Articles avec #dbm tag

Publié le 6 Janvier 2008

undefined
Lors de mon escapade poitevine, j'ai pu jouer à DBM avec Christophe. 
Je joue Romains Haut Empire et il m'oppose son armée Carthaginoise tardive.
undefined
J'organise mon armée en 4 corps :
Corps 1 : le général en chef qui commande l'ensemble de la légion (12 éléments) ainsi que 7 éléments d'auxilaires, 2 archers et quelques psilois.
Corps 2 : le corps de cavalerie comprenant en plus du général, 8 éléments de cavaliers lourds et 4 éléments de cavaliers légers (numides)
Corps 3 : C'est un corps d'infanterie légère constitué d'auxiliaires au total 7 éléments.
Corps 4 : Allié Sarmate - 7 éléments de chevaliers.
Au total, l'armée compte 50,5 équivalents éléments et démoralise à 25,5.
                                                 
De son côté, Christophe choisit, lui aussi, une organisation en 4 corps mais ne prend pas d'éléphant.
Il va déployer un corps d'infanterie (lourde et légère) avec un peu de cavalerie, un corps d'auxilaires (Ligures), un corps de cavalerie lourde soutenu par un fort contingent de cavalerie légère et un corps allié Numide formé de cavaliers légers et d'une multitude de tirailleurs.
undefined undefined

Je suis attaquant. Le terrain est placé, les premiers dés sont lancés.
J'avance prudemment mes auxilaires sur l'aile gauche, en face d'eux, les Numides de son corps allié attendent.
Sur l'aile droite, une colline m'a permis de mettre en embuscade mes chevaliers Sarmates. Pendant quelques tours, il va les croire en marche de flanc et ne va pas trop avancer sa cavalerie de peur d'être contré.
undefined
A son tour de lancer ses dés. Les Numides ne sont pas fiables.....il concentre ses troupes et bouge peu. Pas d'hésitation, les auxilaires se précipitent sur les cavaliers numides mais de la broussaille surgissent ses tirailleurs qui ont été débusqués - il est malin, même non fiable, ce corps va être plus difficile à manoeuvrer que prévu. 
undefined undefined

Ma cavalerie postée, elle aussi sur la droite, avance et menace ses cavaliers mercenaires gaulois. C'est une feinte pour faire sortir le reste de sa cavalerie et les forcer à s'engager.


Les Sarmates dévalent la colline et chargent la cavalerie punique et les cavaliers légers espagnols. Sur 6 combats, je fais un 5 et cinq 6 - c'est une "main" exceptionnelle, toute la ligne de cavaliers carthaginois est forcée à reculer, un élément est même détruit. Une chance pour Christophe que ses dés n'aient pas été mauvais, sinon l'unité entière était détruite. Ce qui arrivera au tour suivant, car profitant de leur poussée, les chevaliers Sarmates enfoncent la ligne de cavaliers.
undefined
Sur l'autre côté, les Numides sont redevenus fiables et attaquent les auxiliaires romains qui les détruisent. Les Carthaginois perdent pied, petit à petit, et les deux ailes détruites, les cavaliers romains et les chevaliers Sarmates se rabattent vers le centre. Ils n'auront pas besoin de pousser leur avantage. L'armée Carthaginoise est vaincue.

undefinedJ'ai rarement battu mon frère à ce jeu, et moins encore quand il dirigeait cette armée, mais là, je dois dire que les dés ont été largement à mon avantage et m'ont permis de réaliser les manoeuvres souhaitées et de gagner les combats engagés.  

DELENDA EST CARTHAGO

Dès les lendemain, lors d'une seconde partie opposant mes Romains Haut Empire à des Romains Tardifs, Christophe prendra sa revanche de belle manière.

Voir les commentaires

Rédigé par thierry

Publié dans #DBM

Publié le 30 Novembre 2007

Nouveau rapport de bataille, ce sera le dernier pour cette année 2007.
Cette
semaine, encore une rencontre historique, toujours avec Robert, en antique. Nous rejouons un des affrontements entre les Daces de Décébale et les Romains de l'empereur Trajan.

lire l'article historique sur les "guerres daciques".

Il joue la liste 56 du livre 2 des armées DBM : "Early Imperial Roman" (Romains haut empire). Robert en find--ploiement-romain.JPG tacticien me prépare plusieurs surprises.
Il n'y en a pas dans l'organisation qu'il a choisie - 4 corps - 3 petits et un très gros comme à son habitude. Les surprises ne viennent donc pas de l'organisation mais de ce qu'il va mettre dans ses corps d'armées.
     - corps 1 : général en chef, 12 légionnaires, 10 auxiliaires supérieurs, 9 tirailleurs, ..........4 balistes montées et un éléphant. (première surprise : force de frappe avec les balistes et puissance redoutable avec cet éléphant qui ne craint pas grand chose).
     - corps 2 : Il est plus classique avec 7 éléments soit un général, 3 cavaliers et 3 cavaliers légers.
     - corps 3 : un général et un cavalier léger (!) ...... une surprise qui va s'avérer payante car ce seul cavalier léger va bloquer mes Sarmates.
     - corps 4 : un corps allié............ Sarmate (surprise finale) composé de 7 éléments de chevaliers.
Son armée compte 48,5 équivalents éléments et démoralise à 24,5.

d--ploiement-dace.JPG

lire l'article sur les "daces à DBM"

De mon côté, je reste classique dans la composition de mon armée dace (livre 2 - liste 52 : "Dacian") :
     - corps 1: Décébale, 21 guerriers, 4 falxmen, 8 archers inférieurs soit 34 éléments démoralisation 12
     - corps 2 : un général, 20 guerriers, 4 falxmen, 6 archers soit 31 éléments démoralisation 11
     - corps 3 : c'est le corps "léger" pour occuper les terrains accidentés : un général, 5 cavaliers légers et 12 tiraileurs soit 12 équivalents éléments démoralisation 4
     - corps 4 (allié) : MON sarmate composé de 10 éléments de chevaliers.
L'armée dace compte 87 éléments et démoralise à 43,5.
J'ai un gros avantage numérique.


Après le traditionnel lancer de dés, je suis défenseur. Une fois encore, le terrain est de mon côté de table et ne va guère m'aider.
Premier lancer de manoeuvres : mon Sarmate fait 1 et n'est donc pas fiable. Est-il intimidé par le seul et unique cavalier léger qui lui fait face et qui semble bien redoutable ?
Les autres dés ne sont pas meilleurs et je suis déjà obligé de me lancer vers l'avant même si cela ne m'arrange pas. Sans l'appui sur l'aile de mes chevaliers Sarmates, la partie sera rude car Robert de son côté a placé ses Sarmates ( les traitres) en face d'un corps de guerriers qui n'ayant pas les points nécessaires fonce vers eux.
l--gionnaires.JPG  approche.JPG

Les jets de dés de Robert sont efficaces et il manoeuvre habilement afin de placer comme il faut les éléments qu'il estime nécessaires afin d'encaisser le choc des guerriers daces qui insouciants se précipitent au devant de tous les dangers possibles sur un champ de bataille qui devient de plus en plus un piège. 
Tout ça à cause de ces maudits Sarmates qui font 3 au deuxième tour, puis 1 au troisième, quatrième et cinquième tours de jeu. Le cavalier léger leur semble de plus en plus dangereux, en effet à 2000 contre 12, il vaut mieux être prudent. Le Sarmate le sera, prudent, toute la partie.....jusqu'au moment où sentant que la bataille se perd ....changera de camp.
premiers-combats.JPG
                                                                          cliquez sur la photo pour agrandir

Laissons ce traitre dormir tranquillement et rapprochons nous de l'autre aile où un combat inégal s'est engagé entre la cavalerie lourde romaine et la cavalerie légère dace. Cette dernière craque petit à petit même si entre-au-coeur-des-comabts.JPGtemps elle a reçu l'aide des javeliniers. Ceux-ci ne font que retarder l'échéance.

Quant au Sarmate de Robert, il s'en donne à coeur joie, et avec ses quelques malheureux éléments, il anéantit un corps de guerriers et  tue Décébale ce qui met fin à la partie, au massacre devrais-je dire. 

J'ai détruit en tout ....2 pauvres éléments romains, mais encore une fois la partie a été plus que plaisante avec un adversaire contre qui j'adore jouer.




Ah oui, j'oubliais, pour le "fun", nous avons voulu voir avec Robert pendant encore combien de temps (de jets de dés) le Sarmate allait-il rester non-fiable...... et bien, il est redevenu fiable au ...........premier lancer.

Voir les commentaires

Rédigé par thierry

Publié dans #DBM

Publié le 24 Novembre 2007

Nouveau rapport de bataille DBM. Pour ce soir, une "reconstitution" de la bataille de l'Hydaspe qui avait opposée Alexandre aux troupes indiennes du rajah Poros
lire l'article historique sur "Alexandre et la route des Indes : la bataille de l'Hydaspe"

Robert jouera l'armée macédonienne. Il a choisi la liste 12 du livre 2 des armées DBM (Alexandrian Macedonian). De mon côté, je serais Poros à la tête des indiens que j'espère farouches : liste 3 du livre 2 (Classical Indian).

Robert organise son armée en 3 corps. Comme la plupart de mes adversaires depuis quelques temps, il va aligner 2 "petits corps" et un TRES gros corps d'armée.
la-phalange.JPG
   - corps 1 : Cratère, 24 piquiers ordinaires, 8 hypaspistes lanciers supérieurs, 7 auxiliaires supérieurs et 9 tirailleurs psilois ordinaires et supérieurs (javeliniers agrianes et archers crétois) soit 44,5 équivalents éléments, démoralisation du corps à 15.
   - corps 2 : Parménion, 4 éléments de cavalerie Thessalienne et 3 éléments de cavalerie légère soit 8 équivalents éléments démoralisation 3.
   - corps 3 : Alexandre et 4 éléments de compagnons (chevaliers) ainsi que 3 éléments de cavalerie légère (Prodomois) soit 8 équivalents éléments démoralisation 3
Cette armée compte donc 60,5 équivalents éléments et la démoralisation est à 30,5.

Là aussi, le problème est simple, il est inutile de détruire les deux petits corps, l'armée étant battue à 30,5 éléments, si j'élimine ces petits corps, il me faut quand même encore détruire 14,5 éléments dans le corps principal, cela va être bien difficile de manoeuvrer ce groupe impressionnant.
le-centre-indien.JPG
Poros présente l'armée suivante :
   - corps 1 : 1 général, 12 archers supérieurs, 3 cavaliers, 10 éléments d'infanterie plus légère, 6 éléments de hordes pour protéger les bagages et 3 éléphants soit 31 équivalents éléments démoralisation 10,5.
   - corps 2 : 1 général, 12 archers supérieurs et lanciers, 3 éléphants, 2 wagons de guerre, 1 cavalier léger, 6 éléments de hordes et 4 chariots lourds soit 26 éléments démoralisation 9.
   - corps 3 : 1 général, 5 cavaliers et 1 cavalier léger soit 7 éléments démoralisation 3.
Les Indiens ont une armée forte de 64 équivalents éléments, démoralisation 32.

Je suis défenseur et place le terrain. Le hasard fait que la plupart des éléments sont placés de mon côté, c'est un avantage car je vais pouvoir "m'appuyer" sur eux pour axer ma défense.

premiers-contacts.JPGLes deux armées se font face, la partie commence.

La pahalange s'approche rapidement de la ligne des archers indiens. Les piquiers sont soutenus par les hypaspistes. Il me faut à tout prix arrêter au tir ce rouleau compresseur, car s'ils arrivent au contact, la poussée de la phalange macédonienne risque d'être désastreuse pour l'archerie indienne. Je déploie mes éléphants qui vont tenter de s'interposer mais ceux-ci sont pris à partie par les troupes légères agrianes.
Pendant ce temps, sur l'autre aile, quelques timides manoeuvres des deux cavaleries indiquent bien que la bataille n'aura pas lieu à cet endroit.


Inexorablement, la phalange et les lanciers avancent. Les archers envoient leurs premières flêches qui font leurs premières victimes, mais je ne suis pas sûr que cela suffise. Le deuxième groupe d'archers indiens commence à manoeuvrer pour lui apporter son soutien.
Les chariots se déploient et montent au combat, ils sont durent repoussés par les piquiers qui les poursuivent. Jecharge-des---l--phants.JPG sens déjà que la bataille commence à m'échapper et que toutes les manoeuvres que j'entreprends ne sont que les retardements d'une échéance finale qui ne peut être qu'à mon désavantage.


Le contact est brutal pour les pauvres archers qui se font tailler en pièces. Les chariots et les débris du corps trouvent leur salut dans la fuite poursuivis par les macédoniens qui deviennent impétueux devant cette déroute.

Les hypaspistes qui se sont reformés ainsi que les auxiliares "tombent" sur le deuxième groupe d'archers. Là encore la bataille est de courte durée : débordés, repoussés, écrasés, les Indiens s'enfuient également, d'autant plus que la cavalerie et les chevaliers macédoniens, cette fois-ci bien en place, ont lancé une attaque sur l'autre aile, détruisant les derniers éléphants et mettant fin à ce massacre.
indiens-VS-hypaspistes.JPG
Fidèle à la réalité historique, Alexandre reste maître du champ de bataille.

Robert a réalisé une très belle partie. Il a joué sur les points forts de son armée tout en appuyant sur les faiblesses de la mienne. De belles manoeuvres et de beaux combats même si j'ai rapidement senti que je n'avais aucune chance de gagner cette partie.
la-fuite.JPG   attaque-des---l--phants.JPG
         
           L'armée indienne fuit loin du champ de bataille
         Les mercenaires indiens et les prodomois attaquent les éléphants

Voir les commentaires

Rédigé par thierry

Publié dans #DBM

Publié le 28 Octobre 2007

la-salle.JPG
Le club de l'Ost de Rueil-Malmaison accueillait 14 équipes de 2 joueurs (un antique et un médiéval) pour son traditionnel tournoi DBM, les 27 et 28 octobre.
Parmi ces équipes, on retrouvait la plupart des grands joueurs de la règle.

                            Antique                                                                                       Médiéval
1 - Philippe SEBERAC (Romains Tulliens)                       Philippe BERTRAND (Arabes Abbassides)
2 - Claude CHENUIL (Assyriens Néo-Sargonides)         Michaël BRICAULT (Lithuaniens)
3 - Laurent DEBUICHE (Ugarites)                                       Carl PINCEMIN (Avars)
4 - Jean-Yves CASSAS (Chinois Q'in)                                 Carlo DENORME ( Arabes Abbassides)
5 - Jean François LEFEBVRE (Germains antiques)        Martin STEEWEGGE ( Thaï)
6 - Jean Pierre RIVIERE (Numides)                                    Olivier FLAMENT (Romains Patriciens)
7 - Boris ELOY (Alamans)                                                     Jean François MENIER (Armée populaire Ecossaise)
8 - Christophe MOLIERE (Vandales)                                  Thierry MOLIERE (Burgondes)
9 - Sébastien ROCHER (Romains Haut Empire)            Patrick GRONIER (Avars)
10 - Benoit KITZINGER (Kushan)                                        Eric LAJUS (Condottières italiens)
11 - Lionel MORVAN (Carthaginois)                                   Samir DJUROVIC (Hussites)
12 - Chrsitian BRICAULT (Kushan)                                    Jean Marc SIBIRIL (Khmers)
13 - Samuel LAROUMAGNE (Séleucides)                       Julien DUMAS (Hindou Indiens)
14 - Etienne MASSON (Nouveau Royaume d'Egypte)    Christophe ARTUS (Espagnols féodaux)

Tour 1
Nous tombons contre Jeff et Boris. La partie risque d'être plaisante et animée car les deux joyeux lurons des IPOTha--s.JPG sont difficiles à manoeuvrer en même temps que très agréables à jouer.
Jeff m'oppose des Ecossais. Son armée compte 114 éléments dont une cinquantaine de piquiers. Sa maigre chevalerie se fait rapidement contrer par ma cavalerie mais devant ses piquiers inquiets du nombre de mes guerriers, il déploie un petit corps commandé par un chevalier démonté qui va se montrer particulièrement redoutable car à lui tout seul, il va détruire un corps de 24 guerriers. Après quelques combats et près de 4 heures de jeu, nous finissons sur une rencontre nulle. 
J'ai perdu 1 corps (en tout 39 éléments). Jeff a perdu 2 corps et au total 29,5 éléments .

Christophe de son côté affronte Boris et ses Alamans. Deux armées de guerriers vont s'affronter. Le choc sera brutal, mais les guerriers supérieurs Alamans resteront maître du terrain.

Tour 2
J'espère que cette seconde rencontre sera moins difficile pour nous deux. Cette fois nous sommes opposés à la paire Laroumagne - Dumas.
Julien Dumas est un jeune joueur sympathique mais l'armée qu'il me présente l'est beaucoup moins : des Hindous Indiens. Cette armée est redoutable pour ma masse de guerriers car elle compte 8 éléphants dont 3 généraux et un corps allié Tibétain formé de chevaliers. La partie risque d'être très rude, car si mon adversaire est inexpérimenté, ses troupes sont toutes plus dangereuses les unes que les autres.
A son premier jet de dés, son allié Tibétain n'est pas fiable (ouf, une menace de moins..) Mon plan est donc simple si son armée est redoutable, elle est petite (45 éléments) et ses corps sont minuscules. Il me suffit de détruire un de ces petits corps pour que son allié se retourne contre lui et que la partie finisse.
Le choc entre les guerriers et les éléphants est terrible. Les guerriers finiront par succomber après avoir tué 2 éléphants et le général en chef. La partie tournera d'un côté puis de l'autre jusqu'à l'affrontement final qui verra une malheureuse troupe indienne encerclée périr sous les coups de la cavalerie ce qui met fin à cette partie. Enfin une victoire.

Christophe, opposé à Samuel, connaîtra des fortunes diverses et ses guerriers périront sous les coups de boutoir des chars à faux Séleucides.
 
Khmers.JPG
Tour 3

Dimanche matin...Je rencontre mon ami de Tarbes, exilé à Poitiers, Christophe Artus. Il joue une armée "Espagnols Féodaux" et craint mes Burgondes, car quelques temps plus tôt, il les a rencontrés sous la conduite de mon frère et la bataille n'a pas tourné à son avantage.
IWagons-Hussites.JPGci, pas de finasserie, je fonce, Christophe aussi. La masse des guerriers Burgondes a bien du mal à repousser les assauts des chevaliers espagnols, mais la cavalerie va faire des miracles et finira par anéantir ses derniers espoirs. Une deuxième victoire...mais j'ai quand même perdu 34 éléments. J'ai encore payé un lourd tribut.

Mon frère, Christophe, est, quant à lui, opposé aux Egyptiens d'Etienne Masson. Il décide de faire une marche de flanc avec un de ses corps de guerriers mais malheureusement, celle-ci ne rentrera jamais. Les combats s'éternisent et la partie se finit sur une rencontre nulle.


Tour 4
Pour une fin de tournoi, nous sommes gâtés, nous rencontrons une paire que tout le monde redoutait : Christophe est face à Jean-Yves Cassas et pour moi, la partie est peut être encore plus rude car je suis opposé au pilier de l'équipe de Belgique de wargames : Carlo Denorme.
Carlo, en médiéval, joue une armée "Arabes Abbassides" qu'il manoeuvre admirablement. La partie est serréeCarlo-Denorme.JPG mais il possède des nerfs d'acier et sa science du jeu fait la différence. Il écrase l'armée Burgonde. 
Carlo est un vrai grand joueur, très agréable et j'ai retrouvé, en me confrontant à lui, le même plaisir que j'avais eu un mois plus tôt en affrontant Philippe Bertrand.

Christophe, opposé à Jean Yves qui jouait des "Chinois Q'in, réalise une partie remarquable de tactique et d'agressivité dans le jeu. Il remporte une magnifique victoire.



Le tournoi reste, pour nous, positif car le plateau était très relevé. Avec 3 victoires, 2 nulles et 3 défaites, nous avons 11 points et nous finissons à la 8ème place. Nos amis de la BACL (Clichy) : Lionel et Samir font également un beau tournoi et finissent juste derrière nous à la 9ème place.

Résultat final
1 - Philippe BERTRAND et Philippe SEBERAC
2 - Boris ELOY et Jean François MENIER
3 - Laurent DEBUICHE et Carl PINCEMIN
vainqueurs.JPG  deuxi--mes.JPG

      Les deux Philippe, vainqueurs du tournoi                                   Jean François et Boris, les seconds.

Voir les commentaires

Rédigé par thierry

Publié dans #DBM

Publié le 18 Octobre 2007

warriors--3Wb-.JPG
La liste "Dace" se trouve dans le livre 2, liste 52 des livrets d'armées. Elle couvre la période 60 - 106 ap. JC pour les Daces et 106 - 380 ap. JC pour les Carpodaces.
Pour la période dacique, elle s'oppose historiquement à la liste "Romains Haut Empire" livre 2 liste 56.

Les éléments qui la composent.
- C'est, avant tout, une armée de guerriers (warband) car c'est, dans cette liste, la composante principale - de 36 àfalxmen.JPG 100 éléments. 
- On y retrouve les inévitables - et attendus - "falxmen" en nombre cependant limité - de 6 à 10 éléments à moins de jouer les alliés Bastarnes qui peuvent apporter jusqu'à 16 éléments supplémentaires.
- La cavalerie, qui représente les nobles daces, est légère et en quantité très réduite ( le maximum est de 5 éléments). Il faudra toutefois les prendre car ils apportent un plus incontestable.
- Les tirailleurs et archers apportent un complément à cette masse. Les archers sont de classe inférieure et peuvent être choisis en archers (Bw) ou en archers légers (psiloi) et ce jusqu'à 20 éléments. Des javeliniers peuvent également être pris à concurrence de 15 éléments.
                                                                                                                                                  Falxmen daces

Les alliés
La liste nous propose 2 alliés possibles :
- Des Bastarnes, alliés internes, qui apportent les mêmes types de troupes, comme je l'indiquais précédemment principalement des "porteurs de faux".
- Des Sarmates Iazyges, classés chevaliers qui apportent la "touche" de cavalerie qui manque à cette liste. C'est généralement cet alllié qui est choisi quand on joue l'armée dace, même si ces chevaliers doivent être eux-aussi contrôlés, car impétueux.



Cavalerie lourde Sarmate

Organisation et composition de l'armée
Les personnes qui jouent cette armée, l'organisent en 4 corps, c'est également mon cas. Quant à la composition des différents corps, après de multiples essais, je me tourne maintenant vers ce type de formation :
 - corps 1 : le C-in-C, 24 guerriers, 8 archers, 4 falxmen
- corps 2 : général sub., 17 guerriers, 6 archers, 4 falxmen
- corps 3 : général sub, les 5 cavaliers légers, tous les psilois pour tenir les terrains difficiles ou accidentés.
- corps 4 : le corps allié Sarmate - 10 chevaliers
Ce choix de 2 corps de guerriers me permet d'en avoir toujours un en face d'une cible potentielle. De plus, ces guerriers étant "fast" - rapides - ils ne craignent pas les terrains accidentés.

roi-D--c--bale.JPG
                                                                       Le roi Décébale et ses nobles

C'est une armée difficile à jouer pour un débutant car elle est irrégulière, composée de nombreuses troupes (de 80 à 90 éléments) et surtout impétueuse, il faudra toujours être en mesure de la contrôler sinon elle se précipitera sur l'ennemi à la première occasion.
On prend, malgré tout, beaucoup de plaisir à la manoeuvrer car il se passe toujours quelque chose et il est pratiquement impossible, avec ces farouches guerriers, de finir la partie sur une "rencontre nulle", on écrase l'adversaire ou on est balayé par lui.

Les marques qui proposent des Daces
J'en connais 3, mais il est fort possible que d'autres marques en proposent également.
- Essex miniatures offre plusieurs pochettes intéressantes : guerriers, commandement à pied, falxmen et cavaliers (mes nobles)
- Old Glory propose toujours ses "grosses" pochettes de 50 figurines : l'une constituée de lanciers et falxmen, une d'archers et une de commandement monté et à pied. J'ai utilisé en grande partie ces figurines.
- Donnington présente des figurines de qualité inégale mais leur général (ici mon Décébale) est une belle figurine très originale.
archers.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par thierry

Publié dans #DBM

Publié le 12 Octobre 2007

Ce nouveau rapport de bataille, nous entraîne vers les plaines de l'Europe de l'Est. Nous avons décidé avec Laurent Legoas, mon partenaire du soir, de faire une partie DBM "historique" car suite à l'article sur la bataille de Liegnitz, nous allons opposer mon armée Mongole à son armée Teutonique.
mongols-copie-1.jpg
Laurent, est un peu anxieux, car ses dernières parties, déjà anciennes, avec cette armée ne se sont pas toujours soldées par des victoires. De plus, cela fait plusieurs mois qu'il n'a pas fait de partie DBM s'étant concentré tout ce temps sur le développement de la règle LoToW au club et à l'extérieur, règle dont il est un des animateurs très actif.. Il craint tout particulièrement les manoeuvres de la cavalerie légère mongole et redoute de "taper dans le vide" quand ses chevaliers chargeront. Il n'a pas tort, les Mongols ne sont pas suicidaires et ne resteront pas sagement en face des "blindés" teutoniques.
chevaliers-teutoniques.JPG 
Il joue donc "Teutonic Orders" (Ordre Teutonique) livre 4 liste 30. Il aligne trois corps redoutables :
Son organisation est simple, un très "gros" corps sous les ordres du général en chef, le Grand Maître de l'Ordre en personne et deux petits corps de soutien. Chaque corps d'armée possède 5 chevaliers dont le général. Laurent a donc décidé de répartir ses forces sur les trois afin "d'amortir" les éventuelles pertes.

     - corps 1 : le C-in-C, 4 chevaliers, 4 cavaliers légers, 2 Knechte (arbalètriers montés) classés Cv inférieure et toute l'infanterie (6 arbalètriers, 4 lanciers, quelques éléments d'auxiliaires et de troupes légères et un ensemble disparate de paysans armés classé "hordes". L'ensemble fait un corps solide qui démoralise à plus de 10 éléments.
     - corps 2 : un général chevalier, 4 chevaliers, 4 cavaliers légers et un fantassin léger soit 9,5 équivalents éléments, démoralisation à 3,5.
     - corps 3 : Ce corps est composé de la même façon que le crops 2.
L'armée Teutonique compte une cinquantaine d'éléments et démoralise à 25.
ligne-de-chevaliers.JPG
Je dois me méfier et préparer minutieusement mon attaque. La tactique est simple : manoeuvrer sur les ailes, attaquer quand je suis en surnombre et frapper au moment décisif avec ma cavalerie lourde. Tout cela est très théorique, mais de la théorie à la pratique, il y a souvent un monde.....et connaissant Laurent et sa façon de jouer, la partie sera rude de toute façon.

Pour ma part, je joue "Mongol Conquest" livre 4 liste 35. J'ai choisi une armée en quatre corps. Ceux-ci sont petits donc fragiles mais très manoeuvrant, ces quatre corps réguliers vont me permettre de réaliser, j'espère, tous les mouvements que je souhaite.
La composition est la suivante :
     - corps 1 : général en chef, 8 cavaliers lourds Cv (S), 7 cavaliers légers Lh (S) et un cavalier des steppes
     - corps 2 : général subordonné et 9 cavaliers légers Lh (S)
     - corps 3 : général sub. et 6 cavaliers des steppes Lh (F)
    - corps 4 : corps mercenaire Khitan : général, 3 cavaliers lourds, 4 cavaliers moyens et 2 cavaliers légers.
L'armée ne compte que 44 éléments et démoralise à 22.

Le jeu va-t-il rejoindre la réalité historique ?

d--ploiement-initial.JPGLaurent est l'attaquant et va déployer ses corps de façon à ce que les chevaliers forment un bloc compact pour une charge qui se voudrait unique et décisive. Les flancs étant protégés d'un côté par les cavaliers légers des petits corps et de l'autre par l'infanterie.

De mon côté, je déploie de gauche à droite, et très en profondeur, le corps du général en chef, la mission des cavaliers légers étant de ralentir l'infanterie, puis le corps subordonné Khitan donc les rares "light horses" devront freiner l'assaut des chevaliers et sur l'aile droite, les deux corps de cavalerie légère qui à 17 contre 8 vont très largement avoir l'avantage du nombre. L'objectif est simple pour ces 2 corps, anéantir la cavalerie légère adverse et se rabattre sur les flancs de la chevalerie teutonique pour l'entamer avant l'attaque finale des cavaliers lourds et de la garde du Khan.

Le dispositif du début de bataille correspond exactement à ce que j'avais souhaité.

Laurent imperturbable avance. Il essaie bien quelques manoeuvres de retardement sur l'aile occupée par lachevaliers-contre-Lh.JPG cavalerie légère, mais comme prévu, les premiers combats tournent vite à mon avantage, d'autant plus que mon adversaire connait une incroyable malchance aux dés, malchance qui va durer toute la partie.

Les cavaliers Khitan se mettent petit à petit en place, le Khan dirige sa garde vers le lieu où le choc va avoir lieu, alors que les chevaliers teutoniques avancent toujours malgré les pertes qui s'accumulent sur l'aile droite. En effet après avoir détruit les quelques éléments de cavalerie légère, les Toumans mongols se rabattent sur la ligne découverte des chevaliers et les combats à trois contre un amplifient la déroute.


chevaliers-en-danger.JPGSur l'autre aile, les quelques cavaliers mongols engagés reçoivent une volée de flêches des arbalètriers et sont obligés de se replier. Ils vont rester toute la partie à proximité de l'infanterie, l'empêchant ainsi d'apporter l'appui nécessaire au centre du dispositif teutonique.

Les derniers mouvements se font et les restes des chevaliers (ils arriveront à 3 seulement au contact de la cavalerie lourde mongole sur les 12 chevaliers lancés au départ) subissent les assauts combinés de la garde, des Khitan et de la cavalerie légère qui s'est reformée.

La fiction a rejoint la réalité historique, la fière armée de chevaliers teutoniques est entièrement détruite. Les Mongols, quant à eux n'auront perdu qu'un seul élément de cavaliers lourds Khitan.


l-assaut-final.JPG


Voir les commentaires

Rédigé par thierry

Publié dans #DBM

Publié le 5 Octobre 2007

Depuis déjà quelques temps, on annonce la fin de la règle DBM. 
Celle-ci est jouée depuis une quinzaine d'années un peu partout dans le monde. Elle est l'oeuvre de deux auteurs anglais : Phil Barker et Richard Bodley-Scott et a connu depuis sa création, au début des années 90, de profonds changements. On en est aujourd'hui à la version 3.1.
Aujourd'hui, on sait que la règle n'évoluera plus car les deux auteurs se sont séparés pour écrire chacun de leur côté une nouvelle règle antique-médiévale dont le but est, à plus ou moins long terme, de remplacer DBM.

Pourquoi la fin de cette règle si fédératrice ?
Pour plusieurs raisons à mon sens :
     - Une certaine lassitude touche petit à petit les joueurs, et seuls les "accro" à la règle ont du mal à s'en détacher. On cherche autre chose, sur une autre période pour certains ou de nouvelles sensations sur l'antique-médiéval.
     - La volonté et l'envie des joueurs a changé, ce qui paraissait innovant il y a dix ans est aujourd'hui peut être dépassé.
     - On préfère certainement une règle plus simple, où on favorisera plus la jouabilité.
    - On recherche, également, des parties plus courtes en 2 ou 3 h au lieu des 3 ou 4 h habituellement à DBM, c'est ce qu'ont compris les auteurs de FoW (Flames of War)
     - Le fait que la règle ne soit pas traduite en Français, ce qui a freiné dans l'Hexagone son développement. Il est vrai que Phil Barker emploie une langue très hermétique.

Les deux partenaires d'hier, ont sorti (il y a quelques mois pour DBMM) ou vont sortir (en février pour FoG) leur régle antique-médiévale.
Je n'ai que très peu de recul pour réellement les juger mais cela ne m'empêche pas d'avoir un avis et de ne pas porter au pinacle une des deux règles et de détruire systématiquement l'autre. J'ai des préférence, il est vrai, mais je pense sincèrement que ces deux règles sont bonnes et que l'on pourra jouer aux deux (voire aux trois si l'on garde DBM) si on le désire.

                        
Les deux règles se pratiquent avec des figurines de 15mm soclées sur des éléments qui gardent les mêmes dimensions que DBM. Un point déjà très positif pour les joueurs qui n'avaient pas envie de resocler leur figurines

dbmm-1-.jpg
     - DBMM (De Bellis Magistrorum Militum) est la nouvelle règle de Phil Barker. Elle est sortie il y a quelques mois, mais n'est pas encore distribuée en France. Il faut donc passer par internet pour se la procurer. 
D'apès ce que j'ai pu lire et voir, DBMM est un digne successeur de DBM. Il a les défauts de ses qualités. Phil Barker n'a pas changé en profondeur la méthode et le système qui a fait son succès. 
La règle est sobre (trop ?), il n'y a pas d'images et les quelques graphiques doivent suffire (mais est-ce vraiment le cas? ) pour expliquer et comprendre les manoeuvres à réaliser.
De plus, il n'est apparemment pas prèvu de traduction française pour le moment. Je crois savoir qu'un groupe de joueurs qui s'intéressent de près à cette règle, ont entrepris de faire des clarifications afin de répondre aux questions que pourraient se poser les joueurs.
DBMM, à la fois simplifie et complique DBM, simplifie par certaines phases de jeu et améliore le côté parfois "artificiel" de son prédécesseur, quelques améliorations au niveau du commandement sont de bonnes idées. Le complique car les phases de combat sont différentes selon que l'on est dans son tour de jeu ou celui de l'adversaire. On multiplie donc les combinaisons ce qui a tendance à alourdir le jeu.

fog-1-.jpg
     - FoG (Field of Glory) qui s'est appelé à l'origine "Art of War" est la nouvelle règle de Richard Bodley-Scott. Sa sortie est prévue pour février 2008, en même temps que les deux premiers livrets d'armées sur la Rome antique et la fin de la période médiévale : "Rise of Rome" et "Storm of Arrows".
Il est prévu également une sortie, quelques mois plus tard, de deux nouveaux livres d'armées ; plusieurs autres devraient suivre. RBS est  soutenu par Osprey et bénéficie de son expérience et de sa très riche documentation.

Le livre de règles, à l'inverse de DBMM, devrait être richement décoré, les exemples de situations de jeu devraient être expliqués et décortiqués. Le système se veut innovant dans le sens d'une plus grande jouabilité et d'une grande fluidité du jeu. 
De plus, des traductions dans plusieurs langues sont prévues pour faciliter la diffusion. La règle devrait, dès sa sortie, être distribuée en France. Beaucoup d'atouts qui risquent de faire pencher la balance en faveur de FoG.
Petit inconvénient (si du moins s'en est un ! ) le coût global des livres et livrets d'armées.


Maintenant, attendons que tout cela se décante, et que la sortie prochaine de FoG nous permette de faire un réel choix entre les deux (mais y sommes nous obligés ?)
Pour le moment, je continue à jouer, avec énormement de plaisir, à DBM malgré les "petits" défauts que peut avoir cette règle.

Voir les commentaires

Rédigé par thierry

Publié dans #DBM

Publié le 21 Septembre 2007

general--Samoura---assis.JPG
         Le shogun assiste à la bataille, protégé par ses samouraïs dans son enclos de commandement formé par les écran Maku

La règle DBM propose 3 listes "Samouraïs" : deux dans le livre 3 des listes d'armées et une dans le livre 4. 
Elles englobent tout le Moyen Age ainsi que la période qui correspond au début de la Renaissance européenne.


1 - Livre 3 liste 7 : Pre-Samuraî Japanese 500 - 900 (japonais pré-samouraï).
Cette liste correspond à la fin de l'ère Yamato, à toute la période Nara et au début de l'ère Heian. Elle est marquée par l'apparition des archers à cheval jusqu'au zénith des bushis, ainsi qu'aux interventions japonaises en Corée et à la pacification et à la soumission du nord de l'île des tribus Emishis.
followers--1x3Ax-.JPG
A DBM, cette liste est très rarement jouée car les troupes alignées sont d'une faible qualité et irrégulières comme les généraux : jusqu'à 12 cavaliers gradés Cv (O) et une multitude (de12 à 96) d'archers (Bw) de grade inférieur. 

2 - Livre 3 liste 54 : Early Samuraï 900 - 1300 (Samouraïs précoces)
Cette liste couvre la fin de la période Heian et toute l'ère Kamakura, ce qui coïncide avec la toute puissance du guerrier (bushi) et du gouvernement exercé par un des personnages les plus importants de l'histoire du Japon : Minamoto No Yoritomi.
foot-samura---with-bow--1x3Bw-.JPG  1x3Bd.JPG

C'est certainement la liste la plus jouée à DBM et c'est également celle que je joue. Bien qu'irrégulière, l'armée est très agréable à jouer et très polyvalente. La cavalerie est nombreuse (de 10 à 28 cavaliers sans compter les généraux) et redoutable même si elle est classée, elle-aussi, Cv (O).
L'infanterie est de 2 types : 
     - bushis (jusqu'à 30 éléments) que l'on pourra choisir d'utiliser soit en porteur d'épée (Bd F) ou le plus souvent en archers, et pour montrer la qualité de ceux-ci classés supérieurs.
     - suivants qui sont obligatoires à hauteur d'au moins 2 éléments par cavalier pris. Ces suivants pourront être armés de la lance (naginata) et classés "auxiliaires inférieurs" (Ax I), il en faudra au moins 24 éléments ou archers, inférieurs également, mais qui protégés par des pavois pourront être regradés archers ordinaires (Bw O).
P9262529.JPG
Petit plus pour cette liste, deux alliés sont possibles :
     - des alliés internes à la liste : des moines guerriers Sohei
     - des Emishis, cavaliers légers classés supérieurs.
Ces deux alliés peuvent apporter exactement ce que l'on recherche pour "booster" encore un peu plus une liste qui est déjà très intéressante.
P9204313.JPG                                                                      Moines guerriers Sohei

3 - Livre 4 liste 59 : Post-Mongol Samuraï 1300 - 1542 (Samouraïs d'après l'invasion Mongole)
Cette liste couvre toute la période Morumachi avec l'apparition des Ashigarus et des grands Daimyos jusqu'à l'arrivée des premiers européens et l'utilisation dans l'armée des arquebuses.

C'est la seule liste régulière des trois mais elle n'est pas non plus très jouée. Le nombre de cavaliers s'est considérablement réduit (on ne peut en prendre que 12) par rapport à la liste précédente, elle est donc beaucoup plus "lente" et ce qui faisait la puissance de feu des premiers samouraïs a disparu ici, plus d'archers mais au contraire, une force constituée de porteurs d'épées (Bd O) nombreux (de 12 à 36) et surtout cette infanterie de soutien, les Ashigarus, qui vont de 12 à 48 éléments selon la période et classés auxiliaires inférieurs ou X, ce qui leur permet de combattre sur plusieurs rangs de profondeur.
P9204318.JPG
                     Ninjas de la gamme "fantastiques" Essex miniatures, indispensables dans une armée japonaise

Les marques qui proposent des figurines samouraïs
Plusieurs marques aujourd'hui proposent des figurines samouraïs avec plus ou moins de bonheur.
     - Essex miniatures, encore elle, propose une gamme assez large (environ 25 pochettes) de belles figurines avec des poses très diverses, ce sont pour moi, les plus agréables à peindre et à aligner sur les tables de jeu.
      - Old Glory, présente plusieurs (grosses) pochettes de figurines, mais la gravure est moyenne et ces figurines sont prévues plutôt pour la fin de la période voire les débuts de la Renaissance.
     - Minifigs, offre quelques pochettes, mais les figurines sont petites et pas très bien gravées à mon goût . Les poses sont plus que restreintes.
     - Tin Soldiers, ont, eux aussi, une gamme moyenne par la qualité et la quantité proposées. Les figurines sont plutôt grandes.
    - A l'inverse, Two Dragons, présente une très large gamme couvrant la période avec tout ce qu'on peut souhaiter (samouraïs, ashigarus, moines, seigneurs et daimyos). Les figurines sont assez petites mais belles. Elles sont difficilement mixables avec une autre marque mais le choix est si large que Two Dragons se suffit à lui-même.
     - Eureka, marque australienne, propose une belle gamme de figurines tout à fait mixable avec les Essex. Eureka présente des sujets originaux (Geisha) que l'on devine en arrière plan du général en chef assis (1ère photo)
     - Enfin, le cas Gladiator, on aime ou on déteste, les figurines sont tellement surréalistes qu'elles ont un charme qui n'appartient qu'à elles. Je vous conseille de les voir.
general-samoura--.JPG  Gl--3Cv-.JPG


*Toutes les figurines présentées ici, sont des 15mm Essex miniatures sauf les généraux qui sont des Old Glory.

Voir les commentaires

Rédigé par thierry

Publié dans #DBM

Publié le 12 Septembre 2007

DSCF1416.JPG
                                         BUA utilisée pour mon armée "Arabe Abbasside"
                               La plupart des éléments, dont le minaret, sont proposés par Michel Gauthey


A DBM, l’un des éléments de terrain que l’on peut utiliser mais que malheureusement on ne voit que très rarement est la BUA (Built-up Area) ou « zone construite ». Cette BUA représente tout ce qui correspond aux villes, villages et places fortifiées.

 

La règle DBM précise :

  • Cet élément de terrain ne peut être placé que par le défenseur dans une zone latérale de la table de jeu
  • Elle doit se poser au bord d’une voie navigable si celle-ci est présente.
  • La BUA peut être entourée de champs contigus.
  • Elle peut être entourée de fortifications temporaires (TF) ou permanentes (PF)
  • Une BUA de plus de 750p de large doit avoir obligatoirement des PF. Ces fortifications doivent encercler complètement le périmètre, si ce n'est, optionnellement, quand il touche le bord de table ou une voie navigable, et elles doivent comporter d'un à trois portails fortifiés sur la table, qui doivent être connectés à des routes intérieures si la BUA en comporte.
  • Une BUA est considérée comme un terrain difficile.

 

DSCF1422.JPG  DSCF1424.JPG
                                                            2 modèles de champs placés près d'une BUA

Comme je le disais précédemment, il est dommage de ne pas voir plus souvent des BUA sur les tables de jeu DBM car l’élément est souvent magnifique et permet aux joueurs qui l’utilisent de pouvoir laisser s'exprimer toute leur fantaisie.

DSCF1421.JPG 
                                    Un élément de tirailleurs (Ps) caché derrière le muret entourant le champ

Plusieurs joueurs construisent eux-mêmes leur BUA, mais si on est moins doué, ce qui est malheureusement mon cas, plusieurs fabricants viennent palier à ce petit défaut :

  • Hovels qui propose une large gamme 15 et 25mm pour de nombreuses périodes
  • Michel Gauthey, que l’on rencontre régulièrement dans les conventions de jeu d’histoire, propose lui aussi des éléments, en 15 et 25mm également, maisons, huttes (très souvent modulables – toits amovibles et mixables les uns les autres), et de nombreux objets (arbres, collines…) pour nous permettre de réaliser ces BUA.


Voici quelques autres BUA.
bua11.jpg BUA38a.jpg

bua37b.jpg


 

Voir les commentaires

Rédigé par thierry

Publié dans #DBM

Publié le 8 Septembre 2007

Romains (Book 2 liste 56) contre Carthaginois (Book 2 liste 32)
Mon adversaire du jour : Lionel Morvan

DSCF1348.JPGLe premier point est de choisir une organisation car je sais que Lionel peut être un adversaire redoutable et surprenant qui manie très bien son armée Carthaginoise. De plus la liste offre de nombreuses options et pour savoir ce que mon adversaire va choisir ce n'est pas très évident.

J'opte pour une organisation en 3 corps comprenant 2 corps romains et un corps allié Arménien qui peut m'apporter un peu de punch même si cette troupe est peu nombreuse. 
Je choisis donc de former un corps principal massif  (35 éléments, démoralisation 12) autour du général en chef qui comprend l'ensemble de la légion, les auxiliaires, 2 artillerie montées, quelques tirailleurs et archers et une petite réserve de cavalerie. 
Les 2 corps satellites sont formés uniquement de cavaliers lourds et légers. Pour le romain, en plus du général, 4 éléments de cavalerie, 2 de cavalerie lourde (classée chevaliers) et 3 éléments de cavaliers légers ce qui donne 10 éléments, démoralisation 4. 
L'Arménien est constitué de 3 cavaliers très lourdement protégés et de 4 archers montés rapides soit 7 éléments, démoralisation 3. 
DSCF1346.JPGL'avantage de cette organisation est que même en ayant perdu les corps secondaires, le corps principal peut continuer à combattre pendant un certain temps car la partie est terminée quand on perd plus de la moitié de l'effectif de son armée. Celle-ci compte 52 éléments, démoralisation 26.

Après le traditionnel lancé de dé qui annonce le début des hostilités, je suis attaquant. Lionel joue donc sur son terrain et ne place que quelques éléments de collines douces. Autant dire que ce terrain ne sera pas très utile pour ancrer une défense. Les bagages sont placés et nous établissons chacun de notre côté notre plan de bataille. 

Que faire ? Lionel est capable de multiples ruses. Quelle organisation a-t-il choisi ? 3 ou 4 corps ? Va-t-il utiliser ses éléphants ? A-t-il pris l'option des guerriers gaulois toujours redoutables car il sait qu'immanquablement j'aurai de nombreux légionnaires, fragiles devant ce type de troupe. Envisage-t-il de faire une marche de flanc  et détacher un corps d'armée pour contourner mes défenses ?........Bon, assez de suppositions inutiles, il faut choisir un plan et un déploiement qui me permette de résister. 
DSCF1343.JPGJe choisis un plan très classique, car de plus, le terrain n'avantage personne et ce n'est pas la peine de se compliquer la tâche. Le corps principal sera placé au centre flanqué des deux petits corps de cavalerie.

Lionel, en temps que défenseur se déploie en premier. Surprise, il s'est organisé apparemment de la même façon que moi, un "gros" corps et plusieurs "petits". Et, ils vont faire exactement face aux miens, comme dans un miroir.
Il aligne 16 lanciers supérieurs, à chaque bout de cette impressionnante phalange 4 éléments d'auxilaires, 2 éléphants et une multitude de tirailleurs. En tout 32 éléments, démoralisation 11. Sur ses 2 ailes, d'un côté 7 cavaliers (démoralisation 3) de l'autre, un corps de cavalerie légère de 10 éléments.
Donc, c'est très simple, pour gagner, il faut anéantir le corps principal. Et nous avons tous les deux le même problème.....ça promet !

Mes cavaliers sont face à ses cavaliers, ma légion face à sa phalange, et ses cavaliers légers face à mes Arméniens.
DSCF1381.JPG   DSCF1362.JPG

Je lance l'attaque (avec une certaine retenue, malgré tout) sur les 2 ailes simultanément, espérant qu'il sortira ses éléphants de la ligne, car des deux côtés, mes chevaliers sont trop tentant pour ces grosses bêtes. J'ai prudemment excentré mon artillerie afin "d'allumer" dès que possible de si grosses cibles. Il se sent coincé, s'il ne tente pas cette manoeuvre, le combat de cavalerie risque de tourner à mon avantage, et les cavaliers légers restent très hésitants à DSCF1364.JPGse lancer, malgré leur avantage numérique, immédiatement à l'attaque. 
Je porte mon effort sur le point qui me semble le plus faible : la jonction entre sa ligne du corps principal formé des auxilaire trop peu nombreux pour arrêter les miens et son corps de cavalerie.


Très rapidement, il perd 3 de ses 4 éléphants. L'armée prend un coup au moral, le général Lionel aussi....mais c'était prévisible. Les grosses bêbêtes supportent mal les tirs. Des feintes puis des combats de cavalerie se forment sur ceDSCF1369.JPG côté...... Les cavaliers se repoussent sans qu'il y ait de véritable décision, mais peu importe, la victoire ne peut pas se faire sur une aile.


De l'autre, les cavaliers légers sont de plus en plus hésitants. Concentré sur l'attaque de l'autre aile, Lionel n'a pas lancé ses cavaliers sur les Arméniens. 


Voyant la tournure des évènements, la réserve de cavalerie du "gros" corps renforce l'allié Arménien pour être sûr que le Numide, maintenant plus faible, n'attaquera pas. Le coup décisif sera porté ailleurs....

Les auxilaires romains, plus nombreux repoussent puis entament leurs homologues carthaginois. Les pertes s'accumulent.   
       
 DSCF1372.JPG  DSCF1375.JPG
                                                                                        
Lionel se lance dans un assaut presque désespéré de toute sa ligne, même s'il sait qu'avec leurs facteurs de combat, il faudra plus que de la chance pour qu'une des deux troupes ne soit détruite. Il comprend que les choses sont très mal engagées et que je grignote petit à petit sa ligne car les auxilaires victorieux se sont rabattus sur la phalange pour prêter main forte à la légion. 
 DSCF1380.JPG
Brusquement, le Carthaginois craque, le corps principal vient de céder en même temps que le corps de cavalerie. Sur l'autre aile, le corps de cavalerie légère Numide n'a pas combattu et se retire du champ de bataille laissant la place au général romain victorieux.

DSCF1378.JPG DSCF1379.JPG

Le tribut à la victoire a été léger : 1 élément de cavalerie perdu et 2 éléments d'auxilaires.
DELENDA EST CARTHAGO !

Voir les commentaires

Rédigé par thierry

Publié dans #DBM