Des Indiens, des Grecs et ..........des défaites.

Publié le 8 Juillet 2009

Le week end dernier, Dacedusud est venu sur Paris et nous en avons profité pour faire deux petites parties de "L'Art de la Guerre".

La première fut une rencontre en 120 pts opposant des Indiens Classiques à des Macédoniens. Mon objectif (outre s'amuser et passer un bon moment) était de constater l'efficacité de l'association éléphants / archers....et ça marche pas mal même si j'ai perdu de justesse ...
- Indiens 28 sur 28
- Macédoniens : 24 sur 25
J'ai fait (encore une fois) une grosse erreur au déploiement ce qui m'a coûté très cher car Christophe qui a une bonne lecture de la situation de jeu, l'a vue immédiatement et en a profité. Avec un peu plus de réflexion et de prudence de ma part, je pense que la partie aurait pu être gagnée.

La seconde, plus classique puisqu'en 100 pts, opposait des Perses Achéménides (joués par Christophe) et des Grecs (Thessaliens alliés Spartiates).

Encore une fois, mon déploiement n'est pas optimal et ma maigre cavalerie n'est pas équipée d'arc donc ne tire pas. Quant aux Perses, non seulement la cavalerie tire mais toute l'armée est formée d'archers.

Le terrain posé, il place ses troupes les plus fragiles dans du terrain accidenté ce qui va empêcher mes hoplites de les attaquer. Ses Immortels, bien encadrés seront redoutables à déloger.

Mes hoplites sont puissants mais lents, très lents et bien qu'ils bénéficient d'une protection au tir, vont s'avérer fragiles. Ma cavalerie est très mal placée et gêne la progression de l'allié spartiate qui, comble de malchance, pendant 3 tours va être non-fiable.
La partie est difficile contre un adversaire à chaque fois plus redoutable. Il est efficace, bien placé et attaque où il faut, quand il faut et avec les unités nécessaires à la victoire qui arrive sans que le Grec ne puisse faire quoique ce soit. Les points perdus montrent l'étendue de la défaite : Perses  : 7 pts et Grecs : 25 pts.

A nouveau une partie plaisante où quelques points de règles ont été soulevés et résolus. On est toujours dans notre phase d'apprentissage et celà se déroule sans accroc.
Prenant un peu de recul sur mes différentes rencontres, j'ai dû, sur une quinzaine de parties, en gagner deux, mais qu'importe, le plaisir est toujours aussi vif.

Quelques réflexions en vrac sur le jeu.

C'est donc toujours aussi plaisant d'y jouer et l'enthousiasme des premiers temps ne retombe pas, c'est une bonne chose.
Il semble cependant important d'avoir un bon commandement, dans un premier temps pour les manoeuvres d'approche puis dans un second temps, quand la partie s'engage, pour les indispensables ralliements.
Une base d'infanterie lourde solide est souhaitable, ainsi que des tireurs (archers ou arbalètriers) pour affaiblir l'adversaire.
Mais dans l'état actuel du jeu, il me semble tout aussi indipensable d'avoir un noyau de cavalerie moyenne ou lourde ayant la possibilité de tirer et d'esquiver les charges de l'adversaire. La puissance de ces troupes est dévastatrice.

Rédigé par thierry

Publié dans #L'art de la Guerre

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :