce qui provoqua la chute de l'Aigle.

Rédigé par thierry

Publié dans #Historique

Commenter cet article

gigier 22/04/2014 15:41

y a t il un portrait du general baron Lecapitaine

thierry 22/04/2014 16:34

Je ne sais pas trop ... à voir sur le net