Publié le 29 Septembre 2007

P9294435.JPG
Comme vous avez pu le lire récemment, Fred socle admirablement les figurines pour le jeu "Flames of War".

Après vous avoir présenté le soclage "campagne" qu'il avait effectué pour mettre en valeur mon platoon d'infanterie US, il nous propose un soclage "urbain" réalisé pour les figurines Russes peintes par Lionel Martinez.


On peut voir ci-contre un élément d'infanterie de l'Armée Rouge en 1943.
Dessous, une pièce d'artillerie en batterie devant un mur d'immeuble écroulé.




P9294434.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par thierry

Publié dans #Présentation

Publié le 27 Septembre 2007

Plusieurs nouvelles :
     - Thierry Ladevèse, de Dreamfactor, annonce la sortie prochaine d'une version française de la règle "Flames of War". Un groupe s'était courageusement mis au travail pour traduire l'ensemble des règles. Battlefront a enfin reconnu les efforts entrepris et accepte de l'imprimer et de le publier une fois le fichier finalisé et envoyé en NZ. Elle devrait sortir début 2008 sous la forme d'un petit livret.

     - La marque Peter Pig projette de sortir pour la fin de l'année 2007 et  l'année 2008, une nouvelle gamme de ses figurines 15mm : des Samouraïs qui devraient couvrir la fin du Moyen Age et les débuts de la Renaissance.
Deux premières pochettes sont déjà sorties en avant première : des Ashigarus chargeant (photo). La seconde présente ces mêmes Ashigarus blessés ou tués. Les Sashimonos sont moulés sur la figurine et ne sont donc pas à rajouter.
ashigaruadvancing.jpg

     - La marque italienne Baueda, dans sa collection Hoppidus, renforce sa gamme et propose maintenant un camp spartiate. Cette marque commence a développer toute une série de batiments antiques dans une nouvelle collection : Urbis.
Parallèlement, elle poursuit sa gamme Kléos qui comprend de nombreuses tentes pour de multiples armées antiques et médiévales.
15dkn.jpg  15rns.jpg
                   
                             Dokana spartiate (Kléos)                                        grande tente médiévale européenne

La collection Hostis s'attache à fabriquer des figurines quasi-introuvables ailleurs : Emishis, Yaya Ottomans...
15pig1.jpg 

cochons enflammés (Baueda - Hostis)

www.baueda.com









     - Enfin, la marque australienne EUREKA, propose une série très originale sur les Indiens d'Amérique du Nord (Mound Builder North American) couvrant la période 1100 - 1200 ap. JC
15mmMoundBuilders.jpg
                                                      www.eurekamin.com.au/

Voir les commentaires

Publié le 25 Septembre 2007

Pour le jeu "Flames of War", chaque joueur place deux "objectifs", présentés sur un élément large, dans la zone de déploiement adverse. 
Le but sera d'atteindre l'un de ces objectifs, d'éliminer toute résistance et de tenir au moins un tour à proximité pour que la partie soit gagnée, tout en empêchant l'adversaire d'atteindre son but.
P9264357.JPG
                                   Sherman détruit (figurine monobloc Peter Pig)    www.peterpig.co.uk

Ces éléments étant relativement larges et n'ayant pas d'autres contingences que le plaisir des yeux, on peut se permettre de réaliser des éléments très originaux.

Mes deux autres objectifs US : 
     - Les prisonniers (figurines Battlefront pour le soldat US et Peter Pig pour les Allemands qui se rendent)

P9264380.JPG   P9264381.JPG





     - L'état major (figurines Battlefront et socle KerrandKing)  www.kerrandking.co.uk
                                    
P9264376.JPG

Quelques "objectifs" proposés par Warpainter
.

dans-le-d--sert.jpg Rommel.jpg

Objectif Anglais "dans le désert d'Afrique du Nord"               Objectif Allemand "Rommel et son Greif"

QGparas.jpg QGrusse.jpg
         
          Objectif US "QG de la 82ème Airborne"                                  Objectif Russe "QG de campagne"

Voir les commentaires

Publié le 22 Septembre 2007

Fred joue depuis des années et j'ai toujours aimé et admiré la façon dont il socle ses figurines que ce soit pour DBM ou pour les autres règles qu'il pratique.
A DBM, Fred joue une armée grecque en antique et principalement deux armées médiévales : Suisses et Bourguignons. Sa façon de socler rend ses éléments très réalistes.

P9224329.JPG
Il a tout de suite compris l'intérêt du soclage qui permet de mettre en valeur les figurines qu'on a passé de longues heures à peindre.

P9224331.JPG
Fred est doué, mais avec Flames of War, il a pu laisser libre cours à son imagination et son inventivité en matière de soclage. Il est vrai que les socles étant un peu plus grand, on peut recréer de véritables scènettes.
Il nous propose pour ce jeu "2ème guerre mondiale" deux types de soclage : "campagne" ou "urbain".

Quelques joueurs, au club,  ayant des allemands ou des russes, dont Robert, ont choisi le soclage "urbain" et Fred a réalisé de véritables petites merveilles avec trois fois rien. Je vous présenterai, dans quelques temps, ces socles qui rappellent les ruines de Stalingrad.




P9224337.JPGPour ma part, je lui ai demandé de faire un soclage "campagne" pour mon platoon US. 
Fred utilise le même type d'enduit que moi, mais il le dilue un peu afin de le rendre moins pâteux. Il peut alors l'étaler sur les socles, au pinceau,  en une couche beaucoup plus  fine que ce que je peux faire. 
Je trouve que la technique qu'il emploie donne un côté plus "aérien" à l'élément et donne l'impression que les figurines ne sont pas engluées dans une boue épaisse. 

Une fois sa couche d'enduit passée, il introduit des petits éléments pour représenter les cailloux, le tout étant "dry-brushé" puis il colle de l'herbe artificielle. L'effet est garanti......beau travail, Fred.....

Voir les commentaires

Publié le 21 Septembre 2007

general--Samoura---assis.JPG
         Le shogun assiste à la bataille, protégé par ses samouraïs dans son enclos de commandement formé par les écran Maku

La règle DBM propose 3 listes "Samouraïs" : deux dans le livre 3 des listes d'armées et une dans le livre 4. 
Elles englobent tout le Moyen Age ainsi que la période qui correspond au début de la Renaissance européenne.


1 - Livre 3 liste 7 : Pre-Samuraî Japanese 500 - 900 (japonais pré-samouraï).
Cette liste correspond à la fin de l'ère Yamato, à toute la période Nara et au début de l'ère Heian. Elle est marquée par l'apparition des archers à cheval jusqu'au zénith des bushis, ainsi qu'aux interventions japonaises en Corée et à la pacification et à la soumission du nord de l'île des tribus Emishis.
followers--1x3Ax-.JPG
A DBM, cette liste est très rarement jouée car les troupes alignées sont d'une faible qualité et irrégulières comme les généraux : jusqu'à 12 cavaliers gradés Cv (O) et une multitude (de12 à 96) d'archers (Bw) de grade inférieur. 

2 - Livre 3 liste 54 : Early Samuraï 900 - 1300 (Samouraïs précoces)
Cette liste couvre la fin de la période Heian et toute l'ère Kamakura, ce qui coïncide avec la toute puissance du guerrier (bushi) et du gouvernement exercé par un des personnages les plus importants de l'histoire du Japon : Minamoto No Yoritomi.
foot-samura---with-bow--1x3Bw-.JPG  1x3Bd.JPG

C'est certainement la liste la plus jouée à DBM et c'est également celle que je joue. Bien qu'irrégulière, l'armée est très agréable à jouer et très polyvalente. La cavalerie est nombreuse (de 10 à 28 cavaliers sans compter les généraux) et redoutable même si elle est classée, elle-aussi, Cv (O).
L'infanterie est de 2 types : 
     - bushis (jusqu'à 30 éléments) que l'on pourra choisir d'utiliser soit en porteur d'épée (Bd F) ou le plus souvent en archers, et pour montrer la qualité de ceux-ci classés supérieurs.
     - suivants qui sont obligatoires à hauteur d'au moins 2 éléments par cavalier pris. Ces suivants pourront être armés de la lance (naginata) et classés "auxiliaires inférieurs" (Ax I), il en faudra au moins 24 éléments ou archers, inférieurs également, mais qui protégés par des pavois pourront être regradés archers ordinaires (Bw O).
P9262529.JPG
Petit plus pour cette liste, deux alliés sont possibles :
     - des alliés internes à la liste : des moines guerriers Sohei
     - des Emishis, cavaliers légers classés supérieurs.
Ces deux alliés peuvent apporter exactement ce que l'on recherche pour "booster" encore un peu plus une liste qui est déjà très intéressante.
P9204313.JPG                                                                      Moines guerriers Sohei

3 - Livre 4 liste 59 : Post-Mongol Samuraï 1300 - 1542 (Samouraïs d'après l'invasion Mongole)
Cette liste couvre toute la période Morumachi avec l'apparition des Ashigarus et des grands Daimyos jusqu'à l'arrivée des premiers européens et l'utilisation dans l'armée des arquebuses.

C'est la seule liste régulière des trois mais elle n'est pas non plus très jouée. Le nombre de cavaliers s'est considérablement réduit (on ne peut en prendre que 12) par rapport à la liste précédente, elle est donc beaucoup plus "lente" et ce qui faisait la puissance de feu des premiers samouraïs a disparu ici, plus d'archers mais au contraire, une force constituée de porteurs d'épées (Bd O) nombreux (de 12 à 36) et surtout cette infanterie de soutien, les Ashigarus, qui vont de 12 à 48 éléments selon la période et classés auxiliaires inférieurs ou X, ce qui leur permet de combattre sur plusieurs rangs de profondeur.
P9204318.JPG
                     Ninjas de la gamme "fantastiques" Essex miniatures, indispensables dans une armée japonaise

Les marques qui proposent des figurines samouraïs
Plusieurs marques aujourd'hui proposent des figurines samouraïs avec plus ou moins de bonheur.
     - Essex miniatures, encore elle, propose une gamme assez large (environ 25 pochettes) de belles figurines avec des poses très diverses, ce sont pour moi, les plus agréables à peindre et à aligner sur les tables de jeu.
      - Old Glory, présente plusieurs (grosses) pochettes de figurines, mais la gravure est moyenne et ces figurines sont prévues plutôt pour la fin de la période voire les débuts de la Renaissance.
     - Minifigs, offre quelques pochettes, mais les figurines sont petites et pas très bien gravées à mon goût . Les poses sont plus que restreintes.
     - Tin Soldiers, ont, eux aussi, une gamme moyenne par la qualité et la quantité proposées. Les figurines sont plutôt grandes.
    - A l'inverse, Two Dragons, présente une très large gamme couvrant la période avec tout ce qu'on peut souhaiter (samouraïs, ashigarus, moines, seigneurs et daimyos). Les figurines sont assez petites mais belles. Elles sont difficilement mixables avec une autre marque mais le choix est si large que Two Dragons se suffit à lui-même.
     - Eureka, marque australienne, propose une belle gamme de figurines tout à fait mixable avec les Essex. Eureka présente des sujets originaux (Geisha) que l'on devine en arrière plan du général en chef assis (1ère photo)
     - Enfin, le cas Gladiator, on aime ou on déteste, les figurines sont tellement surréalistes qu'elles ont un charme qui n'appartient qu'à elles. Je vous conseille de les voir.
general-samoura--.JPG  Gl--3Cv-.JPG


*Toutes les figurines présentées ici, sont des 15mm Essex miniatures sauf les généraux qui sont des Old Glory.

Voir les commentaires

Rédigé par thierry

Publié dans #DBM

Publié le 19 Septembre 2007

drapeau-sudiste.png
Amorcée en 1861 au lendemain de l’élection d’Abraham Lincoln, la guerre de Sécession a ravagé le Sud des Etats-Unis durant quatre ans. Elle oppose les États du Sud, confédérés, et ceux du Nord, formant l’Union, au sujet de l’esclavage. Ainsi, durant des années de combats sanglants se joue le sort des esclaves noirs du Sud.
 
Carte-20Guerre-20de-20Secession.jpg
Les dissensions entre le Nord et le Sud

  Dès le début du XIXe siècle, les États du Nord et du Sud s’opposent déjà sur plusieurs aspects culturels, politiques et économiques. Au cœur de tensions diverses, le principal point de discorde entre les deux régions reste l’esclavage. L’économie du Sud repose essentiellement sur la culture du coton, laquelle nécessite une main d’œuvre constituée d’esclaves noirs. Le Nord, en revanche, s’est considérablement industrialisé et a formellement proscrit l’esclavage.
undisolv.jpg
Lorsque le candidat du Parti républicain Abraham Lincoln est élu à la présidence des Etats-Unis en 1860, la réaction du Sud est immédiate. Lincoln lutte ardemment depuis des années contre l’esclavage. Aussitôt, donc, la Caroline du sud fait sécession, bientôt rejointe par la Géorgie, l’Alabama, la Floride, le Mississipi, la Louisiane et le Texas. Ensembles, ils fondent les Etats Confédérés d’Amérique, à la tête desquels est placé un président pour s’opposer à Lincoln : Jefferson Davis. 


L’éclatement du conflit armé

Le président Abraham Lincoln compte bien conserver l’union américaine telle qu’elle a été créée et refuse d’accorder l’indépendance aux États confédérés. Pour cette raison, il refuse de rappeler les garnisons nordistes installées au Sud. Le fort Sumter fait partie des forteresses ainsi occupées. Lorsque les sudistes ouvrent le feu, la guerre est déclarée.

Supérieur en nombre – 22 millions au Nord pour 9 millions au Sud – l’armée de l’Union pense mettre rapidement un terme au conflit, mais c’est sans compter sur les talents militaires des généraux et soldats sudistes. Ainsi, la première bataille rangée, à Bull Run, se conclut par une défaite cuisante des forces du Nord. Le conflit s’avère plus difficile que prévu. 


lee.jpgVictoires et défaites sudistes

Fort de sa première victoire à Bull Run, l’armée sudiste est déterminée à lutter coûte que coûte
Toutefois, les troupes qui s’affrontent perdent toutes deux un nombre considérable d’hommes et la situation ne progresse pas. Il faut attendre la bataille de Gettysburg pour voir une nette évolution du conflit. L’armée de Lee, qui avait alors lancé l’offensive, est contrainte de se replier en Virginie.

Dès lors, le Nord ne cesse de prendre de l’avance. Tandis que le général Grant cherche à contrôler la vallée du Mississipi et l’Ouest. Le general Sherman quant à lui, marche sur le Sud-ouest, s’empare d’Atlanta, traverse la Géorgie jusqu’à la mer et remonte ensuite vers le Nord. Les troupes sudistes, déjà divisées par les progressions ennemies, sont ainsi prises à revers et n’ont plus d’échappatoire possible. Le général Lee est contraint de capituler à Appomattox, en avril 1865 


Lincoln-abraham.gifL’esclavage, aboli au lendemain de la guerre

Au cours du conflit, Abraham Lincoln était déjà intervenu sur la question des esclaves du Sud. En 1862, il avait en effet proclamé l’émancipation des esclaves noirs des régions confédérés. Il espérait ainsi affaiblir économiquement les États du Sud, tout en observant une grande modération vis-à-vis des États esclavagistes qui avaient choisi de s’allier au Nord. Assassiné par J.W. Booth, avant la capitulation des derniers États sudistes, Lincoln n’assistera pas à l’adoption officielle de l’abolition de l’esclavage, le 6 décembre 1865.


Un avant-goût du XXe siècle

A bien des égards, cette guerre donne un avant-goût des conflits du XXe siècle.
L'apparition de la photographie (M. B. Brady) et du journalisme de reportage rapprochent le front de chaque citoyen.

Les progrès dans l'artillerie, la qualité des armes individuelles, et l'automatisation du tir consacrent le déclin de la cavalerie. La construction des premiers navires cuirassés et la mise en oeuvre de sous-marins d'assaut impressionnent aussi les contemporains. Les chemins de fer sont pour la première fois mis à contribution pour le déplacement des troupes et des armes.

Les services de renseignements empruntent des outils modernes (télégraphe,...) de sorte que les officiers d'état-majors n'ont plus besoin de s'exposer sur le champ de bataille comme au temps des guerres napoléoniennes.

La conscription généralisée et obligatoire procure des fantassins en nombre quasi-illimité de sorte que les états-major peuvent lancer des offensives sans trop se préoccuper des pertes humaines. Le blocus économique, la propagande, les exécutions de prisonniers, les exactions à l'encontre de la population civile deviennent monnaie courante dans les deux camps. Ils traduisent l'évolution vers une guerre totale.
gettysburg.jpg

Un bilan très lourd

Le bilan de la guerre de Sécession s'avère très lourd. Les combats ont au total mobilisé quatre millions de combattants. Ils ont fait 360.000 morts chez les vainqueurs nordistes et 260.000 «seulement» chez les Sudistes.

Les généraux nordistes, forts d'une écrasante supériorité numérique, n'ont pas eu de grand scrupules à lancer de sanglantes offensives (comme, plus tard, les généraux de la Première Guerre mondiale). À l'opposé, le commandement sudiste, excellemment formé et conscient de son infériorité numérique, a davantage ménagé le sang de ses hommes.

Aux pertes militaires s'ajoutent quelques centaines de milliers de victimes civiles. Ainsi, la guerre la plus dure qu'aient jamais livrée les États-Unis aura été une guerre civile. Elle aura fait plus que de victimes américaines que toutes les guerres du XXe siècle, y compris les deux guerres mondiales.

Voir les commentaires

Publié le 18 Septembre 2007

drapeau-sudiste.png
                                                                   Drapeau de la Confédération des Etats du Sud

"Fire and Fury "est un jeu crée par Rich Hasenhauer qui traite des batailles de la Guerre de Sécession ou plutôt de l'ACW (American Civil War - Guerre Civile Américaine) comme préfèrent, à juste titre, dire les Américians en parlant de leur jeune Histoire.
Cette guerre embrasa les Etats-Unis de 1861 à 1865 en deux blocs : les Etats de l'Union au Nord ou "Bleus" et les Etats Confédérés au Sud ou "Gris".

Une très enthousiaste brigade sudiste
DSCF1515.JPG
Ce jeu stratégique se pratique avec des figurines de 15mm, placées sur des éléments de 2,5 cm sur 2,5 cm pour toutes les troupes (infanterie, cavalerie, généraux de division) et de 2,5 cm sur 4 cm pour l'artillerie et le général de corps d'armée.

Sur un élément d'infanterie, on pourra placer de 3 à 5 figurines (au choix du joueur). Pour la cavalerie, on placera 2 figurines de cavaliers. L'artillerie possèdera un modèle de canon ainsi que 2 ou 3 servants. Quant aux généraux, selon leur grade, 2 ou 3 figurines principalement montées.


Chaque unité du jeu représente une brigade plus ou moins importante (de 2 à 20 éléments) la plupart du temps ces brigades sont formées de 6 à 14 éléments selon leur grade (cadet - vétéran - élite). Plusieurs brigades formant une division et plusieurs divisions, un corps d'armée.

En plus de leur grade, chaque unité à un potentiel d'efficacité d'une grande simplicité : troupe fraîche - fatiguée - épuisée - selon le nombre d'éléments contituant la brigade
Exemple : Une unité (brigade) formée de 11 éléments au départ du jeu est considérée comme fraîche, devient fatiguée quand elle n'a plus que 7 éléments qui la composent et épuisée dès qu'il ne lui reste que 5 éléments. Elle sera notée 11/7/5.
L'efficacité se dégradant entraîne, bien évidemment, des malus au combat.

                                                                                             La brigade des "Louisiana Tigers" est reconnaissable à sa tenue 
                                                                                             et ses chapeaux de paille

DSCF1518.JPG
Sur un jet de dé, le général de division ou de corps d'armée peut être considéré comme exceptionnel (E). 
Obtenir ce grade "Exceptionnel" dépend de l'armée (sudiste ou nordiste) et de la période de la guerre. Il est plus facile d'avoir un général "exceptionnel" si on joue sudiste en 1863 plutôt que nordiste en 1861. Ce général apportera un bonus aux troupes qu'il contrôle ou qu'il commande directement.

Un élément représentant 150 ou 200 soldats réels selon l'échelle choisie, on peut donc imaginer aisément pouvoir, grâce à cette règle très ludique et très agréble à jouer,  reconstituer de grandes batailles telles que Gettysburg, Antietam ou Chancelorville.


Les troupes vont pouvoir se déplacer, manoeuvrer, tirer et combattre en mélée. Chaque unité engagée recevant des points selon la situation dans laquelle elle se trouve (en charge, avec son général, fraîche ou épuisée...). Le différentiel de points entre deux unités qui s'opposent indiquera l'attitude de chacun : l'unité victorieuse perce, retraite, l'unité tient, l'unité qui charge est repoussée.....

drapeau-nordiste.gif
                                                                                Drapeau de l'Union (nordiste)
Les plus
     - Ce jeu est vif, plaisant, très réactif. 
     - Les parties se terminent dans un temps raisonnable avec toujours un résultat bien visible.
     - Il est possible de jouer en tournoi (même si ceux-ci se font extrèmement rares) en constituant une armée en 700 pts.  Un budget est alloué par élément, selon le grade choisi, la période, l'armement....
     - Le point très positif est de pouvoir facilement faire des reconstitutions même si les batailles de la Guerre Civile employaient des effectifs imposants.

Les moins
Ou plutôt, LE moins, c'est l'aspect très restrictif de ces batailles qui ne peut opposer à chaque fois que les Bleus aux Gris. Il est ce pendant possible d'aligner des figurines et des troupes originales telles que les Zouaves copiés sur l'armée française.

Les plus dépassant largement les moins, "Fire and Fury" reste un jeu à recommander.
DSCF1509.JPG
                                                                          Batterie d'artillerie sudiste
Les figurines 15mm
Plusieurs marques en proposent :
     - Comme toujours, ESSEX miniatures qui offre une gamme plus que complète avec des choix originaux (ambulance, fanfare.....)
     - OLD GLORY, cette marque américaine ne pouvait ignorer son histoire et nous propose, elle aussi, un très large choix. Les figurines sont vendues par pochettes de 50 ou 100 et les poses proposées sont nombreuses et très dynamiques.
    - BATTLE HONOURS (Polly Oliver) : Les figurines sont belles, bien gravées, grandes, mais la marque nous propose un choix beaucoup plus restreint.
    - Enfin, PETER PIG, offre des figurines intéressantes et originales (Louisiana Tigers en chapeau de paille et un étonnant M. Lincoln et madame)
DSCF1510.JPG
               Le général Pickett qui dirigea sa division  dans une célèbre et désastreuse charge à la bataille de Gettysburg (1863)


***Toutes les figurines peintes ici, l'ont été par mon frère Christophe

Voir les commentaires

Publié le 15 Septembre 2007

Je joue depuis 10ans au club de "la Barrière de Clichy", fondé à l'origine par Claude Agoudgil. Il regroupe autour de Christophe Gasnier, le nouveau président, une vingtaine de joueurs et une joueuse.
Nous nous réunissons tous les Vendredis soir à la "maison des associations" de Clichy et à défaut de refaire le Monde, nous refaisons l'Histoire à notre manière, ludique et toujours pleine de bonne humeur.

De plus le club organise tous les ans, fin septembre, le "Triomphe de l'Ile de France" qui est l'une des conventions les plus importantes de l'Hexagone, tant par le nombre de joueurs, Français et étrangers, présents que par le nombre de règles présentées en tournois. De nombreuses démonstrations "hors-compétition" sont également proposées dont certaines en participation, ce qui permet au public de s'initier.

Au club, nous jouons à de nombreuses règles  et nous tentons de diversifier périodes, systèmes de jeu et échelles :
     - DBM ou De Bellis Multitudinis, règle antique-médiévale jouée en 15mm. On trouve des club qui, en Angleterre, proposent cette règle avec des figurines de 25mm.
     - DBA ou De Bellis Antiquitatis, est le "petit frère" de DBM, c'est une règle simple où l'on utilise un nombre réduit de plaquettes donc de figurines et qui reprend les mêmes principes et la même période que son illustre aîné.
     - LoTow ou Legends of the Old West est une règle de type "escarmouche" où deux bandes "western" vont s'affronter sur des scénarios pré-établis. Cette règle est prévue pour des figurines 25mm
     - FoW ou Flames of War est notre petite dernière et cependant pas la moindre car la plupart des joueurs se sont engouffrés dedans avec un plaisir évident. Elle traite des combats de la 2ème Guerre mondiale et utilise pour cela des figurines 15mm.
     - Warmaster Ancient, est une règle antique-médiévale prévue pour des figurines 10mm, ce qui permet d'aligner des effectifs impressionnants 
     -  WAB ou Warhammer Ancient Battle est une règle, là aussi, plus axée sur l'antique-médiéval, mais qui se pratique avec des figurines 25mm et un effectif de troupes relativement important.


Hors, ce soir là, nous étions une douzaine réunis autour de la bibliothèque, des tables de jeux, de l'atelier "décors" ou des dernières réalisations des joueurs présents.....

Fred Biancardini, notre animateur "Flames of War, nous présente les derniers nés de la famille "US army"
DSCF1438.JPG  DSCF1434.JPG
Un mortier monté sur un halftrack et un "Priest" lourdement chargé de caisses et autres matériels.

Sur une table voisine, deux adversaires d'un soir vont jouer sur la règle Warmaster : Lionel et Pascal. 
Leur partie va opposer une armée Carthaginoise à une armée Romaine Polybe, deux adversaires historiques. Les armées de figurines 10mm ont été superbement peintes par Marc Adda dont on peut régulièrement admirer les oeuvres dans le magasine cher à tous les amoureux du jeu d'histoire et du wargames : Vae Victis.
DSCF1440.JPG        DSCF1439.JPG

Les Romains joués par Lionel.......          .........et les Cathaginois de Pascal

Même à cette échelle, on peut réaliser des merveilles, comme les éléphants de Carthage ou les mercenaires gaulois
DSCF1444.JPG  DSCF1445.JPG

Les deux protagonistes : Pascal à gauche et Lionel à droite
DSCF1459.JPG

La légion romaine de Lionel est très impressionnante par le nombre et la discipline avec laquelle elle va affronter l'adversaire, éléphants en premier.
DSCF1443.JPG  DSCF1471.JPG


Un peu plus loin dans la salle.....non, ce n'est pas un X-Men mais Thierry qui anime l'atelier Brico-Déco sous l'oeil attentif et un brin admiratif de Fred Martin, de Laétitia et de Hubert.
DSCF1489.JPG   DSCF1490.JPG

Thierry vient de retirer son grand oeil et, avec Pascal, admire les nouveautés de la semaine.....mais que vient de repérer notre ami Samir ? Son petit sourire en dit long.........une victime pour LoTow.........Fabrice. 
Regardez bien sa main ! Samir est un maître, un seigneur de LoToW...il fait main-basse sur la ville...il tient la ville bien en main....Comme ce saloon parait petit dans les mains de notre géant....
DSCF1461.JPG
DSCF1465.JPG
 
                                                                                   Gunfight à Dodge - Clichy

...et en 3 photos, le scénario d'une partie...
1 - Fabrice explique ou tente d'expliquer à notre Samir perplexe....
DSCF1484.JPG
2 - Fabrice s'inquiète soudain car Samir lance ses dés. Tout le monde s'inquiète quand le grand Sam les lance..car tout peut sortir du chapeau......une série de 6 ou un dé posé sur un sommet ......... Samir "dresseur de dés".....
Voyez l'attitude du maître, tout en toucher et en décontraction...une attitude toute "samirienne"....
DSCF1486.JPG
3 - "Pas grave, petit, c'est bien essayé.....peut-être la prochaine fois !!..." semble dire notre gentil géant....
DSCF1487.JPG


Pour ma part, DBM....médiéval, cette fois, à nouveau avec Lionel Morvan qui joue des Français Médiévaux. Je lui oppose des Arabes Abbassides.
Le Français médiéval envahi la terre d'Islam.........
Nous faisons notre plan de bataille .......mais Lionel est un grand malade et me prépare une ENOOOORME marche de flanc qui ne rentrera qu'à la toute fin de partie pour se faire hachée menue par toute l'armée arabe qui, entre-temps, aura écrabouillée les 2 petits corps de chevalerie supérieure française.
DSCF1455.JPG
l'armée arabe Abbasside en ligne de bataille autour du village dominé par le minaret

DSCF1451.JPG           
Le 1er corps de chevaliers français sous les ordres du général en chef bien placé sur la colline devant les bagages.

DSCF1474.JPG
Le flanc découvert des chevaliers est attaqué brusquement par la cavalerie légère abbasside.


DSCF1477.JPG
Le second corps de chevaliers est attendu par la cavalerie lourde soutenue par des archers et des auxiliaires Daylamis bien à l'abri dans des terrains broussailleux.

Il n'y a pas d'images de la fin de la bataille. Elles ont été censurées car d'une violence insoutenable.....Les arabes ne perdirent dans cet affrontement que 5 éléments. Ils rejetèrent les envahisseurs à la mer.

Voir les commentaires

Publié le 12 Septembre 2007

DSCF1416.JPG
                                         BUA utilisée pour mon armée "Arabe Abbasside"
                               La plupart des éléments, dont le minaret, sont proposés par Michel Gauthey


A DBM, l’un des éléments de terrain que l’on peut utiliser mais que malheureusement on ne voit que très rarement est la BUA (Built-up Area) ou « zone construite ». Cette BUA représente tout ce qui correspond aux villes, villages et places fortifiées.

 

La règle DBM précise :

  • Cet élément de terrain ne peut être placé que par le défenseur dans une zone latérale de la table de jeu
  • Elle doit se poser au bord d’une voie navigable si celle-ci est présente.
  • La BUA peut être entourée de champs contigus.
  • Elle peut être entourée de fortifications temporaires (TF) ou permanentes (PF)
  • Une BUA de plus de 750p de large doit avoir obligatoirement des PF. Ces fortifications doivent encercler complètement le périmètre, si ce n'est, optionnellement, quand il touche le bord de table ou une voie navigable, et elles doivent comporter d'un à trois portails fortifiés sur la table, qui doivent être connectés à des routes intérieures si la BUA en comporte.
  • Une BUA est considérée comme un terrain difficile.

 

DSCF1422.JPG  DSCF1424.JPG
                                                            2 modèles de champs placés près d'une BUA

Comme je le disais précédemment, il est dommage de ne pas voir plus souvent des BUA sur les tables de jeu DBM car l’élément est souvent magnifique et permet aux joueurs qui l’utilisent de pouvoir laisser s'exprimer toute leur fantaisie.

DSCF1421.JPG 
                                    Un élément de tirailleurs (Ps) caché derrière le muret entourant le champ

Plusieurs joueurs construisent eux-mêmes leur BUA, mais si on est moins doué, ce qui est malheureusement mon cas, plusieurs fabricants viennent palier à ce petit défaut :

  • Hovels qui propose une large gamme 15 et 25mm pour de nombreuses périodes
  • Michel Gauthey, que l’on rencontre régulièrement dans les conventions de jeu d’histoire, propose lui aussi des éléments, en 15 et 25mm également, maisons, huttes (très souvent modulables – toits amovibles et mixables les uns les autres), et de nombreux objets (arbres, collines…) pour nous permettre de réaliser ces BUA.


Voici quelques autres BUA.
bua11.jpg BUA38a.jpg

bua37b.jpg


 

Voir les commentaires

Rédigé par thierry

Publié dans #DBM

Publié le 10 Septembre 2007

conquistador.jpg
Aztèque est le nom le plus usuel pour un peuple appelé aussi Mexica, qui fonda sur une île d'un lac, la cité de Tenochtitlan en 1325, ville qui deviendra Mexico.

En 1428, Tenochtitlan rejoignit deux cités voisines : Texcoco et Tlacopan. Ils fondirent alors une fédération appelée "Triple Alliance" qui était une association politique, militaire et économique sous la direction des Aztèques. Celle-ci s'étendit agressivement sous Motecuzoma I et ses successeurs mais fut conquise, sous Motecuzoma II par les Espagnols de Cortèz et leurs alliés Tlaxcalans de 1519 à 1521.
c1azteques.jpg
Les Aztèques avaient une organisation politique, militaire, économique et religieuse très structurée. 
Politiquement, l'empereur ou Ueh Tlatoani (Orateur Vénéré) tenait le pouvoir absolu, soutenu par une classe de nobles guerriers. Les peuples et pays vaincus étaient la plupart du temps intégrés à l'empire et devaient payer un lourd tribut.

ehecatl.gifMilitairement, l'empire aztèque entretenait une armée de métier sous la direction des mêmes nobles qui appartenaient aux ordres militaires de chevalerie aztèque (jaguar, aigle et flèche). Une caste de guerriers de haut rang s'était élevée dans la hiérarchie par leurs faits d'armes et était également très respectés comme garants de la puissance , de l'expansion et de la sécurité de l'empire : les Cuachics. 
A côté d'eux, des conscrits servaient de troupes de base (guerriers des clans) et l'empereur pouvait payer de nombreux mercenaires comme les guerriers Otomis.

Economiquement, les pochtecatl, ces intrépides marchands ambulants sillonnaient l'empire ainsi que les pays voisins pour en rapporter les richesses.

Religieusement, une caste de prêtres, redoutés et redoutables, vénérait une multitude de dieux pour la plupart sanguinaires et qui exigeaient très régulièrement des sacrifices humains. Pour cette raison, des "guerres des fleurs" étaient souvent pratiquées dans le but non de gagner quelques territoires ou soumettre quelques tribus mais simplement de faire des prisonniers afin de satisfaire l'insatiable appétit de dieux  tels que Huizilopochtli, Tlaloc ou Xipe Totec, dont le nom seul  "Seigneur l'Ecorché"  montre bien le genre d'offrande qu'on pouvait lui faire.


L'armée Aztèquetlaloc.jpg
Les Aztèques étaient de redoutables guerriers tant par leur organisation militaire, leur discipline que par  leur courage. Les Espagnols disaient que les charges Aztèques étaient : "Plus dures à affronter que l'artillerie française et plus féroces que celles des Maures".
L'arme principale utilisée était le maquahuitl, une épée de bois dur ornée sur son bord de morceaux d'obsidienne, tranchants comme des rasoirs, efficace contre la chair mais qui ne put rien contre les armures métalliques des Espagnols.
L'atlal était un lance-dards et la lance tepoztopili n'était pas projetée mais utilisée de taille et d'estoc, comme une épée à long manche.
Des nuées de tirailleurs utilisaient des frondes et parfois des arcs. Ils étaient employés pour préparer les attaques et couvrir les flancs de l'armée. Ils étaient recrutés parmi les plus basses classes de la population et n'avaient reçu qu'une instruction militaire  réduite au minimum.


H3P-Temple-Palenque.jpg

Voir les commentaires