empire

Publié le 3 Octobre 2022

Seconde partie de Blücher, le jeu "Empire" de Sam Mustafa, mais en solo cette fois et en 200pts.

Je me suis concocté une liste "Russes 1812" alors que Manu, mon adversaire du jour, joue une armée Française soutenue par un corps Polonais et un corps bavarois.

Je vais être défenseur, mais mon tempérament impétueux va me jouer des tours. Là où je devrais être prudent et attentiste, je me précipite un peu trop vite sur les troupes françaises et alliées et je vais me faire durement contrer.

Mon centre est occupé par deux divisions d'infanterie et deux batteries, une "à pied" et une lourde.

.J'ai pris une batterie lourde et un général dédié à l'artillerie et cette association va faire des merveilles.

Un général d'artillerie offre deux options de jeu s'il est attaché à une batterie :

- on tire et son expérience d'artilleur nous permet d'avoir un dé supplémentaire.

- on ne tire pas et sa capacité nous permet de réapprovisionner la batterie.

Des artifices bien utiles dans le jeu, ce dont je vais user et abuser.

 

Sur mon aile droite, j'ai placé ma division d'avant garde : 2 brigades d'infanterie, des hussards et des cosaques. Ils sont là pour couvrir le flanc de mes divisions d'infanterie et contrer les velléités de la cavalerie française, celle-ci étant soutenue par une batterie à cheval qui va me poser bien des soucis.

Sur l'autre aile, j'ai placé ma division de cavalerie, face aux Bavarois. Faute des points de manoeuvre nécessaires (Double 1 sur un tour et 2 tours avec moins de 5 pts de mouvement, damned !) ils ne vont quasiment pas bouger de la partie ..... mais les Bavarois non plus du reste.

Les feux d'artillerie sont meurtriers et les salves efficaces mais les quelques charges menées par les Français et Polonais vont me faire beaucoup de mal.

Tant et si bien qu'après 2h30 de jeu, les Russes doivent retraiter car l'armée se trouve démoralisée (5 pertes d'unités subies).

Le Français et ses alliés ne subit que 3 pertes sur les 6 qui m'auraient permis de le faire dérouter.

Ce fut cependant une belle partie, vive et très plaisante.

Avec un peu de recul et en essayant d'analyser la partie, outre le fait d'avoir été un peu trop impétueux, je me suis mal déployé : erreur dans le placement des différents corps. J'ai aussi eu tendance à oublier les objectifs à atteindre et à défendre.

Si j'ai pu défendre la colline, j'ai complétement abandonné les fermes et villages.

 

Sur une table adjacente, une seconde partie de "Blücher" opposait Jean François (Français) à Franck (Autrichiens).

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0

Publié le 30 Septembre 2022

Pour jouer à Blücher, les unités doivent être placées sur des bases relativement imposantes, bien plus grandes que ce qui se fait habituellement.

Ne voulant pas resocler les figurines que j'ai déjà et pour me laisser la possibilité de jouer également à NPoW et Bataille Empire, j'ai, comme mes petits camarades du club décidé d'utiliser des sous-bases.

Deux options s'offrent à moi : les faire faire, par exemple chez Warbases ou Battlefield Factory ou les faire moi-même avec mes gros doigts. En fait, j'ai fait un peu des deux, car j'ai acheté des bases MDF et des supports de dés chez l'un des fabricants sus-nommés et je vais entreprendre de finaliser le tout.

Pour le réceptacle, plusieurs solutions s'offraient à moi : MDF, cartons ou carton mousse ..... c'est cette dernière option que j'ai choisie.

Les bases MDF et supports de dés de chez Warbases et la feuille de carton mousse de 3mm d'épaisseur achetée chez Cultura.

Bien évidemment, je n'ai pu m'empêcher de m'y mettre tout de suite afin de réaliser un premier prototype et voir ce que cela peut bien donner.

Etape 1 : J'ai découpé le carton mousse de façon à avoir une taille équivalente à la base en MDF.

Etape 2 : J'ai évidé le carton mousse afin de laisser la place nécessaire à l'unité. Ce type de base pourra être utilisé indistinctement pour l'infanterie ou la cavalerie.

Etape 3 : les différents éléments sont collés : carton mousse sur MDF et support de dé sur carton mousse.... puis, la tranche du socle est peinte afin d'harmoniser le tout.

Etape 4 : Une fois que la colle et la peinture ont séchée, je texture le socle : colle à bois et sable.

Etape 5 : ultime étape, le socle reçoit un peu du même flocage que celui qui se trouve sur les socles des figurines, l'objectif étant, là encore, d'harmoniser l'ensemble.

Voici enfin ce que donne une unité dans sa sous-base avec son dé de "force"

Ne reste plus maintenant qu'à reproduire toutes ces étapes d'une façon plus "industrielle" afin d'avoir tous les socles nécessaires au jeu.

 

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0

Publié le 26 Septembre 2022

Blücher est une règle du très prolifique Sam Mustafa sur la période napoléonienne. Prévue au départ avec des cartes d'unités, elle s'est ensuite déclinée en un jeu avec figurines ce que nous avons fait ici.

J'en avais entendu parler sans avoir jusqu'à présent eu le plaisir de la tester, c'est aujourd'hui chose faite.

Nous nous sommes retrouvés au club, à 6 joueurs autour d'une belle table pour une initiation à cette règle.

Celle-ci est très agréable, se joue au niveau de la brigade et la prise en main est relativement aisée.

Nous allons utiliser des sous-bases et pouvoir ainsi réutiliser nos figurines prévues pour "Bataille Empire".

Notre partie d'initiation fut un affrontement fictif entre une armée autrichienne et une armée française.

Chaque unité ou brigade est dotée d'un dé représentant sa "force", les dés d'une même couleur indiquant chacune des divisions déployées.

Les unités sont éliminée quand leur "force" tombe à 0. L'armée démoralise quand le tiers de ses unités (hors artillerie) a été éliminé. Dans notre partie, le Français démoralisait à 7 unités et l'Autrichien à 8 unités.

Quand nous avons terminé, chacune des deux armées n'avait subi que 2 unités perdues.

Pour une armée en 300pts, comme celles que nous avons jouées, il faut compter entre 20 et 24 bases, ce qui couvre déjà bien la table.

Notre ami Franck a le désir de faire, sur cette règle, une reconstitution de la bataille de Wagram .... beau projet en perspective, auquel je participerais avec grand plaisir s'il aboutit.

Lors de cette initiation, je dirigeais l'aile gauche de l'armée et commandais une division d'infanterie, une grande batterie et une brigade de cavalerie rattachée. Mon objectif était de prendre cette colline si bien défendue par un corps autrichien., ce que je n'ai pas réussi à faire malgré de multiples salves et charges ....

 

Ce fut un beau samedi et j'ai hâte de pouvoir m'y remettre mais en solo cette fois avec une armée Russe en 200pts ce qui permet de jouer environ 3 heures.

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0

Publié le 11 Septembre 2022

Fin de ce projet avec l'unité de grenadiers réunis.

Les figurines sont des Campaign Games miniatures.

Reste maintenant à jouer ce scénario au club. Je ne manquerais pas à cette occasion de faire un petit CR.

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0

Publié le 7 Septembre 2022

Seconde et avant dernière étape de ce projet "Elchingen" avec, cette fois-ci, les têtes de colonne des 4 régiments formant la division du gl Malher.

Les figurines sont des Campaign Games miniatures.

Prochainement, les grenadiers réunis.

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0

Publié le 3 Septembre 2022

Comme indiqué dans un post précédent, je m'évertue à réaliser les dernières touches du projet "Elchingen", prévu pour la règle "Bataille Empire".

Je dois réaliser les 4 éléments de voltigeurs et les 4 têtes de colonne des régiments de la division du Gl Malher ainsi que l'unité de grenadiers réunis de la division Loison.

J'ai réalisé pour commencer les éléments de voltigeurs de ces régiments (figurines Campaign Games miniatures)

 

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0

Publié le 27 Avril 2022

Alors que la bataille pour Almeida faisait rage, le corps de Suchet allait être confronté à forte partie car les deux corps Anglais de Wellesley et Hill, après concertation, avaient marché de conserve afin de se retrouver à l'endroit où nous pensions rencontrer le Français.

Bien nous en a pris car effectivement, Suchet avait bien pris le chemin que nous pensions et c'est deux corps d'armées que ce dernier allait affronter en ce beau début d'après midi.

A 600pts contre 300, nous étions sûrs de notre victoire, peut être un peu trop d'ailleurs, car Suchet n'était pas venu en victime expiatoire et il était bien décidé à nous créer le maximum de problèmes possibles.

Arrivant de la droite sur la carte, je me plaçais tout naturellement sur la ... droite de la table alors que Wellesley positionnait ses divisions sur la gauche. Ayant deux belles divisions de cavalerie, je place les deux sur l'extrême droite du champ de bataille, en deux vagues, avec des ordres différents afin de lancer des attaques successives.

Au centre, je place ma division anglaise, les Portugais s'étant déployés à la gauche de celle-ci.

Le terrain va permettre à Suchet d'appuyer sa défense mais le plus surprenant, c'est qu'il ne déploie que deux de ses divisions : la division d'infanterie italienne et sa division de cavalerie, l'ensemble appuyé par une forte artillerie.

Le doute s'installe, perdu pour perdu, a-t-il fait une marche de flanc afin de nous taquiner au mieux ou a-t-il réservé ses autres divisions pour plus tard ?

Quoiqu'il en soit les Anglais et Portugais s'ébranlent.

Je décide de lancer mes deux vagues de cavalerie, l'une avec un ordre d'attaque et l'autre, plus en retrait,  avec un ordre d'engager. De plus, petit artifice de la campagne, ayant perdu la précédente bataille contre Grouchy dans les plaines devant Ciudad Rodrigo, un de mes généraux a subi un caractère "négatif" et c'est mon général de la seconde division de cavalerie qui en fera les frais. Il est devenu "alcoolique" suite à cette bataille.

Mon infanterie progresse prudemment, Anglais en tête ....

Deux des divisions de Wellesley avancent dans la plaine, face aux tirailleurs italiens alors que sa cavalerie va tenter un débordement pour contourner le bois ce qui va s'avérer très (trop) long.

Un chasseur à cheval Napolitain est lancé par Suchet afin de ralentir l'avancée de la division anglaise. Le Français ne va pas prendre le risque d'une attaque suicidaire, il s'est placé en défense, près à contrer dès qu'il le pourra. Etant en infériorité numérique, il n'a pas trop le choix.

Les batteries de 8 des Français entrent en action faisant les premières victimes dans les rangs anglais et les  hussards de la KGL vont lancer leur attaque, les hussards Français vont fuir, les premiers lancer de dés tournent mal car impossible d'arrêter ma charge. Mes hussards vont se trouver en mauvaise posture.

Charges, contre-charges, combats, je perds à peu près tout, mes hussards sont lourdement reconduits et ma batterie reste inefficace.

Au centre, la division d'infanterie avance résolument vers les fermes où se sont retranchés les Italiens.

Alors que je devais lancer ma seconde vague de cavalerie afin de contrer les Français, mon général de division décide qu'il en avait déjà trop fait et tombe de cheval ivre mort. Avec un 1 au dé et sans commandant, la division reste impuissante et assiste à la débâcle de la KGL.

Le général est remplacé au tour suivant par un subordonné qui prend en charge la division mais ce retard sera lourd de conséquence car mon avantage numérique s'amenuise petit à petit. L'infanterie anglaise, en approche, devient de plus en plus pressante.

Tour 4. Les divisions Françaises de réserve entrent enfin en action. Suchet a regroupé ses forces et ses troupes surchargent un espace réduit. La seconde division rentrante attaque sans attendre les débris de la KGL qui déroute.  L'infanterie anglo-portugaise est aux abords des fermes et peuvent enfin faire les premiers feux.

La pression exercée par les divisions anglaise et portugaise se fait de plus en plus forte.

Le corps de Wellesley met beaucoup trop de temps à arriver, la cavalerie s'est empêtrée dans des courses inutiles et les deux divisions d'infanterie ont été trop facilement ralenties par quelques tirailleurs italiens courageux.

 

Après 6 tours de jeu, les Anglo-Portugais occupent la plupart des objectifs mais n'ont pas réussi à anéantir le corps de Suchet qui a très bien mené son affaire. La nuit arrivant, il peut se replier en bon ordre nous laissant une petite victoire marginale.

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0

Publié le 16 Avril 2022

Après une dure bataille perdue contre les forces combinées des Français de Grouchy et Suchet, mes troupes trouvent refuge dans Almeida afin de se regrouper pour mieux repartir en campagne.

Je (Lord Rowland Hill) repars de cette ville, bien décidé à en découdre, ne laissant qu'une simple garnison afin d'assurer mes arrières. Bien m'en a pris car mon corps d'armée avait à peine parcouru quelques lieues que des bruits de bataille nous parvenait.

 

L'attaque d'Almeida

A peine le corps principal de l'armée anglaise était parti que la petite garnison d'Almeida repère des mouvements de troupes : l'avant garde de Grouchy, forte de sa victoire précédente avait poussée plus avant afin de poursuivre son avantage acquis .... et ça passait en premier lieu par la prise de la ville d'Almeida.

L'un des principes de notre campagne est la possibilité de fortifier des villes et d'y laisser une garnison afin de la défendre. Cette garnison doit être composée de 250 pts de troupes, ce qui induit un petit déséquilibre par rapport aux armées attaquantes qui sont, elles à 300 pts.

Je déploie rapidement mes troupes dans la plaine devant Almeida. Je compte 3 divisions alors que Grouchy en déploiera 5.

Ma divisions anglaise (Gl Fergusson) occupe le flanc gauche du dispositif alors que la division Portugaise du général Oliveira sera au centre. Face à eux, 3 divisions française se déploient, dont l'une occupe un hameau formant les faubourgs d'Almeida.

La cavalerie de Fane se place à la droite de l'armée de garnison, face à elle, deux divisions françaises de cavalerie : dragons, lanciers et chasseurs se sont déployées ainsi que deux batteries à cheval.

Oliveira lance sa division vers la colline centrale alors que les colonnes françaises s'ébranlent.

La cavalerie française, sûre de sa force se prépare à l'attaque.

Fergusson fait occuper le monastère à l'extrème gauche puis lance ses régiments au devant des divisions françaises.

Au centre, les combats font rage. Les tirailleurs français harcèlent les troupes portugaises alors que les régiments de ligne ont pris pied sur la colline. L'attaque portugaise est ralentie ...

Sur l'aile droite, les cavaliers anglais ont été bousculés, les Portugais, maintenant menacés sur leur flanc, doivent stopper leur attaque et sont obligés, par précaution, de placer plusieurs régiments en carré. L'artillerie française ne se prive pas de cibler les carrés portugais afin de les ébranler avant l'attaque des cavaliers français.

Les combats pour la colline sont de plus en plus violents, mais le surnombre Français finit par faire son effet et les régiments portugais engagés doivent se replier en désordre.

Fergusson a mal coordonné son attaque. Les Français réussissent à le ralentir puis le stopper.

Après 3 heures de jeu, la cavalerie de Fane est en déroute ainsi que la division Oliveira. Seul Fergusson résiste encore. Prudemment, celui-ci ordonne à ses régiments épuisés de faire retraite. Almeida tombe. Les restes de la garnison de la ville refluent au plus vite pour éviter d'être capturés.

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0

Publié le 8 Mars 2022

Comme je vous l'indiquais il y a quelque temps, notre campagne "Bataille Empire" bat son plein (pour rappel, la règle et carte de campagne sont en téléchargement libre).

Après une première bataille aux abords de la ville de Bragança entre le corps de Suchet (Franck) et le corps d'armée du gl Wellesley (Karim) qui s'était soldée par un affrontement sans réel vainqueur, les deux armées s'étaient repliées sur des positions préparées à l'avance.

De mon côté, quittant Almeida, je me suis retrouvé sur la route de Ciudad Rodrigo, face à l'avant garde du corps de Grouchy (Manu). La bataille étant inévitable, les deux armées, une fois rassemblées, se déploient. Mes estafettes me font parvenir une bien fâcheuse nouvelle : un corps d'armée Français est en approche sur mon flanc gauche. Ce n'est pas Grouchy puisqu'il est devant moi, mais alors qui ? Suchet ou Lannes (Lionel) ?

 

N'ayant aucune nouvelle des mouvements de repli de Wellesley après son échec relatif devant Bragança,, je peux avoir la bonne surprise de voir arriver les divisions de mon général en chef mais malheureusement plus sûrement, celles de nos adversaires qui viendraient renforcer le corps de Grouchy. Je serai alors submergé par le surnombre.

Les divisions Françaises arrivent les unes après les autres sur le champ de bataille. De mon côté, j'ai déployé ma division portugaise devant le champ clos et sur la droite du dispositif. Au centre, la division d'infanterie britannique Picton soutient la brigade de cavalerie de Stapleton-Cotton.

Sur la gauche, ma brigade d'infanterie légère a pris position dans les bâtiments et bois environnants alors que les Français approchent.

Les Français se sont fortement engagés, si bien que Stapleton-Cotton a lancé une violente charge de cavalerie qui a emporté un régiment d'infanterie qui n'a pu se mettre en carré ainsi que la batterie adjacente.

La brigade légère Dalhousie prend position sur la colline.

Après leur charge victorieuse, les cavaliers anglais sont durement reconduits par les dragons Français qui ont lancé une contre-charge. Les cavaliers Français poussent leur avantage et attaquent les régiments portugais qui n'ont pas eu le temps de réagir.

Un des régiments d'infanterie de la division Picton s'est détourné et fait feu sur les dragons qui sont durement secoués.

Au centre, les troupes Françaises mettent une forte pression sur les régiments anglais qui résistent du mieux qu'il peuvent.

Près du village tenu par la milice portugaise, les Français accentuent, là aussi leur effort malgré le soutien d'une brigade d'infanterie britannique.

Les dragons Français ont pu être repoussés, mais une nouvelle menace vient d'apparaître sous la forme de hussards et lanciers de la Vistule.

Hussards français et dragons légers portugais sont prêts à s'affronter.

Les Anglais, bousculés, reculent pied à pied.

Après 7 tours de jeu, les deux armées sont à la limite de la rupture, quand deux des divisions Françaises du général Suchet apparaissent sur le flanc gauche et se précipitent sur la division légère britannique qu'elle anéantie sans coup férir. Ce qui met le coup de grâce et la fin de la bataille.

Hill, battu doit replier ses troupes fortement ébranlées vers la ville d'Almeida.

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0

Publié le 5 Janvier 2022

Il y a quelques mois, nous organisions une campagne à 4 joueurs, axée sur la période "1812 en Russie" où les combats se faisaient en utilisant la règle "Bataille Empire" d'Hervé Caille et qui a vu les Français prendre Moscou.

Nous récidivons, mais cette fois, à 6 joueurs et sur un nouveau thème : la Guerre de la Péninsule 1807 - 1813.

Nouvelle campagne donc nouvelle carte pour nos déplacements.

La règle que nous faite et utilisions pour notre "Campagne de Russie" a été quelque peu amendée et simplifiée (par exemple : les reconnaissances) et après pas mal de discussion, nous sommes arrivés à trouver quelque chose qui nous parait équilibré et qui nous plaise.

Trois joueurs seront dans le camp "Français" (Manu, Lionel et Franck), chargés de repousser à la mer, les Anglais.

Trois joueurs seront dans le camp opposé. Personnellement, je tiendrais le rôle de Lord Hill, sous les ordres de Wellesley (Karim) et allié d'un Espagnol : de la Cuesta (Philippe).

Je présenterai, au fur et à mesure, quelques compte-rendus des différentes batailles, évolutions et péripéties.

 

Lire la suite

Rédigé par thierry

Publié dans #Empire

Repost0