Publié le 28 Octobre 2007

la-salle.JPG
Le club de l'Ost de Rueil-Malmaison accueillait 14 équipes de 2 joueurs (un antique et un médiéval) pour son traditionnel tournoi DBM, les 27 et 28 octobre.
Parmi ces équipes, on retrouvait la plupart des grands joueurs de la règle.

                            Antique                                                                                       Médiéval
1 - Philippe SEBERAC (Romains Tulliens)                       Philippe BERTRAND (Arabes Abbassides)
2 - Claude CHENUIL (Assyriens Néo-Sargonides)         Michaël BRICAULT (Lithuaniens)
3 - Laurent DEBUICHE (Ugarites)                                       Carl PINCEMIN (Avars)
4 - Jean-Yves CASSAS (Chinois Q'in)                                 Carlo DENORME ( Arabes Abbassides)
5 - Jean François LEFEBVRE (Germains antiques)        Martin STEEWEGGE ( Thaï)
6 - Jean Pierre RIVIERE (Numides)                                    Olivier FLAMENT (Romains Patriciens)
7 - Boris ELOY (Alamans)                                                     Jean François MENIER (Armée populaire Ecossaise)
8 - Christophe MOLIERE (Vandales)                                  Thierry MOLIERE (Burgondes)
9 - Sébastien ROCHER (Romains Haut Empire)            Patrick GRONIER (Avars)
10 - Benoit KITZINGER (Kushan)                                        Eric LAJUS (Condottières italiens)
11 - Lionel MORVAN (Carthaginois)                                   Samir DJUROVIC (Hussites)
12 - Chrsitian BRICAULT (Kushan)                                    Jean Marc SIBIRIL (Khmers)
13 - Samuel LAROUMAGNE (Séleucides)                       Julien DUMAS (Hindou Indiens)
14 - Etienne MASSON (Nouveau Royaume d'Egypte)    Christophe ARTUS (Espagnols féodaux)

Tour 1
Nous tombons contre Jeff et Boris. La partie risque d'être plaisante et animée car les deux joyeux lurons des IPOTha--s.JPG sont difficiles à manoeuvrer en même temps que très agréables à jouer.
Jeff m'oppose des Ecossais. Son armée compte 114 éléments dont une cinquantaine de piquiers. Sa maigre chevalerie se fait rapidement contrer par ma cavalerie mais devant ses piquiers inquiets du nombre de mes guerriers, il déploie un petit corps commandé par un chevalier démonté qui va se montrer particulièrement redoutable car à lui tout seul, il va détruire un corps de 24 guerriers. Après quelques combats et près de 4 heures de jeu, nous finissons sur une rencontre nulle. 
J'ai perdu 1 corps (en tout 39 éléments). Jeff a perdu 2 corps et au total 29,5 éléments .

Christophe de son côté affronte Boris et ses Alamans. Deux armées de guerriers vont s'affronter. Le choc sera brutal, mais les guerriers supérieurs Alamans resteront maître du terrain.

Tour 2
J'espère que cette seconde rencontre sera moins difficile pour nous deux. Cette fois nous sommes opposés à la paire Laroumagne - Dumas.
Julien Dumas est un jeune joueur sympathique mais l'armée qu'il me présente l'est beaucoup moins : des Hindous Indiens. Cette armée est redoutable pour ma masse de guerriers car elle compte 8 éléphants dont 3 généraux et un corps allié Tibétain formé de chevaliers. La partie risque d'être très rude, car si mon adversaire est inexpérimenté, ses troupes sont toutes plus dangereuses les unes que les autres.
A son premier jet de dés, son allié Tibétain n'est pas fiable (ouf, une menace de moins..) Mon plan est donc simple si son armée est redoutable, elle est petite (45 éléments) et ses corps sont minuscules. Il me suffit de détruire un de ces petits corps pour que son allié se retourne contre lui et que la partie finisse.
Le choc entre les guerriers et les éléphants est terrible. Les guerriers finiront par succomber après avoir tué 2 éléphants et le général en chef. La partie tournera d'un côté puis de l'autre jusqu'à l'affrontement final qui verra une malheureuse troupe indienne encerclée périr sous les coups de la cavalerie ce qui met fin à cette partie. Enfin une victoire.

Christophe, opposé à Samuel, connaîtra des fortunes diverses et ses guerriers périront sous les coups de boutoir des chars à faux Séleucides.
 
Khmers.JPG
Tour 3

Dimanche matin...Je rencontre mon ami de Tarbes, exilé à Poitiers, Christophe Artus. Il joue une armée "Espagnols Féodaux" et craint mes Burgondes, car quelques temps plus tôt, il les a rencontrés sous la conduite de mon frère et la bataille n'a pas tourné à son avantage.
IWagons-Hussites.JPGci, pas de finasserie, je fonce, Christophe aussi. La masse des guerriers Burgondes a bien du mal à repousser les assauts des chevaliers espagnols, mais la cavalerie va faire des miracles et finira par anéantir ses derniers espoirs. Une deuxième victoire...mais j'ai quand même perdu 34 éléments. J'ai encore payé un lourd tribut.

Mon frère, Christophe, est, quant à lui, opposé aux Egyptiens d'Etienne Masson. Il décide de faire une marche de flanc avec un de ses corps de guerriers mais malheureusement, celle-ci ne rentrera jamais. Les combats s'éternisent et la partie se finit sur une rencontre nulle.


Tour 4
Pour une fin de tournoi, nous sommes gâtés, nous rencontrons une paire que tout le monde redoutait : Christophe est face à Jean-Yves Cassas et pour moi, la partie est peut être encore plus rude car je suis opposé au pilier de l'équipe de Belgique de wargames : Carlo Denorme.
Carlo, en médiéval, joue une armée "Arabes Abbassides" qu'il manoeuvre admirablement. La partie est serréeCarlo-Denorme.JPG mais il possède des nerfs d'acier et sa science du jeu fait la différence. Il écrase l'armée Burgonde. 
Carlo est un vrai grand joueur, très agréable et j'ai retrouvé, en me confrontant à lui, le même plaisir que j'avais eu un mois plus tôt en affrontant Philippe Bertrand.

Christophe, opposé à Jean Yves qui jouait des "Chinois Q'in, réalise une partie remarquable de tactique et d'agressivité dans le jeu. Il remporte une magnifique victoire.



Le tournoi reste, pour nous, positif car le plateau était très relevé. Avec 3 victoires, 2 nulles et 3 défaites, nous avons 11 points et nous finissons à la 8ème place. Nos amis de la BACL (Clichy) : Lionel et Samir font également un beau tournoi et finissent juste derrière nous à la 9ème place.

Résultat final
1 - Philippe BERTRAND et Philippe SEBERAC
2 - Boris ELOY et Jean François MENIER
3 - Laurent DEBUICHE et Carl PINCEMIN
vainqueurs.JPG  deuxi--mes.JPG

      Les deux Philippe, vainqueurs du tournoi                                   Jean François et Boris, les seconds.

Voir les commentaires

Rédigé par thierry

Publié dans #DBM

Publié le 24 Octobre 2007

mus--e-m--morial-d-Omaha---Sherman.JPG                                                                          Musée mémorial d'Omaha

Digne successeur du M3 Lee, le Sherman vit le jour en octobre 1941.

La production en série du M4 commence en février 1942. Au plus fort de la production , un Sherman sortait toutes les 11 minutes des chaînes de montage.

Production-sherman.jpg

Ses caractéristiques

Poids : près de 30 t

Longueur : 6,20 m

Largeur : 2,70 m

Hauteur : 2,80 m

Équipage : 5 hommes

 

Le Sherman fit son baptême du feu lors de la seconde bataille de El-alamein en octobre 1942. Dès lors, il sera engagé sur tous les fronts (Afrique du Nord, Sicile, Italie et bien sûr Normandie)

Sherman-M4A1.JPG
Si au début de sa carrière, le Sherman se montra plus fort que les blindés nazis, cette supériorité fut de courte durée. La vrai supériorité du M4, dès le débarquement face au Panzer, fut numérique. On comptera plus de 5 Sherman pour un panzer durant la bataille de Normandie.

 

L’armée américaine utilisa un système simple pour désigner ses équipements. Le premier type (comme ses chars médiums) était désigné sous le nom M1. Si une nouvelle version remplaçait l’ancienne, elle était nommée M2, la troisième M3 ( le M3 Lee par exemple) et ainsi de suite.

Les variantes dans chaque version étaient précisées par un suffixe, par exemple : Sherman M4A1 et Sherman M4A3.

 

On trouve de nombreuses variantes du Sherman. On a monté différents types de canons ; Un modèle, le Sherman DD, était muni d’une « jupe » et d’hélices, ce qui lui permettait de naviguer sur eau calme. La plupart des M4DD engagé le Jour-J coulèrent car la mer était trop  forte. D’autres étaient utilisés comme bulldozer (Sherman-dozer), comme engins de déminage (avec rouleaux ou fléaux) ….

L'armée US a donné à ses blindés les noms des généraux de la guerre de Sécession : Sherman, Lee, Stuart...
shermandozer.jpg sherman-flail.jpg

Voir les commentaires

Publié le 24 Octobre 2007

Après la peinture pas à pas d'un fantassin, voici la peinture pas à pas d'un char pour le jeu "Flames of War".

Pour compléter ma compagnie US, j'ai choisi d'ajouter un platoon des mythiques chars Sherman.
Le modèle que je vais peindre est un Sherman M4A1 de la marque Battlefront - Flames of War utilisé par l'armée américaine de 1942 jusqu'à la fin de la guerre. Ce char a  été décliné dans de nombreuses versions.

Après ouverture de la boite, le char apparait en kit, résine et métal : corps, tourelle, canon, mitrailleuse, chenilles et j'ai décidé de lui ajouter des éléments externes tels qu'une caisse, un bidon....
kit.JPG
Un léger travail sur les pièces (ponçage, ébarbage..) et l'ensemble est collé. Le char prend alors tout son aspect.

montage.JPG
Les deux éléments sont, chacun, collés sur une base cartonnée afin que la manipulation soit plus pratique pour la phase de peinture.
Une couche d'apprêt gris foncé est passée sur toute la surface du char qui, une fois sèche, est recouverte à son tour par la première couche de la couleur de base : Humbrol n°116 vert foncé US matt.

peinture.JPG  finition-peinture.JPG

Dans une deuxième phase, les deux éléments sont "brossés" avec un mélange de la couleur de base éclaircie.
Les chenilles sont peintes (Humbrol n°53 - métal, réhaussé d'une pointe de couleur rouille). Les éléments complémentaires sont peints de la couleur souhaitée.

Le char est, maintenant, presque terminé, il ne me reste plus qu'à ajouter les différentes marques distinctives : étoile, immatriculation, marque d'unité (armored division) ainsi que le nom du char donné par l'équipage - ici TWEETY.
Les décalconanies utilisés sont de la marque Battlefront et fournis avec la boite du platoon de Shermans ainsi que ceux de la marque I-94 Enterprises.
sherman-fini.JPG  sherman-fini-2.JPG

Ce modèle a été relativement rapide et très plaisant à peindre et le résultat obtenu me satisfait.

Voir les commentaires

Publié le 22 Octobre 2007

Les unités de parachutistes  

82nd-airborne.png                101ST.png

82nd  Airborne "All American"        101st Airborne "Screamin' Eagles"

Jour J-1, unités de parachutistes  "droppées" sur la Normandie dans la nuit du 5 au 6 juin 1944


Les unités d'infanterie 

    Big-red-one.jpg           4THDIV.png       

1st inf. Division "Big Red One"                4th inf. Division                                   29th inf. Division        

Unités de débarquement des plages d'Utah et d'Omaha

Les unités blindées

2NDAD.png 

                                                                      2nd Armored Div. "Hell on Wheels"

Les Rangers

2nd-rgrbn.jpg    ranger-wwII.jpg

Rangers de la pointe du Hoc

Voir les commentaires

Publié le 21 Octobre 2007


charles-Martel.jpgLa pression musulmane

Au début du VIIIème siècle, le royaume était sous l'autorité de la dynastie mérovingienne.  Toutefois, le pouvoir véritable se trouvait entre les mains du maire du palais, chef de l'administration et de l'armée. Membre d’une puissante famille d’Austrasie, Charles (qui formera d'ici peu la dynastie carolingienne) avait réussi à unifier, quelques années plus tôt, le royaume Franc après sa victoire en Neustrie.

 

De leur côté, ayant étendu leur domination à l'Afrique du Nord, les Musulmans s'emparèrent, en 711, des territoires contrôlés par les Wisigoths en péninsule ibérique.  Ces dernires s'enfuirent vers les Pyrénées et l'actuel Languedoc. Plus au sud, les Musulmans fondèrent l'Emirat de Cordoue qui devint une puissance militaire majeure ainsi qu'un brillant foyer de civilisation en contact permanent avec l'Afrique du Nord.

 

Tandis que le maire du palais des Mérovingiens, Charles, grand-père desarazin.jpg Charlemagne, s'intéressait fortement aux zones méridionales qui échappaient à la domination franque, le duc d'Aquitaine, Eudes, manoeuvrait pour sauvegarder son indépendance.  Soumis à l'invasion musulmane qui conquit Narbonne, Carcassonne et Nîmes (725), Eudes, depuis sa capitale de Toulouse, s'allia à un chef berbère en rébellion contre le gouverneur d'Espagne.

Les armées en marche
En 732, les Sarrazins, conduits par le « wali » Abd al-Rahman franchirent en force les Pyrénées et marchèrent sur Bordeaux.  La cavalerie musulmane vint aisément à bout des Basques et écrasa les troupes d'Eudes sous les murs de la ville.  Le duc, en fuite vers le Nord, n'eut d'autre choix que d'appeler Charles à la rescousse, offrant là au maire du palais une occasion inespérée d'étendre son pouvoir sur l'Aquitaine.

  

Ayant réuni une solide armée de fantassins, Charles se dirigea vers l'opulente abbaye de Saint-Martin de Tours, objectif probable des musulmans..

La troupe sarrazine, essentiellement composée de Berbères convertis depuis peu de temps mais dirigée par des Arabes, semblait plutôt rechercher le butin que de véritables conquêtes territoriales.  En effet, la troupe musulmane n'était nullement une puissante armée d'invasion mais plutôt une force rapide et réduite qui s'intéressait surtout aux richesses : les villes et surtout les abbayes...  

L'affrontement 

Ayant appris l'arrivée de Charles et Eudes durant leur avancée sur Tours, les Sarrazins refluèrent prudemment vers le Sud.  Durant plusieurs jours, les deux forces se heurtèrent au cours d'escarmouches et d'embuscades mais sans véritable contact. 

      Le choc véritable survint entre Poitiers et Tours, probablement sur le territoire de l'actuelle commune de Vouneuil-sur-Vienne, et plus particulièrement sur le site actuel de Moussais-la-Bataille.

GUERRIERS-ARABES-.jpg     Abd-el-Rhaman, à la nouvelle de l'arrivée des Francs, fit retraite pour concentrer son armée.  Il forma à la hâte un camp pour y abriter les femmes, les enfants et les vieillards Les cavaliers Arabes présentaient une vaste courbure dans laquelle ils croyaient, suivant l'usage des formations orientales, enfermer leurs adversaires par le rapprochement de leurs ailes. Charles rangea son armée en bataille dans les plaines en avant de Moussais. 
     Le 25 octobre 732, Abd al-Rahman, disposant d'une forte cavalerie, prit l'initiative de l'attaque et chargea les compactes formations francques hérissées de lances.  Armés légèrement et habitués aux chocs rapides, les Sarrazins furent mis en difficultés par ces fantassins francs portant boucliers, casques et, parfois, des cottes de mailles primitives.

     Tandis que la fougue des cavaliers venait se briser contre le mur des boucliers des fantassins, Eudes, le duc d’Aquitaine, attaqua la droite des musulmans et pénétra dans leur camp, où il fit un grand carnage. S'apercevant de la situation, Abd-al-Rhaman courut le défendre mais il y trouva la mort et le désordre s'installa aussitôt parmi les siens.
Lassés par leurs échecs répétés et déroutés par la mort de leur chef, les Sarrazins abandonnèrent le terrain durant la nuit pour refluer vers le Sud. La gloire de cette journée rejaillit sur Charles Martel et facilita à sa famille l'avènement au trône de France, aussi bien que la domination de l'Aquitaine

 

Voir les commentaires

Publié le 20 Octobre 2007

La plupart des peintres utilisent pour mettre en couleur leurs  figurines 15 et 25mm des peintures acryliques. Elles offrent de multiples avantages par rapport aux peintures à l'huile ou à maquettes classiques du style "Humbrol".

Pour aider les peintres dans le choix de leurs couleurs quelques nuanciers (peintures acryliques)
Ces liens vous amènent sur les sites des marques citées, directement sur les pages réservées aux peintures.

1 - Prince August
www.prince-august.net/peintures.php?cPath=6_24

2 - Wargames Foundry
www.wargamesfoundry.com/paint/index.asp

3 - Citadel color (Games Workshop - Warhammer)
us.games-workshop.com/games/warhammer/painting/painting/paint_colour_chart.htm

4 - Vallejo
www.acrylicosvallejo.com/
 
Vallejo ne nous permet, malheureusement, pas de nous connecter directement sur leur nuancier.
Suivez alors ce chemin - drapeau France - modelisme - Model color ou Game color - carte des couleurs.

Ces sites sont très complets et offrent leurs différents produits en plus des peintures : pinceaux, aérographes....

Voir les commentaires

Rédigé par thierry

Publié dans #Divers

Publié le 18 Octobre 2007

warriors--3Wb-.JPG
La liste "Dace" se trouve dans le livre 2, liste 52 des livrets d'armées. Elle couvre la période 60 - 106 ap. JC pour les Daces et 106 - 380 ap. JC pour les Carpodaces.
Pour la période dacique, elle s'oppose historiquement à la liste "Romains Haut Empire" livre 2 liste 56.

Les éléments qui la composent.
- C'est, avant tout, une armée de guerriers (warband) car c'est, dans cette liste, la composante principale - de 36 àfalxmen.JPG 100 éléments. 
- On y retrouve les inévitables - et attendus - "falxmen" en nombre cependant limité - de 6 à 10 éléments à moins de jouer les alliés Bastarnes qui peuvent apporter jusqu'à 16 éléments supplémentaires.
- La cavalerie, qui représente les nobles daces, est légère et en quantité très réduite ( le maximum est de 5 éléments). Il faudra toutefois les prendre car ils apportent un plus incontestable.
- Les tirailleurs et archers apportent un complément à cette masse. Les archers sont de classe inférieure et peuvent être choisis en archers (Bw) ou en archers légers (psiloi) et ce jusqu'à 20 éléments. Des javeliniers peuvent également être pris à concurrence de 15 éléments.
                                                                                                                                                  Falxmen daces

Les alliés
La liste nous propose 2 alliés possibles :
- Des Bastarnes, alliés internes, qui apportent les mêmes types de troupes, comme je l'indiquais précédemment principalement des "porteurs de faux".
- Des Sarmates Iazyges, classés chevaliers qui apportent la "touche" de cavalerie qui manque à cette liste. C'est généralement cet alllié qui est choisi quand on joue l'armée dace, même si ces chevaliers doivent être eux-aussi contrôlés, car impétueux.



Cavalerie lourde Sarmate

Organisation et composition de l'armée
Les personnes qui jouent cette armée, l'organisent en 4 corps, c'est également mon cas. Quant à la composition des différents corps, après de multiples essais, je me tourne maintenant vers ce type de formation :
 - corps 1 : le C-in-C, 24 guerriers, 8 archers, 4 falxmen
- corps 2 : général sub., 17 guerriers, 6 archers, 4 falxmen
- corps 3 : général sub, les 5 cavaliers légers, tous les psilois pour tenir les terrains difficiles ou accidentés.
- corps 4 : le corps allié Sarmate - 10 chevaliers
Ce choix de 2 corps de guerriers me permet d'en avoir toujours un en face d'une cible potentielle. De plus, ces guerriers étant "fast" - rapides - ils ne craignent pas les terrains accidentés.

roi-D--c--bale.JPG
                                                                       Le roi Décébale et ses nobles

C'est une armée difficile à jouer pour un débutant car elle est irrégulière, composée de nombreuses troupes (de 80 à 90 éléments) et surtout impétueuse, il faudra toujours être en mesure de la contrôler sinon elle se précipitera sur l'ennemi à la première occasion.
On prend, malgré tout, beaucoup de plaisir à la manoeuvrer car il se passe toujours quelque chose et il est pratiquement impossible, avec ces farouches guerriers, de finir la partie sur une "rencontre nulle", on écrase l'adversaire ou on est balayé par lui.

Les marques qui proposent des Daces
J'en connais 3, mais il est fort possible que d'autres marques en proposent également.
- Essex miniatures offre plusieurs pochettes intéressantes : guerriers, commandement à pied, falxmen et cavaliers (mes nobles)
- Old Glory propose toujours ses "grosses" pochettes de 50 figurines : l'une constituée de lanciers et falxmen, une d'archers et une de commandement monté et à pied. J'ai utilisé en grande partie ces figurines.
- Donnington présente des figurines de qualité inégale mais leur général (ici mon Décébale) est une belle figurine très originale.
archers.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par thierry

Publié dans #DBM

Publié le 17 Octobre 2007

colon.jpg

La Dacie, royaume barbare, est située dans les Carpates au Nord du Danube et de la Mésie Inférieure.

Deux séries de guerres vont être entreprises sous deux empereurs romains : Domitien puis Trajan qui menèrent des actions militaires pour venir à bout de la résistance dace et de leurs alliés.

La conquête militaire achevée, Trajan proclame la Dacie province romaine. Il va s’occuper de son intégration dans l’Empire romain et de sa défense tout au long de son règne. Cette histoire nous est racontée sur la célèbre colonne trajanne.

 

La première guerre dacique (87 – 89 ap. JC)

l--gionnaire.jpgEn 69, le Danube est franchi par les Daces et les Sarmates  Roxolans. Ils sont repoussés et l’empereur renforce la frontière.

Les Sarmates provenant du Sud de la Russie sont de redoutables cavaliers nomades. Ils sont divisés en deux branches, les Iazyges dans la plaine hongroise et les Roxolans en Moldavie.

La variété des tribus sert la diplomatie romaine. Les empereurs sèment la zizanie entre les peuples. Ainsi les Barbares occupés à se battre entre eux, oublient d’attaquer Rome. Des alliances sont souvent conclues entre Rome et des peuples barbares en échange de subsides, troupes ou protection. La hantise de la diplomatie romaine c’est que ces peuples s’allient tous contre l’Empire.

En 85, les Daces de Duras-Diurpaneus pillent la Mésie. Le gouverneur est tué lors du raid. Domitien intervient et repousse les Daces. Réfugié dans les Carpates, le prédécesseur de Décébale défie la puissance de Domitien. L’affront ne peut être impuni, il y va du crédit de l’Empire et de l’empereur sur le Danube.

 empereur.jpg

Deux ans plus tard, en 87, Cornélius Fuscus à la tête d’une armée romaine part venger l’honneur de Rome en Dacie. C’est un désastre. Il est vaincu et tué. Décébale et ses Daces prouvent leurs grandes capacités militaires sur leur terrain.

Domitien se doit de battre les Daces. Il confie en 88 à Tettius Julianus une deuxième armée. Celui-ci avance prudemment vers la capitale dace Sarmizegetusa. Décébale vaincu demande la paix à Rome. En 89, pressé par des troubles internes, l'empereur Domitien accepte une paix de compromis avec Décébale.
 
La deuxième guerre daciques (101 – 106 ap. JC)

roman-trajan.jpgTrajan, qui succède à Domitien, a besoin d’une guerre. Le butin amassé lors de campagnes en territoire ennemi plaît aux soldats. L’empereur qui mène ses troupes à la victoire se légitime à leurs yeux et à ceux de l’opinion publique. Pour asseoir son pouvoir, Trajan recherche la victoire militaire. Pour fidéliser l’armée et conforter le peuple, l’empereur va piller chez les Barbares.

En 101, il est prêt au combat et cherche un casus belli pour entrer en guerre avec Décébale.

Trajan attaque la Dacie parce qu’il se sent supérieur et sûr de ses forces. La tactique romaine est basée sur la légion, force de frappe principale. Les auxiliaires, troupes plus légères, pallient les manques de la légion : harcèlement, combat en terrain difficile, reconnaissance. La cavalerie, très utile, flanque l’armée, protège la fuite, poursuit et peut reconnaître elle aussi le terrain.Dace.jpg


A l’opposé, Décébale, roi des Daces, contrôle un petit territoire montagneux. Le peuple dace appelé gète par les Grecs est d’origine Thrace. Ce peuple n’a cessé de reculer face à l’avance romaine sur le Danube. Réfugiés dans leurs montagnes, ils se sont organisés face à la menace des Romains. Il faudra près de 5 ans à Trajan pour écraser les Daces et leurs alliés Sarmates.

 

La falx : l’arme des daces

La falx, épée-faux recourbée était l’arme emblèmatique des guerriers Daces. Utilisée à deux mains, elle effraya les légionnaires dans les premiers temps de la guerre car les blessures qu’elle provoquait étaient terribles. Ceux-ci trouvèrent rapidement la parade ce qui prouve bien l’adaptation rapide de l’armée romaine aux situations les plus inattendues.

Voir les commentaires

Publié le 15 Octobre 2007

Suite à l'article sur WAB, j'ai eu la curiosité de regarder ce qui se faisait en 25/28mm (en plus des marques déjà citées)
La société "Black Tree Design" propose actuellement une promo sur ses figurines ; 4,38 € au lieu de 7,33 € pour 4 figurines de piétons et 7,79 € au lieu de 13,05 € pour 3 cavaliers (sans compter les frais de port).

www.black-tree-design.com

Il y a de nombreuses possibilités et pour ceux pour lequel le prix était un obstacle pour passer à WAB, voici une bonne occasion de franchir le pas.
cdt-romain.jpg
                                                                           commandement romain

Voir les commentaires

Rédigé par thierry

Publié dans #Divers

Publié le 13 Octobre 2007

WABnew.jpg
"Warhammer Ancient Battles" ou WAB
 est le fruit du travail de Jervis Johnson, Rick Priestley et de Alan & Michael Perry.

Games Workshop, l’éditeur, après avoir décliné le système de jeu « Warhammer » sous de multiples formes ( futuriste, combat spatiaux , escarmouches , etc ) , s’est lancé, il y a quelques années dans l'adaptation de ce système aux combats historiques d'où la création de "Warhammer Historical".

Le système de jeu est calqué sur le système « Warhammer Fantasy Battle » , la magie et les monstres en moins.

 

On utilise des figurines 25/28 mm . Il existe de très nombreuses marques qui  vendent des figurines pour ce jeu. Certaines productions sont splendides comme celles de Perry Miniatures, Wargames Foundry ou Artizan Design.

 

WAB.jpg
Ils nous gratifient d'un système simple et cohérent . Tout est basé sur des dés 6 faces (D6). On lance un nombre de D6 en fonction du nombre d'attaques possibles, en essayant d'obtenir un minimum requis pour toucher puis pour blesser. Pour terminer, le défenseur essaie de sauvegarder les touches réussies par son adversaire. Il y a beaucoup de D6  à lancer mais une fois l'habitude prise, c'est relativement rapide.

 

Le tour de jeu se décompose en 4 phases jouées alternativement :

     - Début du tour / Résolution des tests de ralliements & commandementsarcher.JPG
     - Mouvement : Charges / Déplacements
     - Tir : Utilisation des armes de jets
     - Corps à corps : résolution des combats au corps à corps.

 

Sont ensuite décrits :

     - le rôle des chefs d’unités, des portes étendards et des musiciens
     - les personnages
     - les règles spéciales liées aux armes et aux armures
     - les règles spéciales liées à la psychologie (Peur, Terreur, Frénésie, Haine, Entêtement,Bandes guerrières)
     - les règles spéciales liées aux troupes légères, aux chariots, aux éléphants, aux machines de guerres et aux bâtiments & fortifications.

 shieldwall.jpg

La nouvelle édition des règles parue en février 2006 comprend 30 pages supplémentaires présentant des clarifications et des mises à jour de plusieurs listes d’armées.

Enfin, un mode de jeu a été ajouté, Border Skirmish permettant de faire s’affronteraow.jpg 2 armées de 500 pts commandées par un seul personnage valant moins de 125 pts. Les armées doivent être constituées de 3 à 6 unités de moins de 20 figurines.

 

Mais ce qui fait l'intérêt de WAB, outre le livret de base ce sont ses suppléments ; il en existe une dizaine . Ceux-ci présentent une période ou un ensemble géographique. Ils sont réalisés la plupart du temps par des joueurs passionnés de l'époque. Cependant ils sont de la même qualité que les productions habituelles de la marque, très richement illustrés de magnifiques photos.
                

Voir les commentaires